Le traitement archivistique du fonds Fernand Braudel de la FMSH

Nous présentons ici un aperçu des travaux de traitement archivistique effectués sur le fonds d’archives du fonds Fernand Braudel (1902-1985), historien et premier administrateur de la Fondation Maison des sciences de l’homme. Cette première phase a été réalisée en 2013 et doit être suivie d’autres travaux de classement, de description et d’indexation du fonds.

Une partie du fonds Braudel avant traitement archivistique (2012, Archives de la FMSH)

Quelques pièces du fonds Braudel (Archives de la FMSH, 2012)

Le fonds Fernand Braudel

1) Un fonds complexe d’archives définitives

Le fonds Fernand Braudel est un fonds mixte. Il est constitué d’une part de ses papiers relatifs à la création puis à la gouvernance de la Fondation Maison des sciences de l’homme, d’autre part d’archives liées à ses travaux de recherche et à des publications Civilisation matérielle, Économie et Capitalisme, XVe – XVIIIe siècle et l’Identité de la France . On y trouve aussi quelques dossiers liés à d’autres activités institutionnelles, notamment au sein du premier comité scientifique de l’Institut d’histoire économique « F. Datini » de Prato, dont il fut le président. Le fonds Fernand Braudel comporte par ailleurs de la documentation relative à sa bibliothèque, ses bibliothèques pour être exact. Quant à la correspondance, il s’agit en majeure partie d’une correspondance active couvrant la période 1965-1985.

2) La collecte

Les archives ont été collectées en 2010 à la Maison des Sciences de l’Homme, lors de la préparation du déménagement de la Fondation. Elles se situaient auprès du fonds du deuxième administrateur, Clemens Heller. Il semble que les papiers ainsi qu’une partie de la bibliothèque de Fernand Braudel aient été transférés de son ancien bureau aux « archives »1,  non pas en 1985, mais plutôt dans les années 1990. En effet, le bureau est resté en l’état quelques années après la mort du chercheur. Il a été collecté à l’état de « vrac »: les papiers n’étaient pas classés, au mieux les boîtes portaient quelques indications quant à leur contenu.

Une partie du fonds Braudel avant traitement archivistique (Archives de la FMSH, 2012)

Une partie du fonds Braudel avant traitement archivistique (Archives de la FMSH, 2012)

 

3) L’instrument de recherche

Le fonds a fait l’objet d’un premier instrument de recherche électronique publié en 2013 sur la plateforme des Archives de la Fondation Maison des sciences de l’homme ( archives.fmsh.fr ). Il est accessible via ce lien : http://archives.fmsh.fr/ead.html?id=FR075FMSH_000000012&c=FR075FMSH_000000012_e0000019&qid=sdx_q17

Les archivistes produisent principalement deux types d’instruments de recherche détaillée: les répertoires, qui proposent un signalement des documents au niveau du dossier, et les inventaires, où la description est effectuée au niveau de la pièce. A l’heure actuelle celui du fonds Braudel consiste en un répertoire méthodique, mais il est destiné à prendre une forme hybride au fur et à mesure de l’avancement de la description à la pièce d’une partie de sa correspondance pour devenir, un jour, à la fois répertoire et inventaire2.

Nous proposons un aperçu du fonds au fil du plan de classement ainsi que des problématiques qui ont soutenu le travail de classement et de description archivistiques.

Au fil du plan de classement

 1) Une correspondance riche mais lacunaire 

Au sein du fonds, il reste très peu de correspondance adressée au premier Administrateur de la Fondation. Celle-ci se trouve répartie dans des dossiers thématiques mais ne constitue pas d’ensemble conservé de manière distincte. A l’inverse, il subsiste une correspondance active importante classée en deux jeux: l’un est classé par ordre chronologique, l’autre par ordre alphabétique de destinataire. L’ensemble couvre la période 1965-1985. Il s’agit d’un « chrono », c’est-à-dire d’exemplaires conservés à des fins d’archivage par le producteur. Pourquoi deux classements distincts ? Il aurait pu s’agir d’une même correspondance produite en deux séries parallèles classées différemment dans un souci de gestion de l’information. Après examen du contenu, il apparaît que chaque lettre peut figurer dans chaque jeu de correspondance ou dans une seule.

Le choix archivistique a consisté à garder l’ensemble de la correspondance sans fondre les lettres dans un seul classement, afin de respecter le principe de respect des fonds.  Pour le chercheur parcourant l’instrument de recherche, il existe donc 2 entrées possibles dans l’instrument de recherche. On conseillera l’entrée alphabétique si le chercheur recherche certains noms en particulier (recherche axée sur les destinataires), chronologique s’il est question d’étudier des moments spécifiques de la vie de Braudel (les années 1980 donnent un certain nombre d’indications sur l’écriture de son Histoire de France par exemple, parue sous le nom d’Identité de la France).

Se pose ensuite une problématique épineuse: le signalement des documents. Décrire la correspondance classée par ordre alphabétique n’est pas complexe en soi: pour les 1476 dossiers la composant,  sont mentionnés à chaque fois le nom du destinataire, le nombre de lettres dans le dossier ainsi que les dates du premier et du dernier courrier. Le nom de la personne est indexée afin de faciliter les recherches. En ce qui concerne le classement chronologique, la question est plus complexe : en l’état, elle demeure non exploitable puisque son mode de classement contraint le chercheur à dépouiller minutieusement cette correspondance même si son objet de recherche ne porte que sur un sujet ou sur une personne en particulier. Un inventaire, c’est à dire une description de chaque lettre indiquant le destinataire ainsi que la date d’envoi, doit être réalisé. Cela constitue un travail non négligeable que l’on n’effectue que pour certains fonds de chercheurs. Compte tenu de l’intérêt que peut revêtir la correspondance de celui qui fut l’un des fondateurs de la FMSH, ainsi que son premier Administrateur,  nous avons pris la décision de faire cette inventaire de manière progressive : il a été commencé en 2014 (pour l’année 1965) et devrait être réalisé sur plusieurs années.

2) Un aperçu de ses activités institutionnelles

Ce rôle d’Administrateur est bien entendu prépondérant dans les archives liées aux activités institutionnelles. Ces dossiers, qui couvrent la période allant du projet de Maison des Sciences de l’Homme (1956) au décès de Fernand Braudel, n’étaient pas classés à l’origine et ont été ordonnés par axes chrono-thématiques, dans la mesure du possible: financements accordés par la Ford Foundation et nécessaires à la réalisation du projet, création de la Maison des Sciences de l’Homme, suivi des activités de certains services de la Fondation (Bibliothèque, Centre de Calcul, Service d’Echanges d’Informations Scientifiques), suivi des affaires générales et de la vie de la Fondation dans son ensemble.

Quelques dossiers sont relatifs à d’autres activités institutionnelles: la VIe section de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE), mais aussi le CNRS, le Collège de France. On y trouve aussi quelques documents relatifs aux deux premières années d’existence du Haut Comité pour la défense et l’expansion de la langue française, créé en 1966 par Georges Pompidou, Premier ministre. Restent les dossiers concernant l’Institut d’histoire économique « F. Datini » de Prato, dont Braudel fut le président, et qui constituent un ensemble à la fois cohérent et relativement complet qui documente plusieurs années de l’activité de l’Istituto (1973-1985). Pour l’archiviste, la production documentaire découlant de ces activités institutionnelles demeure aisément identifiable, notamment grâce au papier à en-tête utilisé pour la correspondance et les communications scientifiques.

3) Une activité de recherche essentiellement représentée par des fiches 

La section « Activités de recherche » comprend essentiellement des fiches de références bibliographiques et archivistiques ainsi que des notes manuscrites. Deux ensembles de fichiers sont particulièrement significatifs.

Un fichiers de notes, références bibliographiques et de coupures de presse portant sur l’Amérique Latine, constitué en plusieurs années. Il est probable que ce fichier corresponde à un manuscrit inédit d’une histoire du Brésil et de l’Argentine. Les fiches avaient été sorties de leur contenant originel et mises en carton avant la collecte par le pôle archives, et s’en était trouvé partiellement déclassé.

Fichier Amérique Latine du fonds Fernand Braudel (Archives de la FMSH, 2012)

Fichier Amérique Latine du fonds Fernand Braudel (Archives de la FMSH, 2012)

On y trouve par exemple des articles publiés par l’historien dans le journal brésilien O Estado de São Paulo, dans les années 1935-1937, alors qu’il enseigne à la faculté de São Paulo. La datation de l’ensemble des documents (notes manuscrites et documents imprimés) a été réalisée à partir des coupures de presse, brésiliennes pour la plupart: après la période de deux années dans les années trente, on trouve aussi les années 1947 et 1951. Le ré-ordonnancement des fiches déclassées a été reconstitué selon les ensembles définis à l’époque par Fernand Braudel: aires géographiques (Amérique espagnole, Argentine, Brésil, etc.), thèmes (histoire de l’Amérique latine, indiens, …), puis les références bibliographiques. L’instrument de recherche reprend ces ensembles et sous-ensembles de documents comme base de signalement. L’ordre des descriptions suit le relevé topographique des archives retrouvées et ne procède pas d’un ordre logique reconstitué par l’archiviste et donc susceptible de ne pas refléter leur ordre originel.

Le deuxième fichier concerne une étude sur les états de commerce et de navigation de ports espagnols au XVIIIe siècle. Il s’agit de fiches de dépouillement des registres des Consulats (Affaires étrangères, sous-série B/III) mentionnant les dates d’entrée au port, le nom du navire, le nom du capitaine, le port de destination. L’identification du fonds d’archives dépouillé a été possible grâce à la cote du registre dépouillé figurant sur bon nombre de fiches : B III 349 , BIII 350, etc. Ces fiches, trouvées au moment de la collecte en tas désordonnés reliés ou non par des ficelles, ont été classées par numéro de registre, puis par nom de port, puis par date, afin de respecter l’ordre des documents ayant servi d’objet d’étude3

4) Des traces du travail d’écriture: classer des manuscrits contemporains

Le fonds comporte un nombre conséquents de tapuscrits ainsi que de fichiers de notes et de références pouvant renseigner sur le processus de genèse de deux oeuvres :

  • Civilisation matérielle, Économie et Capitalisme, XVe – XVIIIe siècle. Paris, éditons Armand Colin, 1979
  • L’identité de la France, Paris, Arthaud, 3 volumes, 1986

Dans les deux cas, les tapuscrits sont des versions de texte intermédiaires qui diffèrent de la version finale publiée ou qui tout simplement n’y figurent pas.

Si l’on prend l’exemple de l’Identité de la France, l’ensemble des tapuscrits a dû être identifié grâce au texte publié. En effet, la numérotation des chapitres des deux livres a été modifiée entre la phase d’écriture et la publication. A l’origine, les chapitres étaient numérotés de 1 à 6 pour les deux livres (numérotation portée sur les dossiers).  Nous avons donc retenu un ordonnancement des éléments de texte suivant celui de l’ouvrage publié en signalant la numérotation d’origine, afin de rendre possible au chercheur la comparaison des versions intermédiaires et du texte publié.  Par exemple, pour le livre deuxième: « Les hommes et les choses », chapitre 1: « La population de la Préhistoire à l’An Mille », on trouve:

  • Version intermédiaire numérotée pp. 284-343
  • Version intermédiaire numérotée pp. 307-378
  • Version intermédiaire numérotée pp. 311-317
  • Version intermédiaire numérotée pp. 315-320
  • Version intermédiaire numérotée pp. 308-392
  • Notes et références
  • Épreuves

Cette méthodologie présente l’avantage d’allier respect de l’ordre originel des documents et cohérence du signalement pour l’usager. Par ailleurs elle laisse la possibilité d’appréhender plus largement l’évolution de l’oeuvre, cela jusque dans l’ordonnancement des éléments du texte.

Des travaux de traitement à poursuivre dans le temps

Si aujourd’hui le fonds a retrouvé une certaine cohérence et demeure exploitable, communicable, accessible, son traitement n’est pas achevé. Il reste à intégrer au répertoire :

  • différentes pièces isolées dont l’identification reste délicate,
  • la correspondance active classée par ordre alphabétique, des années 1966 à 1985,
  • des ensembles de notices bibliographiques liées à la bibliothèque de recherche de Braudel,
  • la considérable collection de tirés-à-part constituée par le chercheur.

Le traitement archivistique du fonds Fernand Braudel va donc se poursuivre encore quelques années. L’instrument de recherche sera republié de manière périodique afin de restituer l’état d’avancement des travaux des archivistes.

  1. A cette époque, les locaux d’archives consistaient en plusieurs espaces répartis au niveau -2 de la MSH []
  2. L’archivistique n’a visiblement  pas encore de terme adéquat pour désigner ce type d’instrument de recherche: toute proposition est la bienvenue! []
  3. Un instrument de recherche produit par les Archives Nationales est accessible ici : https://docs.google.com/viewer?a=v&q=cache:uvkDr_AuYU8J:www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/pdf/AEBIII.pdf+&hl=fr&gl=fr&pid=bl&srcid=ADGEESgI_ZbFLz_dVeowUMSmnN8cSRDZt1SXvjEDja5FRUl4PPnSLWHTglfjIQhpk5yG4JM8NoUPnDFyfdfgbN8E1YrOuuLfgtMZ7GM8zbzxyn_v4ujEK7VURsERuP5j9M3zFdRGrtXV&sig=AHIEtbSJedeBfY6PitWvuHQfoAGKoMF7TQ  []

Julien Pomart

Responsable des Archives de la FMSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *