AAF / Section Aurore: Un groupe de travail sur les données de la recherche

L’Association des Archivistes Français (AAF) comporte plusieurs sections, dont la section AURORE rassemblant les archivistes des universités, rectorats, organismes de recherche et mouvements étudiants. Ses axes de réflexion prennent corps au sein de groupes de travail thématiques comme le groupe « Archives scientifiques », constitué lui-même de sous-groupes tel celui sur les données de la recherche, dont la première réunion a eu lieu en juin, à la FMSH. Réunissant une douzaine de professionnels évoluant au sein de structures d’enseignement et de recherche, à la fois publiques et privées dont les champs disciplinaires appartiennent aussi bien aux sciences dites « dures » qu’aux sciences humaines et sociales, son principal objet n’en était pas moins de tenter de donner une définition des données de la recherche.

Un brainstorming numérique

Un brainstorming numérique

Vers une définition des données de la recherche?

Que sont les données de la recherche ? L’essai de définition s’est traduit par une phase de brainstorming qui a laissé apparaître quelques axes de réflexion:

  • La donnée est-elle intrinsèquement électronique ?
  • La donnée existe-t-elle à l’état naturel, avant sa collecte par le chercheur ?
  • Quelle distinction faire entre données de la recherche et autres données produites et reçues par les institutions (administration, bibliothèques, archives, etc.) ?
  • Quelle distinction faire aussi entre données de la recherche et données des chercheurs
  • Le concept de données comprend-il une logique de finalité ?
  • Les données de la recherche sont incluses dans les archives de la recherche

Après d’âpres discussions, les archivistes se sont (à peu près !) mis d’accord sur une définition :

« Les données de la recherche sont l’ensemble des informations et matériaux produits et reçus par des équipes de recherche et des chercheurs.

Elles sont collectées et documentées à des fins de recherche scientifique. A ce titre, elles constituent une partie des archives de la recherche. »

Elaborer une telle définition n’aurait de sens si celle-ci ne servait pas d’élément de vocabulaire nécessaire aux échanges avec les communautés des métiers de la documentation et de l’information (bibliothécaires, documentalistes, gestionnaires de données, etc.) ainsi qu’avec celle des chercheurs.

Cette définition sera donc diffusée auprès de l’ensemble section AURORE, le but étant de la confronter à d’autres archivistes et de voir quelles réactions et remarques émergent. A terme, l’idée de faire valider cette définition -revue, corrigée, amendée- par le Service Interministériel des Archives de France a émergé.

Des débuts de réflexion sur une problématique complexe

Quelle suite donner à cette première séance du nouveau groupe de travail Données de la recherche ? Il apparaît que cette problématique constitue un objet (et un enjeu) de périmètre pour plusieurs communautés, dont celle des archivistes. Dans un premier temps, le groupe de travail se fixe comme objectif de recueillir les remarques concernant cette définition pour peut-être la faire évoluer. Pour ensuite tenter d’établir un dialogue constructif avec les autres communautés concernées autour de cette problématique finale: comment gérer les données de la recherche en bonne intelligence?


Julien Pomart

Responsable des Archives de la FMSH

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 21/09/2015

    […] de l’AAF (Association des Archivistes Français), Section Aurore, de 2014 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *