Focus sur un projet : la visualisation des données archivistiques

De quelle manière un service d’archives peut-il utiliser les données qu’il produit? Les Archives de la Fondation Maison des sciences de l’homme se penchent sur la question de la visualisation des données archivistiques.

Les métadonnées en disent autant sur les données et documents qu’elles décrivent que sur leurs producteurs. Il est aujourd’hui possible de visualiser un réseau social à partir des métadonnées liées, par exemple, à de la correspondance électronique. C’est le concept de l’application Immersion1, développée par une équipe du Massachusetts Institute of Technology (MIT), qui génère un graphique interactif et dynamique représentant un réseau de correspondants symbolisés par des cercles reliés entre eux.

Capture_immersion

Exemple de réseau social fictif d’un certain Lex Luthor, généré par la démo de Immersion

L’application utilise les champs « De », « A », « CC », « Date » ainsi que le nombre de courriers électroniques envoyés entre les différentes personnes pour déterminer l’existence de collaborations ainsi que leur degré d’importance. Ce type de visualisation des métadonnées permet d’appréhender en une fois l’ensemble d’un réseau interpersonnel.

Et si ce principe d’exploitation des métadonnées était applicable à la correspondance papier ? Dans ce cas, point de métadonnées générées automatiquement par un logiciel de messagerie, mais le travail des archivistes qui constituent des producteurs de données structurées et exploitables par des outils comme les bases de données orientées graphes. Les Archives de la FMSH étudient depuis cette année la possibilité de modéliser et visualiser des réseaux scientifiques de chercheurs et d’institutions, à partir des instruments de recherche qu’ils produisent, pour offrir des outils complémentaires aux répertoires et inventaires électroniques publiés en XML-EAD.

Ci-contre un exemple de visualisation d’un réseau d’édition académique dans les sciences humaines et sociales, celui des Editions de la Maison des Sciences de l’Homme. La maison d’édition, ses auteurs et coéditeurs sont représentés par des sphères reliées entre elles lorsque des dossiers d’archives concernent ces entités.

graphe_editions_v3

Réseau d’auteurs et de coéditeurs d’après les archives des Editions de la MSH pour la période 1970-1977

Ce graphe permet de rendre compte de l’importance de la coédition, notamment avec les éditions Mouton et Cambridge University Press, dans une politique éditoriale institutionnelle naissante.

Les données de ce graphe sont issues d’un répertoire numérique publié en XML-EAD, plus particulièrement des descripteurs <persname> et <corpname>. Plus un terme est indexé, plus grande est la sphère le représentant. Ce type de représentation permet à l’usager de comprendre, grâce à un seul graphe, le triptyque Editions de la FMSH / Auteurs / Coéditeurs, et peut constituer une aide à la recherche dans les archives.

Pour l’heure la création de base de données orientées graphes nécessite des exports manuels de données : les Archives de la FMSH souhaiteraient à l’avenir les générer de manière semi-automatique, voire automatique, et même les rendre interactifs. Ce qui est réalisable pour les archives de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche l’est certainement pour d’autres types de structures : la méthodologie est applicable aussi bien pour un chercheur en sciences humaines et sociales2 que pour un homme politique, par exemple.


  1. Démo en ligne : https://immersion.media.mit.edu/demo []
  2. Voir ce billet pour l’exemple de Fernand Braudel, dans la partie « Exploiter les données créées par les archivistes : des bases de données archivistiques aux bases de données orientées graphes » []

Julien Pomart

Responsable des Archives de la FMSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *