Le fonds documentaire de l’historien Robert Bonnaud

En 2014, la bibliothèque de la FMSH a reçu en don la bibliothèque et les archives de l’historien Robert Bonnaud. La bibliothèque est exceptionnelle par son ampleur et sa cohérence: elle compte en effet 35.000 volumes représentant cinquante années de recherches historiques consacrées en particulier aux grands mouvements ayant impacté l’évolution de l’humanité,  définissant une périodisation établie sur des critères précis et complexes qui dégage des « tournants » à valeur universelle. A cela s’ajoutent environ quinze mètres linéaires d’archives comprenant des manuscrits, des notes de lectures et de recherches, de la correspondance, ainsi que des cours donnés à la Sorbonne et à l’Ecole Pratique des Hautes Etudes.

Un pan de bibliothèque (Photo. Daniela Scancella, 2014)

Un pan de bibliothèque (Photo. Daniela Scancella, 2014)

De quelle manière peut-on collecter un fonds documentaire de cette importance ? Quels sont les enjeux pour les chercheurs amenés à consulter ces ressources documentaires ? Et donc, quelle méthodologie de collecte et de traitement suivre ?

Un bibliothécaire et un archiviste partagent leur expérience de la collecte du fonds Robert Bonnaud.

Robert Bonnaud, historien

Historien et militant anticolonialiste, Robert Bonnaud (1929-2013) se fait connaître en avril 1957 en publiant dans la revue Esprit un article intitulé « La Paix des Némentchas »1 dénonçant les massacres perpétrés par l’armée française, auxquels il assiste en Algérie les 25 et 26 octobre 1956. La guerre d’Algérie a une influence déterminante sur lui : l’enseignant spécialiste d’hérésie médiévale devient un militant du FLN, tenant le rôle de porteur de valises. Cela lui vaudra d’être incarcéré aux Baumettes en 1961. Libéré l’année suivante, il devra attendre 1966 avant d’être amnistié et de reprendre sa carrière universitaire. Après un doctorat obtenu grâce à une thèse sur travaux, il  enseignera l’histoire et la théorie de l’histoire à Paris-VII-Denis-Diderot.

Proche de Vidal-Naquet, qui le tiendra pour « le plus scientifique des théoriciens contemporains de l’histoire », Robert Bonnaud est également lié avec Fernand Braudel, qui lui fait passer l’agrégation.  Durant cinquante ans, il travaillera à un projet immense, consistant à « mettre l’histoire en système ». Il tentera de dégager des tournants à valeur universelle selon une périodisation établie sur des critères précis et complexes. En 1989 il publiera une synthèse de son travail dans Le Système de l’Histoire, aux éditions Fayard.

L’ensemble des documents récoltés, monographies et archives, constitue le fonds Robert Bonnaud. A partir de 1966, Bonnaud accumule ce qu’il appelle « mes preuves, mes arguments, mes dossiers »2 nécessaires selon lui à l’élaboration d’une méta-histoire.

Une mémoire culturelle

Impressionnante par son volume, la bibliothèque de Robert Bonnaud témoigne d’une volonté d’explorer tous les champs du savoir, comme s’il fallait tout avoir lu avant de se mettre à écrire. Mémoire culturelle, témoignage unique de l’effort intellectuel pour construire un système théorique, elle exprime cette « longue phase d’accumulation primitive au cours de laquelle il a récolté un nombre important d’informations »3 . Dans la construction de son système, le chercheur a beaucoup travaillé sur les notions de changements, de crises et de progrès.

Une étude approfondie de la structure de la bibliothèque a révélé que celle-ci était la transposition de l’engagement politique de l’historien sur un plan intellectuel. Elle obéit à un double classement. Le premier se fait par aires géographiques : d’abord par continents, ensuite par pays. Toutes les époques sont alors représentées, de l’Antiquité à la période contemporaine. On a affaire à une véritable archéologie dans le classement du savoir : du premier niveau au troisième niveau de rangement, on va du plus récent au plus ancien, de la période contemporaine à l’Antiquité. Le deuxième type de classement  procède par catégories historiques : histoire antique et médiévale, l’histoire de l’histoire et philosophie de l’histoire, l’histoire des sciences et des techniques, histoire religieuse, histoire de la médecine, histoire des sports etc.

Outre l’intérêt conjugué de l’historien pour l’espace planétaire et le temps historique, la bibliothèque manifeste son refus d’une histoire essentiellement occidentale, lui préférant « un désir de mondialité pas sans lien avec son engagement politique »4.

Archives d’historien, archives de militant

Quant aux archives, deux grands ensembles émergent : l’un relatif aux activités politiques de Bonnaud, l’autre à ses activités de recherche. Il serait pourtant faux de penser que les deux n’étaient pas liées, et c’est bien la correspondance qui représente toute l’imbrication entre recherche et engagement politique chez lui, faisant là une des spécificités de ce fonds de chercheur.

Quant aux milliers de feuillets de notes de lecture et de recherche, ils reflètent à la fois un champ de recherche et une méthodologie : pour chaque siècle et chaque date, il existe pratiquement un dossier de notes. Ces dossiers sont organisés selon un plan de classement qui a été préservé autant que faire se peut lors de la collecte. Et puis, à côté des grands ensembles de documents d’archives séparés des ouvrages, il y a les feuillets glissés ça et là parmi les imprimés, au sein des rayonnages, parfois même à l’intérieur de ces sources secondaires dont il rédigeait quelque note de lecture.

De la collecte au signalement : la cohérence intellectuelle d’un fonds de chercheur

La collecte du fonds Robert Bonnaud est un exemple de la coopération entre bibliothécaires et archivistes telle qu’elle s’opère au sein de la bibliothèque de la FMSH. Cette opération  est néanmoins exceptionnelle quant à la richesse et à l’importance matérielle que constitue ce fonds documentaire. Les pratiques de collecte  s’avèrent très importantes dans la mesure où ce qui se fait lors de cette étape conditionne toute la chaîne de traitement des documents, aussi bien pour les imprimés que pour les archives.

Une logique de corpus

On pourrait penser cette question simple : les périodiques et les monographies sont collectés et traités par les bibliothécaires, les documents d’archives par les archivistes. La question de la littérature grise (tirés-à-part, rapports de recherche, etc) est plus complexe.

En 2013, la politique d’acquisition de la Bibliothèque de la FMSH avait été précisée en ce sens pour tenter de dégager des règles et une méthodologie applicables à chaque fonds de chercheur. Il s’avère que leurs pratiques de recherche et de classement  impactent la structuration des fonds documentaires : alors que Fernand Braudel constituait des milliers de fiches de lecture et de notes bénéficiant d’un classement distinct, Robert Bonnaud les a quant à lui intégrées aux sources analysées, ce qui suggère toute l’importance de son travail d’analyse des sources secondaires dans sa recherche d’une histoire globale.

Chaque corpus est donc un objet construit. Dans le cas présent la littérature grise est donc restée à son emplacement d’origine, à savoir aux côtés des monographies, alors qu’elle aurait pu être intégrée aux documents d’archives si elle avait été rassemblée par un autre chercheur.

Archéologie et épistémologie de l’organisation des connaissances

Le fonds documentaire d’un chercheur est un objet construit par ses pratiques et habitudes de recherche, de manière consciente et inconsciente.  Lors de la collecte, l’archiviste et le bibliothécaire vont inévitablement modifier sa structure. Comment garder trace de ce qui existait avant l’intervention d’un tiers ?

  • Par une prise de photographies ou d’une vidéo,
  • Par l’établissement de notes de travail et de procédures (ce texte en constitue d’ailleurs une sorte de synthèse),
  • Par la création d’un relevé topographique / d’un  thésaurus,
  • Par la consignation des données dans un ou plusieurs système(s) de gestion documentaire.

Il est important de conserver la structuration du fonds lorsqu’il en existe une. Ce n’est pas tant par conservatisme presque religieux, par dogme établi dans la profession pour cultiver un certain mystère,  mais parce que la structure d’un fonds d’archives et d’une bibliothèque en dit beaucoup sur la méthode et la pratique scientifiques.

Les bibliothécaires ont d’emblée fait le choix d’établir un thésaurus reproduisant de la manière la plus juste le classement opéré par Bonnaud. Ces catégories ont été ensuite inscrites au catalogue de la FMSH, de sorte qu’un lecteur puisse ensuite se représenter l’organisation de l’ensemble des documents composant la bibliothèque du chercheur.

Les archivistes le font de manière automatique dans la mesure où la dimension organique d’un fonds d’archives laisse apparaître un plan de classement à respecter, si tant est qu’il soit cohérent. Bien souvent, nous collectons une correspondance classée par ordre alphabétique de correspondant ou par ordre chronologique, des dossiers classés par thèmes, des documents de travail organisés par projets.

Les documents d’archives ont en outre la particularité de pouvoir perdre leur intelligibilité lorsqu’ils sont sortis de leur contexte : dans le cas présent, des notes de lecture sans titre sont insérées entre les pages d’un livre, et bon nombre de notes sont organisées par aire géographique puis par date, sans que le contenu ait été porté sur chaque dossier.

Aujourd’hui, reste à traiter le fonds d’archives, qui a été collecté alors qu’il était partiellement déclassé. Le moment venu, ce qu’il reste de sa structure sera confronté au thésaurus. S’il s’avère que la bibliothèque et les archives  avaient été organisées selon la même logique, le thésaurus sera utilisé comme cadre de classement pour pallier les incertitudes quant au classement des sources archivistiques.

Maintenir la cohérence d’un fonds documentaire

Imprimés, archives, le fonds documentaire se trouve au final physiquement divisé. Cela pourrait mettre à mal la cohérence intellectuelle du fonds si les bibliothécaires n’avaient pas pris le soin de « marquer » systématiquement chaque ouvrage comme faisant partie du fonds Robert Bonnaud. Lors du catalogage opéré tout au long de la prise en charge matérielle de l’ensemble du fonds (opération qui s’est déroulée sur plusieurs mois), une zone Unimarc (format d’échange d’informations bibliographiques) du système d’information général de la bibliothèque (SIGB) a été renseignée en ce sens dans chaque notice bibliographique. Il est donc possible d’identifier tous les imprimés de ce fonds dans le catalogue (à ce jour, plus de 8500 ouvrages).

Dans la bibliothèque de Robert Bonnaud (Photo. Daniela Scancella, 2014)

Dans la bibliothèque de Robert Bonnaud (Photo. Daniela Scancella, 2014)

Lorsque le fonds d’archives sera traité, l’instrument de recherche comportera un champ spécifique permettant de faire le lien avec ces autres ressources documentaires qui effectuera un renvoi vers le catalogue. Il s’agit d’une zone relative aux « documents séparés » correspondant à l’élément EAD <separatedmaterial>.

Préserver la matérialité d’une vie de chercheur

Irène et Frédéric Bonnaud, fille et fils de Robert, nous ont confié que cinquante ans de travail n’auront pas suffi à son père pour achever son projet intellectuel. Mais on peut se demander si, au fond, cette histoire globale qu’il a cherchée toute sa vie ne trouve-t-elle pas sa concrétisation dans l’impressionnante somme documentaire constituée par cinquante ans de recherches acharnées.

Bibliothécaires et archivistes en ont désormais la responsabilité conjointe. Collecter, classer et signaler les parties constituantes d’un tel fonds en respectant les normes et pratiques métier n’est pas impossible. Au contraire, cela est source d’une complémentarité indispensable pour qui cherche à préserver la cohérence d’un fonds documentaire de cette envergure.

 

Cyrille Martinez, responsable du Pôle des Dons,

Julien Pomart, responsable du Pôle Archives,

Bibliothèque de la FMSH

  1. Repris en volume, complété notamment par une correspondance avec Marius Chatignon, sous le titre Itinéraire (Minuit, 1962, rééd. 2012) []
  2. Espaces Temps, Numéro 53-54, 1993 []
  3. ibid. []
  4. ibid. []

Julien Pomart

Responsable des Archives de la FMSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *