BabylonePlus: vers un accès unifié aux ressources de la Bibliothèque de la FMSH

La Bibliothèque de la Fondation MSH a récemment mis à la disposition de ses lecteurs un outil de découverte baptisé BabylonePLUS. Cette interface de recherche constitue un point d’accès unique aux ressources papier et numériques de la bibliothèque: elle permet, en une seule interrogation, de collecter des références provenant à la fois du catalogue, des plateformes de revues électroniques, des bases de données en ligne et des fonds d’archives de la FMSH.

Accueil de BabylonePLUS

Accueil de BabylonePLUS

Un panorama des ressources documentaires

Ce « discovery tool » offre la possibilité de balayer l’offre documentaire comprise dans un périmètre défini par la structure qui le met en oeuvre. Comme Nabû, le moteur de recherche des Archives de la FMSH, il s’agit plus précisément d’un moteur de recherche à facettes, dont le principe est de filtrer les résultats d’une requête en fonction de certains critères.

Résultats d'une requête utilisant le terme "archives"

Résultats d’une requête utilisant le terme « archives »

Dans le cadre d’une requête utilisant le terme « archives », tous les référencements incluant ce mot vont faire remonter des résultats. Ceux-ci sont donc très variés puisqu’ils proviennent en général des titres des documents: articles de périodiques consultables en ligne, titres de revues, monographies imprimées et e-books, thèses, critiques d’ouvrages, etc. . Dans tous ces résultats figurent aussi les « documents d’archives ». Des filtres permettent d’affiner la recherche.

Un outil aux multiples facettes

Ces filtres, ou facettes, portent sur différents champs:

  • type d’accès pour les ressources ( papier/ consultation en texte intégral),
  • date de publication,
  • type de document (article, livre/livre électronique, thèses, etc.),
  • discipline scientifique,
  • langue,
  • mots du sujet.

Dans le cas présent, choisir « Périodique / Périodique électronique » du filtre « Types de documents » permettra de sélectionner les revues comme les Archives européennes de sociologie et les Archives de philosophie. En ce qui concerne les archives justement, le type de document correspondant est « document d’archives« , terme choisi pour éviter la confusion avec les numéros rétrospectifs de revues scientifiques aujourd’hui communément appelés « archives ».1

En outre l’outil de découverte présente l’intérêt notable d’effectuer une requête sans distinction de provenance des données. Cela signifie que le fait de ne pas savoir où chercher n’est pas problématique: l’important est surtout de savoir ce que l’on recherche. Par exemple, des rapports de recherche sont conservés aussi bien dans les collections d’imprimés qu’au sein des fonds d’archives. C’est la même chose pour les tirés à part: interroger l’outil de découverte permet de s’affranchir -un peu- des raisons liées à la politique documentaire et de l’historique institutionnels qui ont provoqué la répartition de la documentation en ce sens, et d’obtenir une vision d’ensemble.

L’inclusion des archives dans une logique orientée vers les bibliothèques et leurs usagers

Parcourir l’ensemble d’une offre documentaire est non seulement un gain de temps pour l’usager, mais aussi un gain d’efficacité en faisant apparaître des ressources documentaires parfois moins connues du fait de leur exclusion du catalogue général: articles de revues accessibles en ligne, bases de données bibliographiques, etc.

C’est le cas aussi des fonds d’archives, dont le signalement s’effectue dans un système d’information spécifique. L’intégration des métadonnées produites pour décrire ces fonds a nécessité la mise en place de moyens permettant de déverser automatiquement les données dans l’outil de découverte.

Un entrepôt OAI-PMH pour un « auto-moissonnage »

OAI-PMH (Open Archives Initiative Protocol for Metadata Harvesting) est un protocole d’échange de métadonnées. Il permet de constituer et de mettre à jour automatiquement des entrepôts centralisés de métadonnées interrogeables. Il repose sur l’articulation de fournisseurs de données (une bibliothèque, un centre d’archives, etc.) et les fournisseurs de service (appelés aussi moissonneurs). Les métadonnées sont a minima exposées en Dublin Core2 par les fournisseurs de données, mais d’autres schémas -principalement basés sur le XML- peuvent être utilisés.

Dans le cas présent, il s’agit d’exposer des métadonnées archivistiques correspondant à des instruments de recherche et produites en XML-EAD3, pour qu’elles soient ensuite moissonnées par l’outil de découverte déployé par la Bibliothèque: en quelque sorte, il est question d’auto-moissonnage. C’est un schéma de moissonnage assez différent de celui couramment rencontré, dans lequel les métadonnées d’entrepôts d’institutions différentes sont moissonnées par des plateformes inter-institutionnelles ou nationales, comme le fait ISIDORE.

Pour l’outil de découverte, il y avait deux possibilités de moissonnage: soit en XML, soit en DC. Puisque les inventaires et répertoires archivistiques sont nativement produits en XML-EAD , nous avons opté pour le schéma XML, plus proche des fichiers sources. Le Dublin Core étant d’ailleurs plus adapté aux métadonnées bibliographiques.

Exemple de  de l'entrepôt (2014)

Exemple de <record> de l’entrepôt correspondant à une « notice » d’un instrument de recherche archivistique (2014)

Ce <record> correspond à un article d’un répertoire méthodique de fonds de chercheur:

capture_nabu_article

La description dans Nabû

 

Cet  entrepôt, développé par la société Anaphore à la demande des archivistes de la FMSH et selon des spécifications qui lui sont propres, a dans un premier temps permis d’exposer les métadonnées en XML pour répondre aux besoins générés par le déploiement de l’outil de découverte. Il évolue actuellement afin de permettre un moissonnage par d’autres plateformes.

Du côté fournisseur de service, intégrer les données d’un moteur de recherche réservé aux documents d’archives dans un outil de découverte est une pratique récente. L’éditeur de Summon, la solution logicielle mise en oeuvre, n’avait pas encore eu l’occasion de travailler sur un tel projet. Par ailleurs, l’examen des outils de découverte déployés dans d’autres bibliothèques de recherche et universitaires a montré que les données archivistiques produites par l’établissement n’étaient pas intégrées, soit en raison de la non-informatisation du service d’archives, soit du fait du rattachement du service d’archives à une autre entité que la bibliothèque.

Trouver des archives en un exemple illustré

Comment interpréter les résultats d’une requête? Prenons l’exemple d’une recherche -assez large- portant sur le développement durable. A ce jour, elle restitue 13170 résultats, dont 69 renvoient à des documents d’archives.

Une recherche avec le terme « développement durable »

Le titre de la ressource documentaire correspond au champ « Intitulé » de Nabû. C’est un lien actif qui, tout comme l’élément « Référence en ligne », renvoie directement sur la notice de description archivistique du moteur de recherche. Dans le cas présent les résultats affichés correspondent au fonds d’archives de l’Unité de Documentation et de Liaison sur l’Ecodéveloppement (UDLE) de la FMSH, comme l’indiquent les informations affichées lorsque l’on survole simplement chaque résultat.

La description des fonds d’archives ne s’effectuant pas systématiquement au niveau de la pièce (une notice pour un document), il faut interpréter ce nombre comme un nombre de notices, lesquelles correspondent bien souvent à des dossiers. Ici il est question de plusieurs centaines de documents.

Vers un accès unifié aux ressources documentaires?

Offrir aux usagers d’une bibliothèque le choix de balayer l’ensemble d’une offre documentaire grâce à un même outil s’inscrit dans une logique orientée utilisateurs. Mais ce type de plateforme comporte certaines limites et ne constitue pas une fin en soi : l’accès aux notices descriptives des ressources documentaires nécessite encore de « rebondir » sur les plateformes de signalement respectives : catalogue de la Bibliothèque (Babylone), sites web fournisseurs, moteur de recherche des archives. Il ne s’agit donc pas d’un accès unifié qui intègrerait toutes les notices, mais d’un « signalement unifié » que l’on peut considérer comme un jalon vers un objectif à atteindre à plus long terme.

BabylonePLUS est un service accessible aux lecteurs de la Bibliothèque. Son accès nécessite une connexion authentifiée depuis l’interface Babylone de la Bibliothèque de la FMSH.

  1. Sur l’utilisation du terme « archives », nous avions écrit un billet en 2013: http://archivesfmsh.hypotheses.org/552 []
  2. Schéma de métadonnées générique qui permet de décrire des ressources numériques ou physiques. Il comprend 15 éléments de description []
  3. Encoded Archival Description : standard d’encodage des instruments de recherche archivistiques basé sur le langage XML []

Julien Pomart

Responsable des Archives de la FMSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *