Publication du répertoire méthodique du Fonds Mattei Dogan

Le Service Archives de la FMSH vient de publier un nouvel instrument de recherche accessible sur Nabû. Il s’agit du répertoire méthodique du fonds du sociologue et politologue Mattei Dogan (1920 – 2010). L’ensemble du fonds documentaire du chercheur, composé de sa bibliothèque et de ses dossiers de travail, avait été collecté par la Bibliothèque de la FMSH en 2011.

Qui est Mattei Dogan ?

Intellectuel français d’origine roumaine, Mattei Dogan est un enseignant et surtout un chercheur prolifique. Ses deux principales disciplines sont la sociologie et la science politique. Sociologue, directeur émérite au CNRS, professeur émérite de science politique à l’université de Californie, Los Angeles. Il s’est principalement penché sur les élites, le vote ouvrier, les villes, l’interaction entre le fait religieux et le fait politique.

Lui-même se décrit ainsi :

Sociologue politique, mon domaine se trouve à l’intersection de la sociologie et de la science politique. Ma vie professionnelle n’a pas suivi des chemins classiques. En effet, j’ai été et je reste partagé non seulement entre deux disciplines, mais aussi entre deux rôles (chercheur et enseignant), deux pays (France et États-Unis), deux champs (sociologie comparative et interdisciplinarité) et trois langues (français, anglais et italien). Au fil des années, j’ai changé de thème : d’abord sociologie électorale, ensuite écologie sociale, puis élites politiques, ensuite comparaisons internationales, sociologie de la science.1

 

Questions de fond(s) : classement, tri, échantillonnage

Dogan a laissé un fonds volumineux couvrant ses 65 années de carrière (1945-2010). Représentant initialement une centaine de mètres linéaires, le fonds a été peu à peu réduit, suite à un travail d’échantillonnage, comme le signale Julien Pomart qui a assuré la collecte : La collecte d’un fonds de chercheur en pratique puis au classement. Il représente désormais dix mètres.

Note de travail de Mattei Dogan

Contrairement aux « peuples vaincus », Dogan a laissé des archives pour transmettre ses savoirs à la société (Archives de la FMSH, 2015)

Le problème initial du fonds réside dans le fait qu’il représente « un vrac »2. Aussi, le respect de son ordre interne est difficilement applicable : ses dossiers ne sont pas classés dans un ordre cohérent. Pour un traitement physique et intellectuel satisfaisant, l’archiviste choisit alors de dégager quelques grands axes : la vie professionnelle, l’enseignement, l’activité de publication, les manifestations scientifiques, les matériaux thématiques. Travail délicat puisque Dogan a produit un volume de notes important parmi lesquelles sont enfouis des rapports ou des conclusions rédigées.

Aperçu d'un ensemble de notes de Dogan (Archives de la FMSH, 2015)

Volume conséquent de notes avant d’atteindre un rapport scientifique (Archives de la FMSH, 2015)

Ses travaux sont classés par méthode scientifique et par objet d’études en fonction des mots-clefs et concepts portés sur les dossiers. Cet ordonnancement permet de faire ressortir de manière plus visible ce qu’étaient les recherches de Dogan. Par ces dossiers, il est possible d’imaginer sa méthode scientifique consistant à collecter et croiser des informations, les analyser et les organiser.

Exemple, parmi ses dossiers les plus pointus – ceux concernant les parlementaires et les ministres français – le respect du classement général opéré par le chercheur a été tenu. Cependant, la description a été affinée pour permettre une meilleure appréhension de leur contenu : là où Dogan avait créé une entrée pour un dossier, l’archiviste l’a préservée tout en affinant le niveau de description à chaque sous-dossier.
Capture d'écran d'un dossier dont la description a été affinée (Archives de la FMSH, 2016)

Capture d’écran d’un dossier dont la description a été affinée (Archives de la FMSH, 2016)

A contrario, semblent avoir bénéficié de moins d’attention ses dossiers d’enseignant et d’éditeur. Les premiers peuvent être identifiés par thématique tandis que d’autres ne comportaient aucune information. Au final, nous trouvons essentiellement des travaux corrigés d’étudiants, parfois accompagnés de supports de cours. Pour les seconds, seules quelques notes manuscrites permettent de les rattacher à une œuvre publiée.

On suppose que sa documentation, premier matériau de recherche, se devait d’être facilement accessible, alors que les dossiers de ses activités annexes étaient peu identifiés.

Dogan conservait les traces de son passage aux colloques, journées d’études et séminaires : il s’agissait d’une mine d’informations pour le chercheur et lui offrait une vision globale sur les sciences sociales. L’archiviste a choisi le classement par institution organisatrice – exception faite pour Bellagio, lieu que Dogan affectionnait -, ce type de classement facilitant l’accès à l’information. Dogan conservant parfois plusieurs exemplaires de documents donnés lors de ces manifestations, il a été décidé de ne conserver qu’un spécimen, idéalement celui annoté.
Enfin les dossiers documentaires thématiques ont été classés alphabétiquement. Ceux-ci portent des libellés pertinents et un contenu plutôt hétéroclite – journaux annotés, notes, analyses, communications scientifiques -.

Aperçu d'une partie des archives de Mattei Dogan lors de la collecte

Aperçu d’une partie des archives de Mattei Dogan lors de la collecte (Archives de la FMSH, 2011)

Détail intéressant, dans certains dossiers nous pouvons retrouver des interventions qui n’ont pas été classées dans les dossiers de manifestations scientifiques : un même document peut avoir plusieurs usages chez Dogan.

Les répertoires qu’il a laissés attestent d’échanges fréquents avec différents chercheurs. C’est ainsi que l’on voit se dessiner un réseau scientifique dont Klaus von Beyme (politologue allemand), Karl W. Deutsch (sociologue et politologue tchèque), Lewis Edinger (politologue d’origine allemande), Allan Kornberg (politologue canadien), Juan Linz (sociologue espagnol), Giovanni Sartori (politologue italien). Il se pourrait que certains des noms évoqués soient des mentors, des condisciples voire des disciples.

Mon cheminement professionnel a changé parallèlement aux changements d’orientation des collègues que j’ai eu la chance de fréquenter quand j’étais encore un jeune chercheur dans le comité de sociologie politique et auquel je me suis intégré très tôt (Lipset, Linz, Rokkan, Rose, Sartori et quelques autres). C’est là que je suis devenu un comparatiste. Tout en restant ancré au CNRS, que je n’ai jamais quitté, malgré les multiples opportunités en France et à l’étranger, j’ai aussi enseigné une partie de l’année aux États-Unis en faisant la navette à travers l’Atlantique pendant plus de vingt-deux ans, notamment comme professeur de science politique à UCLA entre 1973 et 1991. J’ai enseigné également à l’Université de Trento (1965-1969), à l’Institut de Statistiques Mathématiques à Tokyo ainsi que aux Universités de Yale et d’Indiana. J’ai beaucoup voyagé (…) et je suis allé observer la vie sociale dans des dizaines de villes géantes, ce qui a résulté en l’ouvrage The Metropolis Era.

Son implication dans la vie scientifique conduit Dogan à travailler énormément au sein d’associations tant à l’échelon national qu’au niveau mondial. Il a laissé un important volume de documents liés entre autre à l’organisation de manifestations scientifiques, d’études collaboratives.

De nombreuses communications scientifiques conservées et désormais classées et indexées sont à l’heure actuelle difficilement accessibles. Citons la table-ronde « La participation des femmes à la vie politique » du 2ème congrès international de science politique (La Haye, 8-12 septembre 1952) difficilement localisable sur la Toile alors qu’une grande partie voire de la totalité des communications scientifiques est disponible sous la cote 8D4/144.

On retrouve dans le fonds quelques bribes de sa vie personnelle. Il semble donc que Mattei Dogan a consacré sa vie à la recherche. Ainsi, comme l’écrivait Jean-Pascal Daloz dans un hommage de l’Association Française de Science Politique3 :

Un congrès international en sa compagnie était un véritable marathon. Je me souviens de celui de sociologie à Brisbane en 2002 (alors qu’il était âgé déjà de plus de 80 ans). Tandis que d’aucuns, une fois leur communication donnée, filaient sur les plages ou voir les koalas, nous enchaînions dix-sept “panels”(NDLR : rencontres inter-chercheurs), et des tables rondes, et les réunions administratives, et les remises de prix. Les déjeuners et dîners étaient tous consacrés à des rencontres avec des collègues, des éditeurs, des responsables de revues, etc. […] Mais derrière l’homme reconnu – et disposant, qui plus est, de ressources financières hors du commun – se dissimulait un individu fragile, pour toutes sortes de raisons personnelles. En ce qui me concerne, je garderai le souvenir d’un penseur d’une grande subtilité intellectuelle et d’un chercheur à la puissance de travail des plus stimulantes.

 

  1. Ce texte de présentation rédigé par Dogan a été envoyé aux Presses universitaires de France en 2008. []
  2. Jargon archivistique pour évoquer un fonds sans classement []
  3. Jean-Pascal Daloz, In memoriam Mattei Dogan. Association Française de Science Politique, 2011. [URL]http://www.afsp.msh-paris.fr/home/hommagedogan.pdf []

Landry Riche

Archiviste au sein de la FMSH.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *