Les archives du Laboratoire européen de psychologie sociale

Les archives du Laboratoire européen de psychologie sociale (1976-2005) sont désormais accessibles. Les Archives de la FMSH ont publié le répertoire méthodique correspondant dans Nabû.

Le Laboratoire européen de psychologie sociale

Le Laboratoire européen de psychologie sociale (LEPS) a été créé à la FMSH en 1976 avec le soutien de Clemens Heller dans l’optique de compléter l’action de l’Association européenne de psychologie. Sa direction fut confiée à un comité composé des chercheurs Mario von Cranach (Berne), Willem Doise (Genève), Serge Moscovici (Paris), Klaus R. Scherer (Giessen) et Henry Tajfel (Bristol).
Son secrétariat a été assuré par Adriana Touraine de 1976 à 1991, puis par Anne Laurent jusque 2005.

Le LEPS avait pour principales activités:

  • l’accueil, pour plusieurs mois, de spécialistes venant de différents laboratoires européens pour travailler ensemble et avec leurs collègues français sur des programmes d’intérêt commun
  • la mise à disposition des moyens techniques nécessaires à la mise au point de projets et pilotage des expériences poursuivies
  • l’organisation de tables rondes et de colloques sur des thèmes proposés
leps_art1-1

Courrier de Clemens Heller confirmant la création du LEPS, 11 août 1976 (Archives FMSH, 4D1 art. 1)

Les activités scientifiques étaient regroupées autour de quatre axes de recherche: l’interaction sociale, les représentations sociales, la perception de l’espace, les recherches sur la communication non verbale et sur les émotions. Le laboratoire a organisé plus d’une trentaine de manifestations scientifiques, la plupart en lien avec ces axes de recherche, entre 1976 et 1993.

Accéder à la frise chronologique sur le site : Manifestations scientifiques du LEPS

Le fonds d’archives

Le fonds fut collecté au Secrétariat scientifique de la FMSH en 2010. Au moment de la collecte dans les locaux du 1er étage de la Maison des Sciences de l’Homme, les archives du laboratoire étaient classées en grands ensembles que l’on retrouve dans l’organisation actuelle.
Le segment le plus cohérent et complet concerne l’organisation de réunions de laboratoire et de manifestations scientifiques. C’est celui qui a visiblement bénéficié d’un effort de classement particulier par les secrétaires du laboratoire. Le fonds est a priori lacunaire : par exemple, la correspondance ne représente que quelques dossiers pour plus de 25 années d’activités. Qui plus est, les documents se font plus rares pour la deuxième partie de la vie du LEPS (1990-2015).

Un « laboratoire sans murs » ?

Une des originalités du LEPS tenait de sa structuration entre laboratoire et réseau scientifique, comme l’a écrit le chercheur en psychologie sociale Nikos Kalampalikis1. Le laboratoire n’était pas incarné en un véritable lieu physique comme un laboratoire classique de l’époque.

Un minuscule bureau pour Serge Moscovici, et un espace délimité autour du bureau de sa coordinatrice, Anne Laurent, habituellement surchargé. Pas de bureau, pas de bibliothèque, car le LEPS est réseau de la Fondation Maison des sciences de l’homme (MSH) dont la mission principale est justement l’émancipation des sciences sociales.

Les documents d’archives à notre disposition, auxquels l’auteur n’avait pas eu recours, apportent quelques éléments complémentaires quant à la nature du LEPS.

Un laboratoire sans salle d’expérimentation

D’abord, on peut s’interroger sur l’existence d’un lieu dédié aux expériences scientifiques : on imagine qu’un laboratoire en psychologie sociale devait disposer d’une salle permettant les montages expérimentaux. Il se trouve en effet qu’une « salle d’expérimentation en sciences sociales » existait au 4ème étage de la MSH, gérée jusque 1976 par le laboratoire de psychologie sociale de l’EHESS (en tant qu’équipe de recherche associée n°273 du CNRS). Cet espace de plus de 60 m2 était doté d’équipements fixes (cabines, micros casques, consoles, ..) et mobiles (projecteurs, caméras, magnétophones, etc.).

leps_art1-3

Vue perspective – intérieure (Archives FMSH, 4D1 art. 1)

leps_art1-2

Coupe et vue de dessus (Archives FMSH, 4D1 art. 1)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cependant l’utilité de cette salle d’expérimentation fut remise en question dès la création du LEPS, au moment où se posait la problématique du bon fonctionnement des équipements. Dans un rapport non daté et non signé, mais dont l’auteur semble être Serge Moscovici, les raisons pour la suppression de cette salle sont avancées :

Il ne faut pas considérer que le laboratoire est la panacée de la recherche en sciences sociales. On peut même dire qu’aujourd’hui, de différents bords, l’importance accordée à l’expérimentation du type de celle que l’on peut pratiquer en laboratoire, est remise en question. Elle est apparue un temps comme une garantie de la scientificité de des recherches entreprises en ces domaines, comme le moyen pour la psychologie et la psychologie sociale notamment de se dégager d’une approche spéculative. Deux perspectives se dégagent. L’une consiste à tenter de développer une théorie de la pratique expérimentale existante pour, autant que possible, soit éliminer, soit contrôler les artéfacts qu’on peut y repérer. L’autre est plus radicale. Elle part d’un constat : les problématiques qui dominent en psychologie et en psychologie sociale, en particulier, sont liées aux formes spécifiques de la pratique expérimentale dans ces disciplines. Elle débouche sur une remise en question tant des problématiques que des pratiques expérimentales dominantes. Cette situation doit être prise en compte dans toute décision concernant l’avenir de l’instrument de recherche que constitue le laboratoire qui fait l’objet de ce rapport.

Ce constat préfigure la disparition de la salle d’expérimentation, qui n’apparaît plus dans les archives à partir de 1977 : son dernier utilisateur semble être Alain Touraine, qui en septembre 1976 effectuait une demande d’utilisation de la salle dans le cadre d’une recherche sur les conduites collectives et les mouvements sociaux.2. D’emblée, dès la création du LEPS, l’abandon de cet outil constitue une étape décisive vers la constitution d’un laboratoire d’un nouveau genre, détaché d’un point d’ancrage physique, « sans murs ».

Un laboratoire permanent, des occupants temporaires

Si en 2003, soit deux ans avant la fin de ses activités, le LEPS se réduisait à deux bureaux, sa configuration était différente à la fin des années 1970 : 9 bureaux, dont deux créés suite à la suppression de la salle d’expérimentation, situés au 4ème étage. Ces bureaux étaient destinés à accueillir les membres du laboratoire, invités pour quelques mois, par exemple grâce au programme Directeurs d’études associés (DEA) créé en 1975. Ce dispositif permettait aux groupes de travail de se réunir.

Quelques dossiers permettent de retracer la présence des membres du laboratoire à la MSH entre 1976 et 1990 (4D1, art. 87 à 91), ainsi que le motif de leur présence. Par ailleurs, un planning des bureaux pour la période 1982-1985 a été conservé (4D1 art. 92).

leps_art-92

Planning de l’occupation des bureaux du LEPS pour la période 1984-1985 (Archives FMSH, 4D1 art. 92)

A cela on peut ajouter le rôle déterminant de l’implantation physique à la Maison des Sciences de l’Homme en tant que « coeur » du laboratoire, doté en permanence d’une secrétaire scientifique chargée d’organiser les réunions de travail, ateliers et colloques, et d’assurer la partie administrative et financière relative aux invitations des membres et collaborateurs étrangers. En ce qui concerne les manifestations scientifiques, la plupart ont eu lieu à la Maison des Sciences de l’Homme.

La fermeture du LEPS

A partir des années 1990, les activités du Laboratoire européen de psychologie sociale ont vraisemblablement diminué, comme semblent l’indiquer le peu d’archives datant de cette époque. En 1993, l’administrateur Maurice Aymard souhaite lui donner une nouvelle impulsion, qui aura pour effet un regain d’activité par la suite. Mais en 2003, suite au rapport d’inspection du Comité international d’évaluation scientifique de la FMSH, la fermeture du LEPS est décidée au motif principal qu’un groupe de recherche n’a pas vocation à se pérenniser à la MSH.

Le rapport d’auto-évaluation remis en novembre 2003 par le LEPS au CIES dans le cadre de cette inspection3 fourmille d’informations relatives à l’histoire ainsi qu’aux apports du Laboratoire à la psychologie sociale. Il contient, en plus d’une présentation détaillée du laboratoire par Serge Moscovici et de l’article publié par N. Kalampalikis en octobre, un grand nombre de témoignages de chercheurs ainsi qu’une bibliographie détaillée.

  1. « Un laboratoire sans murs : le LEPS ». Journal des Psychologues, 2003 octobre, pp. 50-54. []
  2. Lettre d’Alain Touraine à Clemens Heller, 30 septembre 1976. Archives FMSH, 4D1 art. 1 []
  3. Archives FMSH, 4D1 art. 16 []

Julien Pomart

Responsable des Archives de la FMSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *