Genre de l’archive. Constitution et transmission des mémoires militantes

Le Codhos (Collectif des centres de documentation en histoire ouvrière et sociale, dont est membre la Bibliothèque de la FMSH) vient de publier un ouvrage intitulé Genre de l’archive. Constitution et transmission des mémoires militantes et issu de la journée d’étude éponyme qui avait eu lieu le 11 février 2016 au Centre Mahler (plus d’informations). Nous signalons en particulier la présence d’un texte consacré aux archives de Marguerite Pichon-Landry conservées aux Archives de la FMSH.

« Y a-t-il donc un silence des sources sur les femmes? Leurs traces s’effacent-elles plus vite que celles de leurs compagnons faute d’estime, de recueil, de soin, de transmission? La différence des sexes, et leur hiérarchie, marquent-elles la constitution des bibliothèques et surtout des archives, publiques et privées ? Le mouvement social a-t-il, de ce point de vue, créé sinon une rupture, du moins provoqué une brèche? ».
Cette question posée par Michelle Perrot est au cœur de ce volume qui rassemble les actes remaniés et augmentés d’une journée d’études organisée conjointement par le Centre d’histoire sociale du xxe siècle (université Paris 1  Panthéon-Sorbonne/CNRS) et le Codhos (Collectif des centres de documentation en histoire ouvrière et sociale) sur le Genre de l’archive, en février 2016. Ce n’était pas la première initiative sur cette thématique mais l’analyse portait lors de cette journée sur un type bien particulier d’archives, celles constituées ou léguées par des militant-e-s des mouvements ouvriers et sociaux. Le sous-titre de ce volume est à cet égard explicite : constitution et transmission des mémoires militantes. C’est là le terrain du Codhos, qui regroupe plusde 40 centres de documentation, bibliothèques et archives, privés ou publics.
Le réseau, constitué en 2000 à partir d’un noyau originel de centres de documentation partisans et syndicaux s’est élargi jusqu’à couvrir un prisme documentaire militant beaucoup plus large, dont témoigne par exemple l’adhésion de l’association Archives du féminisme. Chercheur-e-s et archivistes unissent donc ici leurs efforts pour interroger l’archive au prisme du genre dans le domaine particulier du mouvement social.

Au sommaire

Avant-propos, par Michelle Perrot
Introduction, par Françoise Blum
Première partie : Femmes et archives
  • Madeleine Rebérioux/Jacques Duclos : masculin/féminin de l’archive, par Éric Lafon
  • Qui a tué Berthe Fouchère ?, par Colette Avrane
  • Construire/Déconstruire/Reconstruire la mémoire de Bernadette Cattanéo, par Alicia Leon Y Barella et Rossana Vaccaro
  • À la manière d’Aragon et de Triolet : Suzanne Arlet, écrivaine et militante, par Lucie Guesnier

Deuxième partie : Du côté des féministes

  • Les féministes et leurs archives, par Marine Rouch
  • Entre genre et nombre, une féministe et sa famille : le fonds Marguerite Pichon-Landry, par Julien Pomart
  • « Vous ne me connaissez pas mais ne jetez pas tout de suite ma lettre ». Le courrier des lecteurs et lectrices de Simone de Beauvoir, par Marine Rouch

 

Troisième partie : Histoires de couples
  • L’intime dans l’archive à l’Institut français d’histoire sociale, par Marie-Geneviève Dezès
  • Les « femmes en archive » de Pierre Naville : Denise, Violette, B. et Catherine…, par Françoise Blum
  • Annette Vidal, secrétaire particulière et archiviste d’Henri Barbusse, par Isabelle Lassignardie
  • L’inégalité archivistique dans le couple : l’exemple de Maurice Thorez et Jeannette Vermeersch, par Annette Wieviorka
Conclusion, par Julie Verlaine

Pour commander, utiliser le bon de commande


Julien Pomart

Responsable des Archives de la FMSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *