Les archives des Nouvelles de l’Archéologie

Le fonds d’archives de la revue Les Nouvelles de l’Archéologie a été classé dans le cadre d’un marché de traitement archivistique coordonné par le Campus Condorcet et est désormais ouvert à la consultation.

« L’information scientifique est en crise ». C’est par ces mots que débuta l’aventure des Nouvelles de l’archéologie (éditorial du numéro 0, juillet 1979). Bulletin d’informations engagé et doté d’un franc parler dès leur naissance, les Nouvelles de l’archéologie affichèrent des objectifs clairs : partager des contenus scientifiques au travers de dossiers thématiques, diffuser des informations (administratives, financières, scientifiques) touchant à la vie de la science tout en devenant un espace rendant visibles les évolutions et débats de l’Archéologie.

Une rencontre scientifique joua un rôle de déclencheur dans la création des Nouvelles de l’archéologie. Au printemps 1978 se tint, à la FMSH, la première table-ronde dédiée à la politique de l’Archéologie en Europe dont Alain Schnapp, historien et archéologue spécialiste de la Grèce ancienne, et Jean Chapelot, historien et archéologue spécialiste de l’habitat rural et de la céramique du Moyen Âge, furent les organisateurs. La FMSH leur proposa de prendre à leur charge la publication d’un bulletin d’informations. Près d’un an plus tard, le 26 mars 1979, les locaux de la Maison de Sciences de l’Homme accueillirent une réunion ayant pour but de créer une revue devant générer une réflexion autour de l’archéologie. A l’issue de cette réunion, les Nouvelles de l’archéologie étaient nées. Elles eurent pour membres fondateurs Françoise Audouze, Thierry Berthoud, Jacques Boucard, Annie Caubet, Jean Chapelot, Serge Cleuziou, Jean Combier, Anick Coudart, Jean-Pierre Darmon, Gabrille Démians d’Archimbauld, Jean-Paul Demoule, Jean-Paul Farrugia, Alain Ferdière, Henri Galinié, Jean Guilaine, Bruno Helly, Jean-François Jarrige, Danièle Lavallée, Henri de Lumley, Robert Neiss, Catherine Perlès, François Petry, Maurice Picon, Jean-Philippe Rigaud, Alain Schnapp et Marguerite Yon.

Au moment de leur lancement, les Nouvelles de l’archéologie s’implantèrent au sein de la MSH au 54 boulevard Raspail (Paris 6e). De l’impression au routage en passant par la gestion, la fabrication des numéros fut, jusqu’en 1981, intégralement prise en charge par la Fondation qui, en plus de la mise à disposition d’un bureau, affecta à mi-temps un secrétariat à la saisie des textes. Elles adoptèrent la forme d’un bulletin trimestriel divisé en deux parties, l’une dédiée, lorsque la matière était suffisante, à un dossier thématique en fonction de l’actualité scientifique, l’autre d’un ensemble de nouvelles brèves aussi diversifiées que possible. Le premier numéro fut envoyé à tous les archéologues dépendant du service public. Faisant de l’accessibilité au plus grand nombre une priorité, le bulletin fit de la gratuité son fer de lance.

Très tôt, l’activité des Nouvelles de l’archéologie dépassa le simple cadre de la publication au travers de l’organisation ou de la participation du bulletin et de son équipe à des évènements scientifiques de plus ou moins grande ampleur. Elles participèrent ainsi en 1981 et 1982 à l’organisation de la seconde table-ronde sur la politique de l’Archéologie en Europe ainsi qu’à celle du colloque international sur la Recherche et la Technologie.

En mutation et remise en question constantes, les Nouvelles de l’archéologie n’eurent de cesse d’analyser leurs pratiques et de soumettre à la communauté scientifique, au travers des éditoriaux, les épreuves et différentes options d’évolution qui se présentaient à elles.

L’éditorial du numéro 10, dernier numéro gratuit, fit un point sur les quatre premières années d’existence du bulletin et expliqua avec soin la nécessité d’un passage à un nouveau mode de financement. Si les objectifs et visées des Nouvelles de l’archéologie restaient inchangés, le mode de financement du bulletin devait lui évoluer pour lui permettre de perdurer. Au financement unique de la FMSH virent donc s’ajouter, à compter de 1982, trois subventions émanant de la Direction des Sciences sociales du Secteur Humanités du CNRS, de la sous-direction des Sciences Sociales et Humaines du Ministère des Relations Extérieures ainsi que du Ministère de la Culture. La gratuité pour tous céda la place à une gratuité orientée vers les personnes aux faibles revenus et vers celles dont le pays disposait difficilement de devises étrangères.

Après sept années d’existence, une remise en question, dont le numéro 23 se fit l’écho, devint nécessaire. La FMSH, qui assurait, depuis la création du bulletin, sa fabrication et lui permettait de bénéficier de bon nombre d’avantages décida de se désengager, tant d’un point de vue financier que matériel, de la revue. La gratuité, qui avait été encore pratiquée partiellement jusque-là, dut être abandonnée totalement. Cette crise appelait une mutation. Trois options se présentèrent : devenir une lettre d’information, devenir une véritable revue ou conserver la formule des débuts du bulletin en dépit de l’incertitude des financements disponibles.

Il fallut attendre le numéro 30 pour qu’une issue soit trouvée. Le contenu, aux mains d’un comité de rédaction souverain, resta inchangé mais la fabrication et la distribution furent confiées à un professionnel. Ces missions furent assignées, dès 1988, aux éditions Errance avant qu’un contrat d’édition et de diffusion, à compter de 2009, ne lient les éditions Errance et la FMSH. De bulletin d’informations, les Nouvelles de l’Archéologie se transformèrent en revue.

En 2007, un nouveau cap fut passé. Les Nouvelles de l’archéologie devinrent une association loi 1901 dotée de statuts dont le siège fut fixé à la FMSH. Dirigée par un conseil d’administration faisant office de comité de rédaction comprenant quinze membres élus et rééligibles, cette association affiche comme fonction première la publication d’une revue trimestrielle. En septembre 2010, la revue entra durablement dans le monde numérique par le biais de son adhésion au portail Revues.org : http://nda.revues.org/ . Elle est aussi publiée sous forme imprimée.

Le répertoire méthodique du fonds de la revue Les Nouvelles de l’Archéologie est consultable sur Nabû à cette adresse.

Billet basé sur la présentation du producteur du fonds rédigée par Emmanuelle Portugal, archiviste chez Studia Conseil

 


Julien Pomart

Responsable des Archives de la FMSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *