La collecte d’un fonds de chercheur en pratique

De quelle manière procèdent les archivistes lors d’une opération de collecte d’un fonds d’archives de chercheur? Exemple d’un cas concret autour d’un fonds complexe : le don Mattei Dogan .

Les récits des archivistes regorgent d’histoires passionnantes narrant les trouvailles de ces explorateurs au sein de demeures de chercheurs, ainsi que dans leurs caves et autres greniers.

Dans le cas présent, le fonds se trouvait dispersé entre le domicile du donateur, son garage et sa cave. Et pour cause: Mattei Dogan, dont l’intense activité de recherche s’est écoulée sur presque 70 ans , a vraisemblablement conservé l’intégralité des documents qu’il a pu produire et recevoir, ce qui représente environ 100 mètres linéaires. Il est rare de procéder à la collecte d’un tel volume documentaire constitué par une seule personne.

Ces archives, constituées de dossiers thématiques, n’ont fait l’objet ni d’un classement élaboré ni d’un conditionnement adapté. C’est ce qu’on appelle un vrac. Sa collecte est en cours.

L’expertise archivistique et la méthodologie qui en découle

Les dossiers thématiques, aussi bien constitués dans les années 1950 que très récemment, s’articulent toujours autour des mêmes typologies documentaires.

Prenons l’exemple d’un dossier nommé « Longévité des carrières politiques ». Il se compose:

  • de brouillons consécutifs pour un article/ouvrage,
  • de coupures de presse voire de journaux complets,
  • de photocopies d’articles parus dans des revues scientifiques et de photocopies de parties d’ouvrages,
  • de travaux personnels antérieurs sur le sujet,
  • de travaux d’autres chercheurs (notamment des working papers ),
  • de fiches de lecture,
  • de correspondance échangée avec des collaborateurs (chercheurs, éditeurs,…) ou hommes politiques.

Compte-tenu du volume documentaire que le fonds représente, il n’est pas envisageable, en termes de moyens humains et de capacité de stockage, de le prendre en charge dans sa totalité. En outre, l’intérêt pour la recherche que constituerait la conservation de l’intégralité des dossiers semble limité.

De ce fait, un premier tri est effectué sur place pour essayer de dégager les documents revêtant un intérêt scientifique particulier. L’ensemble des dossiers de documentation spécialisée ne sera pas conservé. On procède toutefois à un échantillonnage qualitatif1 qui devrait permettre de rendre compte de la méthode de travail du chercheur.

La difficile application du principe de respect du fonds

En archivistique, le fonds apparaît comme l’ensemble des documents de toute nature, constitué de nature organique par un producteur dans l’exercice de ses activités et en fonction de ses attributions. Trois notions s’articulent autour du principe de respect du fonds:

  • le respect de sa provenance: les archives de deux producteurs différents ne doivent pas être mélangées,
  • le respect de son intégrité: le fonds ne doit pas être morcelé ou faire l’objet d’ajouts d’éléments étrangers,
  • le respect de l’ordre interne: les documents qui composent le fonds doivent être maintenus dans un ordre pertinent.
C’est autour de cette dernière notion connexe que l’application du principe de respect du fonds s’avère problématique. En effet:
  • Même si les dossiers sont nommés, ils ne sont pas ordonnés de manière cohérente,
  • L’utilisation de deux langues différentes pour le nommage des dossiers, l’anglais et le français, complique la logique de leur classement,
  • L’action de tri opérée par l’archiviste entraîne la constitution d’un « nouveau » fonds d’archives, définitif,  dont les dossiers seront ordonnés de manière différente par rapport à la situation originelle.

Dans certains cas, comme celui du fonds Mattei Dogan, la logique d’exploitation historique des documents doit prévaloir sur les considérations théoriques qui sous-tendent la réflexion archivistique. Cela implique des choix que les archivistes exposent au sein des instruments de recherche qu’ils produisent afin de renseigner l’usager des archives sur l’histoire du fonds qu’il consulte.

  1. Forme particulière de tri permettant de retenir un certain nombre de documents estimés représentatifs d’un ensemble []

Julien Pomart

Responsable des Archives de la FMSH

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 29/06/2016

    […] Mattei Dogan a laissé un fonds assez volumineux et complet, couvrant la totalité de sa carrière soit à peu près 65 ans (1945-2010) et illustrant ainsi les différentes facettes de son travail. Cela représentait initialement une centaine de mètres linéaires mais un travail d’échantillonnage a eu lieu, comme le signale Julien Pomart qui a assuré la collecte : La collecte d’un fonds de chercheur en pratique. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *