De la création de la Maison des Sciences de l’Homme

La Maison des Sciences de l’Homme, située au 54 boulevard Raspail, Paris 6ème, fait actuellement l’objet de travaux de désamiantage. Cet important chantier nécessite la consultation des archives de la Fondation par les différentes entités internes et externes travaillant sur ce projet. Pour le Pôle Archives, le classement et le traitement des documents portant sur la construction du bâtiment constitue de ce fait l’un des chantiers prioritaires de l’année 2012. Voilà l’occasion de se pencher sur la génèse de cet ensemble immobilier et des sources primaires pour l’écriture de son histoire.

La création de la Maison des Sciences de l’Homme est née d’un besoin exprimé dès le milieu des années 1950: celui de disposer d’un lieu à Paris où différentes institutions pourraient installer leurs centres de recherche en sciences humaines et sociales1 . L’objectif est double : disposer de services communs, dont une grande bibliothèque mutualisée, ainsi que d’un environnement de travail propice au dialogue entre chercheurs de disciplines, aires culturelles et nationalités différentes. Le projet est notamment porté par les historiens Fernand Braudel et Clemens Heller.

La Fondation Ford, contactée dès 1955, accepte de participer au projet institutionnel. Elle alloue, en 1959, une donation d’un million de dollars pour l’édification d’une « Maison des Sciences de l’Homme », à la condition qu’un centre de ressources documentaires en sciences humaines et sociales soit créé, suivant le modèle des complexes documentaires à l’américaine.2. A la fin de l’année 1960, le projet est déjà défini dans ses grandes lignes. La Maison des Sciences de l’Homme sera située à l’emplacement de la prison militaire du Cherche-Midi, à l’angle de la rue éponyme et du boulevard Raspail, dans le 6ème arrondissement de Paris.

I.   Des centres de recherche structurés autour d’une bibliothèque

La MSH comprendra un bâtiment de 4 étages et un autre de 9 étages, dans lequel devra prendre place la bibliothèque. La conception de cette bibliothèque demeure un enjeu important du projet immobilier. En mars 1962, une mission d’étude et d’information est envoyée aux Etats-Unis avec pour objet d’« Etudier avec les experts américains les problèmes relatifs à la Maison des Sciences de l’Homme et élaborer avec eux les questions concernant la construction et le fonctionnement de la dite Maison ».3

Cette mission se compose de :

  • Marcel LODS, architecte de la MSH
  • Paul DEPONDT, architecte adjoint de la MSH
  • Jean BLETON, conservateur du Service Technique à la Direction Générale des Bibliothèques
  • René Marzocchi, Secrétaire Général de la Délégation à la Recherche Scientifique
  • Clemens Heller, Conseiller Adjoint, Coordinateur de la Division des Aires Culturelles de la Vieme section de l’EPHE

Parmi les 22 bibliothèques dans 8 universités, quatre bibliothèques indépendantes et 6 immeubles de bureaux visités, on peut citer:

  • Dag Hammarksjold Library, New York
  • Firestone Library, Princeton University, Princeton, New Jersey
  • Wayne State University Libraries, Detroit
  • Harvard University Libraries, Cambridge, Massachusetts

Le futur bâtiment du 54 bd Raspail est envisagé et conçu avant tout comme une grande bibliothèque, comme le sous-entendent les conclusions que tire Marcel Lods de cette mission. A la lecture des différents comptes rendus, il apparaît que ce terme est utilisé pour désigner l’ensemble du grand bâtiment: l’environnement que constitue une bibliothèque, propice à la lecture et à la réflexion, convient à l’ensemble de la Maison.

II.   Un bâtiment conçu par des chercheurs pour des chercheurs

A partir de 1960, on commence à réfléchir à la conception du futur bâtiment qui doit être érigé à la place de la prison du Cherche-Midi. Un Conseil Technique est formé. Il est composé des membres de la mission américaine ainsi que des architectes Lods et Depondt.

Si le but du nouveau bâtiment est de rassembler les chercheurs de domaines scientifiques et spécialités différents afin de faire émerger des projets internationaux et transdisciplinaires,  une répartition est néanmoins effectuée. Différents secteurs doivent être logés, environ un par étage : Mathématiques, Cartographie, Sociologie, Economie, Centres de Documentation d’Aires Culturelles, Psychologie, Sciences Politiques, Histoire, Comité et commissions. Jusqu’en 1968, lorsque la liste des entités amenées à êtres hébergées est arrêtée, de nombreux directeurs de laboratoires et de centres de recherches adressent leur demande d’hébergement à Fernand Braudel.

Les départements de la bibliothèque correspondant à ces secteurs s’organisent autour d’un noyau qui se constitue verticalement.  L’accès au rayon de chaque département ne peut être ouvert qu’aux chercheurs de la discipline correspondante, ceux des autres secteurs n’ayant le droit d’y accéder que sur autorisation spéciale. Pour Clemens Heller, il s’agit surtout d’une bibliothèque de recherche de portée internationale. On insiste sur le niveau de compétence et formation élevés que doivent avoir les futurs bibliothécaires et le fort lien qui doit exister entre la politique documentaire et les axes de recherche suivis au sein des différentes sections.4

A ce stade de la réflexion portant sur la conception du bâtiment, il est uniquement question des utilisateurs –les chercheurs, considérés avant tout comme des lecteurs/usagers- et des espaces qui leur seront réservés, et non des bibliothécaires. La conception est avant tout centrée sur le lecteur, l’organisation des différents services de la bibliothèque devant s’y adapter. Le principe fondamental étant que la bibliothèque ne doit pas être séparée des chercheurs.

III.   De la conception à la réalisation

La construction de l’ensemble immobilier débute en 1967, et l’installation des services administratifs de la Fondation commence  au deuxième étage dès la remise des clefs du petit bâtiment, le 28 mai 1969. Quant à la bibliothèque située au 1er étage du grand bâtiment, son aménagement matériel débute en novembre.5. L’installation des centres de recherche a lieu de manière progressive à partir de 1970.

Les grandes lignes du programme constructif ainsi que l’orientation scientifique du projet ont été respectées. A l’étage de la bibliothèque, les espaces de lecture, de travail et les services techniques s’organisent autour d’un noyau central situé entre deux escaliers : le magasin à livres. Du deuxième au neuvième étage, différents centres de recherche ceignent les rayonnages à livres situés au centre du bâtiment. De plus, les gaines pneumatiques et le monte-charge permettent les échanges de documents entre les différents niveaux6. Cette implantation des collections au coeur même de la Maison permet leur diffusion de toutes parts.

Si la configuration des locaux s’effectue comme une bibliothèque, le choix des installations techniques et des matériaux confirme cette volonté d’offrir aux chercheurs un environnement de travail adapté à la recherche. Une attention particulière est accordée à l’atténuation du bruit. Ainsi, le choix a été fait de pas permettre l’ouverture des fenêtres afin de ne pas être gêné par l’agitation de la rue. Le renouvellement de l’air est effectué par un système de conditionnement de l’air, l’un des premiers de cette ampleur installés en France. En ce qui concerne la luminosité, des volets en aluminium s’ouvrent et se ferment de l’intérieur. Grâce à ce système original, les usagers du bâtiment modifient eux-même l’apparence des façades au rythme des journées et des saisons.

IV.   Quelles archives consulter pour l’histoire du projet?

Parce que l’archivistique met à l’honneur le principe de respect des fonds et de leurs producteurs, il n’existe pas au sein du fonds d’archives de la FMSH d’ensemble nommé « Construction de la MSH », dans lequel tous les documents produits par ses différents services, et en lien avec le sujet, auraient été réunis. Les dossiers portant sur la création de la MSH sont classés parmi les autres archives des services de la Fondation qui les ont produits:

  1. Les éléments relatifs à la conception intellectuelle ainsi que les tractations avec les acteurs publics et privés, dont la Ford Foundation, se trouvent en majeure partie dans le fonds de l’Administrateur, mandat de Fernand Braudel (1963-1985), ainsi que dans le fonds de l’Association Maison des Sciences de l’Homme (1957-1962). Le premier administrateur de la Fondation Maison des sciences de l’homme a laissé là un panorama du paysage de la recherche en sciences humaines et sociales français de la fin des années 1950.
  2. En ce qui concerne les éléments juridiques et financiers du projet, ils sont à chercher dans le fonds Jean-Barin, premier secrétaire général de la FMSH (1964-1990). Il s’agit par exemple des conventions d’occupation et de gestion des bâtiments: entre la FMSH, le Ministère de l’Education Nationale et le Ministère de la Justice en 1970, et entre la FMSH et l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales en 1977 et 1996. En effet, de 1970 à 1975, l’ensemble immobilier est attribué conjointement à ces deux ministères, l’Education Nationale mettant ses surfaces à la disposition de la FMSH. A la suite de la libération des locaux occupés par la Justice en 1975,  l’EHESS devient co-occupante des lieux avec la Fondation.
  3. Quant à la partie technique, elle se situe dans les archives de ce qui a longtemps constitué le « Service Intérieur », assurant des fonctions avant tout logistiques. Il s’agit quasi exclusivement de plans de cloisonnement et d’attribution des bureaux, de schémas des installations techniques (électricité, plomberie, climatisation), de coupes et d’élévations fournis par le cabinet d’architectes Lods, Depondt, Beauclair, mais aussi par les entreprises ayant travaillé sur le chantier, notamment Studal (filiale de l’Aluminium français). La conservation des versions intermédiaires de ces documents a été décidée, puisqu’elle devrait permettre de garder trace de l’évolution de la réflexion autour de la conception du bâtiment, en fonction de  considérations théoriques dans un premier temps, de contraintes techniques ensuite. Seuls les  copies ont été détruites.

Si ces dossiers restent séparés physiquement, un lien intellectuel existe entre eux grâce à l’indexation: dans chaque instrument de recherche, le même descripteur géographique est utilisé au niveau de description adéquat7.

Par ailleurs, les comptes rendus des instances, notamment du Conseil d’Administration, de même que les rapports d’activité, fournissent des données factuelles de manière concise. En ce qui concerne les sources iconographiques, le fonds d’archives de la FMSH se révèle lacunaire et ne contient que peu de documents relatifs à la construction de la MSH.

Les sources complémentaires se trouvent en France (archives de la VIe section de l’Ecole Pratique des Hautes Etudes notamment) ainsi qu’aux Etats-Unis (Ford Foundation). Des informations plus techniques sont susceptibles d’être présentes au sein de fonds d’archives d’entreprises, par exemple celui des Ateliers de construction préfabriquée de Maxéville, conservé aux Archives Départementales de Meurthe-et-Moselle. Quant au fonds Marcel Lods conservé à la Cité de l’Architecture du Patrimoine, les pièces relatives au projet de la Maison des Sciences de l’Homme y sont peu nombreuses.

Quelques sources bibliographiques:

  • Charles Morazé, Un historien engagé: mémoires, éd. Fayard, 2007
  • Brigitte Mazon. Aux origines de l’Ecole des hautes études en sciences sociales. Le rôle du mécénat américain, 1920-1960, préf. de Pierre Bourdieu, Paris, Éd du Cerf, 1988.
  • Bâtir, la revue technique de la Fédération nationale du bâtiment (n°184, mai 1970, p. 4-15).
Ainsi que sur le Web:  site institutionnel de la FMSH

 

  1. Rapport sur l’état des sciences humaines, 1956 (Archives de la FMSH, fonds de l’administrateur – Fernand Braudel) []
  2. Ibid. , rapport faisant office de mémoire, 23 mars 1962, fonds de l’Association MSH. []
  3. Ibid. , dossier relatif à la mission d’étude américaine, Fonds de l’Association MSH, art. 11 []
  4. Compte rendu de la réunion du Conseil Technique du 30 novembre, s.d., 1A1-2. Ce principe concernant la politique documentaire de la bibliothèque constitue encore son axe majeur []
  5. Ibid., rapport d’activité de l’année 1969, fonds Jean Barin []
  6. Archives FMSH, plans du 1er étage (Bibliothèque et Services d’échanges d’informations scientifiques) et du 2 ème étage (Administration et centres de recherche) , 1/100, 29 juin 1967, dernière complétion le 8 janvier 1969 []
  7. En XMl-EAD, il s’agit d’un élément <geogname> doté d'un attribut role de valeur batiment []

Julien Pomart

Responsable des Archives de la FMSH

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Dronne dit :

    Bonjour,
    Cet article est fort intéressant!
    Les archives du service intérieur sont-elles consultables?
    Merci d’avance pour votre réponse.
    Cordialement
    Laurence Dronne
    architecte

    • Julien Pomart dit :

      Bonjour,

      Seules les archives concernant la construction du 54 bd Raspail sont communicables au public. Cependant, celles-ci sont à l’heure actuelle en classement, et ne peuvent être consultées jusque mars-avril.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *