Lux in arcana – L’Archivio segreto vaticano si rivela

A l’occasion du 400e anniversaire  de son service d’archives, le Vatican présente à Rome au Musei Capitolini et au Palazzo dei Conservatori une exposition d’une centaine de documents prestigieux tirés de ses archives secrètes, de mars à septembre 2012.

« It will be the first and possibly the only time in history that they leave the confines of the Vatican City walls. And they will do so in order to be housed and displayed in the beautiful halls of the Capitoline Museums in Rome. One hundred original and priceless documents selected among the treasures preserved and cherished by the Vatican Secret Archives for centuries. »

Le décor est planté: le visiteur est invité à admirer des documents exceptionnels qui ont traversé les siècles et se mettent -enfin- en scène pour lui, comme le suggère le titre de cette exposition à destination du grand public.

Pourtant, le terme « archives secrètes » ne renvoie guère à l’idée de documents occultés par le Vatican : le mot latin « secretum » fut employé à l’origine pour désigner les archives privées du Pape. Il s’agit là avant tout des Archives centrales d’un Etat, dont la consultation est ouverte à un public universitaire depuis 1881 (on compte plus de 1500 lecteurs inscrits chaque année ).

Cette exposition intéressera sans nul doute des publics plus ciblés, les historiens notamment, et pas uniquement ceux tournés vers l’histoire de l’Eglise et du fait religieux. En raison du chevauchement des affaires temporelles et religieuses, certains textes touchent aussi à la vie laïque.

C’est par exemple l’occasion de jeter un oeil attentif aux propositions du Dictatus Pape (XIe siècle) ou de voir les témoignages des templiers recueillis par la commission pontificale dans le cadre du procès de l’ordre du Temple en 1310-1311, consignés dans un rouleau long d’une soixantaine de mètres linéaires environ.

Cet évènement, situé à la croisée de la démarche didactique autour de la contextualisation de l’archive et de la dimension esthétique que peut revêtir un document ancien, constitue un très bon exemple d’une action de valorisation d’un fonds exceptionnel appuyé d’un plan de communication adapté : un site internet a spécialement été créé (http://www.luxinarcana.org/en/la-mostra/).


Julien Pomart

Responsable des Archives de la FMSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *