Réflexions sur la notion d’archive(s) en SHS

Dans un billet d’octobre 2011, nous nous interrogions sur la notion « d’archives des sciences ». Aujourd’hui, il semble que le sens du terme « archives » lui-même soit multiple et qu’il pose quelques questions et problématiques: que désigne-t-on par le terme « archives »?

Pour commencer, prenons la définition posée par le législateur en France.

« Les archives sont l’ensemble des documents, quels que soient leur date, leur lieu de conservation, leur forme et leur support, produits ou reçus par toute personne physique ou morale et par tout service ou organisme public ou privé dans l’exercice de leur activité. »

Article 211-1 du Code du Patrimoine

Cette définition très inclusive,  héritage de la loi n°79-18 sur les archives, constitue l’un des instruments de la politique française en matière de collecte des archives publiques. Elle pose le principe que des documents produits ou reçus dans le cadre d’une activité constituent des archives, et ce « quels que soient leur date, leur forme et leur support ».

Depuis une quinzaine d’années le terme archives s’est démocratisé. Archives des revues, archives ouvertes, archives institutionnelles… Il est utilisé par de nouvelles communautés et de nouveaux acteurs  par le biais des outils numériques.

Panorama de l’utilisation du terme « archives » en sciences humaines et sociales

Les archives sont partout. Elles ont, depuis quelques années, investit les bibliothèques de manière discrète, notamment les bibliothèques de recherche et universitaires. Quelques exemples (non exhaustifs):

De la numérisation des archives à l’archivage des revues : JSTOR

JSTOR (contraction de Journal Storage), est une plateforme créée en 1995 qui propose un accès à des « revues archivées »  (« Archival Journals ») organisées en collections.

En France, elle est présentée comme un système d’archivage en ligne de publications universitaires et scientifiques. Outre-Atlantique, c’est une bibliothèque numérique (digital library). Dans le cas français, l’archivage a donc pris l’ascendance sur la nature même des ressources, qui sont considérées comme « archives de revues » plutôt que « revues archivées ». De là, seul le mot  « archives » est employé. Se pourrait-il que des professionnels aient mal traduit l’expression, glissant une confusion entre les termes « storage » et « archivage » ?

Concernant les archives de revues, notons qu’elles existent bel et bien … au sein des services d’archives justement! Ces archives peuvent comporter des exemplaires de chaque tirage effectué, documents ayant ont été produits dans le cadre de leur activité , mais sont essentiellement constituées des dossiers émanant de cette activité d’édition: contrats d’auteurs, articles envoyés par auteurs, documents comptables, correspondance, etc.

Le projet ISTEX

Le projet ISTEX (Initiative d’excellence de l’Information Scientifique et Technique) a faillit suivre la même voie de la confusion des genres. En 2012, au moment du lancement du programme, il était question « d’acquisition d’archives scientifiques pour créer une bibliothèque numérique aux meilleurs standards internationaux »1 . Il va sans dire que cette annonce a quelque peu dérouté certains archivistes.  Aujourd’hui, la description du projet ISTEX est plus claire: il s’agit d’offrir un « accès en ligne aux collections rétrospectives de la littérature scientifique dans toutes les disciplines en engageant une politique nationale d’acquisition massive de documentation: archives de revues, bases de données, corpus de textes… »2 . On notera au passage la présence des archives de revues.

Les archives ouvertes: le cas de HAL-SHS

Le terme « archives ouvertes », traduction de l’expression anglaise « Open Archives » ne semble quant à lui bâti non pas à partir de la dimension archivistique, mais construit en opposition directe aux « archives » des revues scientifiques proposées par les éditeurs. Dans le cas des archives ouvertes, l’institution productrice de la recherche, se substituant aux éditeurs, publie et met à disposition de la communauté scientifique le fruit de la recherche publique, d’où aussi le terme « archives institutionnelles », qui sont par nature « ouvertes » puisque leur accès est gratuit.

HAL (Hyper article en ligne) est une « archive ouverte » pluridisciplinaire créée en 2001 par le Centre pour la communication scientifique et directe (CCSD) – par des chercheurs, pour des chercheurs – avec pour objectif le partage des résultats de la recherche. Elle propose des portails thématiques comme HAL-SHS , archive ouverte des sciences de l’homme et de la société.

Les Archives Audiovisuelles de la Recherche

Le programme des AAR a été créé en 2001 par l’Équipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias (ESCoM) de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme (FMSH). Il porte sur les questions de la constitution, du traitement et de l’analyse de corpus audiovisuels, ainsi qu’à leur publication (voire republication) en ligne. Il s’agit de bâtir un patrimoine scientifique et culturel:

Un des axes les plus importants des activités réalisées dans le cadre du programme des AAR est, bien entendu, le travail concret de la collecte et la diffusion de connaissances produites en sciences humaines et sociales (SHS) via des « manifestations » particulières telles que conférences, colloques, workshops, réunions de travail, séminaires de recherche, cours de l’enseignement supérieur ou encore via des entretiens structurés et approfondis avec des chercheurs ou chercheurs enseignants travaillant en SHS.((3))

Là, le terme d’archives a été utilisé faute de mieux pour désigner un nouveau type de ressource documentaire répondant à une logique différente: si la collecte et la description -basée sur le modèle structuraliste- des documents audiovisuels relèvent plutôt d’une démarche archivistique, l’organisation des ressources documentaires en « corpus » relève d’avantage de la bibliothéconomie.

Les frontières existantes entre les institutions patrimoniales et de la recherche sont dès lors brouillées. Les AAR, selon le directeur du programme Peter Stockinger, constituent :

  • une archive et une bibliothèque,
  • une institution patrimoniale et une institution d’édition et de publication,
  • une institution patrimoniale et un observatoire, un outil d’anticipation de l’évolution de la recherche en SHS,
  • un véritable laboratoire de recherche et de développement.

Convergences et divergences sémantiques

La patrimonialité par « le numérique »

Le principal point commun entre les multiples acceptions nouvelles du terme semble être la notion de ressource documentaire transmissible grâce aux technologies numériques. Le patrimoine scientifique peut être transmis:

  • à tout à chacun, grâce à l’Internet.
  • aux générations futures, parce que la conservation de ces ressources documentaires nativement électroniques ou numérisées est présentée comme pérenne.

Paradoxalement, le support des archives dont les archivistes assurent la gestion n’est pas exclusivement numérique. Compte tenu de l’offre croissante « d’archives » accessibles en ligne, il arrive que les usagers s’étonnent du fait que les services d’archives ne numérisent pas l’intégralité de leur fonds papier: des documents d’archives non numérisés et non accessibles en ligne constituent-ils véritablement des archives?

Des sources primaires aux sources secondaires

Alors que le terme désigne au départ des matériaux non publiés, il s’utilise aujourd’hui pour désigner des données publiées sur des plate-formes dont nous avons donné quelques exemples. Si l’on prend l’exemple « traditionnel » des travaux d’un chercheur, la production documentaire découlant de son activité de recherche peut être découpée ainsi:

  1. Phase de recherche/d’enquête
  2. Préparation de la publication des résultats des travaux de recherche
  3. Publication
  4. Réception des travaux par la communauté scientifique

Dans cet exemple, trois de ces phases peuvent donner lieu à l’existence de matériaux que l’on qualifie habituellement d’archives. Mais la publication des travaux, quant à elle, trouve son expression matérielle dans la revue, la monographie, la thèse, etc. : il ne s’agit pas de documents d’archives.

La révolution numérique bouscule ce schéma classique puisque certaines plate-formes, HAL-SHS par exemple, permettent de publier des « archives institutionnelles ». Le terme « archives » englobe donc désormais l’ensemble d’une production scientifique variée déjà publiée: les sources secondaires sont devenues des archives.

Des archives à l’archive

Les archives se singularisent. En archivistique, elles ne perdent leur pluralité qu’en de rares occasions, tant la profession s’attache à respecter l’utilisation du terme au pluriel. Certains comme Arlette Farge dérogent cependant à la règle, pour notre plus grand plaisir.((Arlette Farge, Le goût de l’archive. Paris, Seuil, 1997)) Le singulier d’archives? Document d’archives ou pièce d’archives, disent les archivistes. Ce sont surtout les philosophes, dont Foucault et Ricoeur, qui donnent une dimension épistémologique au terme de par son emploi au singulier.3

La logique de description bibliothéconomique semble prévaloir:  il s’agit de ressources documentaires décrites à la pièce, à la différence des archives, d’où l’utilisation du singulier. La dimension informatique est importante puisque le terme « archive » renvoie bien à la notion de fichier informatique:  une archive est un fichier dans lequel se trouve tout le contenu d’un dossier (fichiers, arborescence et droits d’accès). Les archives sont généralement des fichiers portant l’extension  .zip , .rar ou encore .7z .

Par ailleurs, il faut regarder du côté des anglo-saxons pour constater que « Archive » constitue le pendant de notre « Archives », terme désignant à la fois une accumulation de sources primaires et le lieu où ils sont conservés. Ce n’est peut-être qu’un simple retour aux sources puisqu’en vieux français « Archifre, archifve, arcifve » signifie « coffre rempli de papiers »4. Cette acception désigne un lieu de conservation plutôt que des documents, l’archive est désormais un lieu d’accumulation et de conservation de sources secondaires ( AAR, HAL-SHS).

Les enjeux derrière les questions sémantiques

Derrière l’utilisation à foison du terme archive(s) se cache en réalité une logique bibliothéconomique de collection, non de production. Cela constitue une problématique dans un contexte où les professionnels des archives peinent encore, au moins dans les SHS, à sensibiliser les producteurs à l’archivage.  L’entreprise est d’autant plus ardue lorsque la fonction archives d’une institution est rattachée à sa bibliothèque, puisqu’en son sein on peut parler « d’archives » pour désigner des choses très différentes (documents d’archives, numéros de revues ou encore archives ouvertes). Cela complexifie le dialogue avec les usagers de la bibliothèque ainsi qu’avec les prestataires.

Devant cette problématique, peut-être est-il nécessaire de clarifier l’emploi de certains termes et d’en préciser les notions? Utile d’accoler un ou plusieurs termes à celui d’archives afin de délimiter le périmètre qu’il recouvre?

Cela relève avant tout d’une démarche pédagogique auprès de la communauté des chercheurs ainsi que de la communauté des professionnels de l’Information Scientifique et Technique, via les supports de communication, sites web5 , catalogues, bases de données archivistiques et moteurs de recherches fédérées. Et via les blogs, par la même occasion.

 

Bibliographie:

ANHEIM, Etienne. Singulières archives. In: Revue de Synthèse October 2004, Volume 125, Issue 1, pp 153-182

FARGE, Arlette. Le goût de l’archive. Paris: Seuil, 1997

HERLIN, Richard. « Singulier, ce cas d’archives » in: Langue sauce piquante: le blog des correcteurs du Monde.fr. [URL] http://correcteurs.blog.lemonde.fr/2012/10/28/singulier-ce-cas-darchives/

  1. AEF – Dépêche n°165716. Paris, vendredi 20 avril 2012. []
  2. Site d’ISTEX: http://www.istex.fr/?Presentation, consulté le 26/07/13 []
  3. ANHEIM, Etienne. Singulières archives. In: Revue de Synthèse October 2004, Volume 125, Issue 1, pp 153-182 []
  4. Jean-Baptiste-Bonaventure de Roquefort, Glossaire de la Langue Romane, 1808, p.85 []
  5. La bibliothèque de la FMSH propose par exemple un accès à des « titres de périodiques en ligne » et non à des « archives de revues » []

Julien Pomart

Responsable des Archives de la FMSH

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 15/01/2017

    […] au sujet des « archives », de revues par exemple, sur le carnet des archives de la FMSH ( là ). Pour résumer la chose : « numérique » + conservation pérenne = archives. Même si l’on […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *