Numérisation d’un enregistrement audio de colloque: étude de cas (simple) – Fonds Monique Morazé

Le répertoire numérique détaillé du fonds Monique Morazé a été publié à l’occasion de la récente mise en ligne de l’application Archives de la FMSH. Cet instrument de recherche fait apparaître la présence d’archives sonores dans le fonds, plus précisément d’enregistrements d’un colloque. Nous avons profité de la phase de traitement de ce fonds pour effectuer la numérisation des bandes  audio.

L’objet de la numérisation: un cas simple de migration de support

Il s’agit d’un colloque organisé sur une journée: “L’universalisme de Vivekânanda, cent ans après”, organisé par l’Association France-Union indienne et la Maison des Sciences de l’Homme (Paris, Maison des Sciences de l’Homme, 11 octobre 1993). Nous disposons de 4 cassettes audio type IEC I, type de cassette « normal » le plus couramment utilisé jusque dans les années 1990.

4 cassettes audio

4 cassettes audio (fonds Monique Morazé, articles 21 à 41)

Ces cassettes sont numérotées, ce qui permet de reconstruire l’ordre chronologique des prises de parole. Les noms des intervenants sont pour la plupart indiqués sur les boîtiers.

Quels moyens matériels et logiciels?

La matériel nécessaire à la numérisation de ce type de support est relativement simple:

  • un lecteur (voire baladeur) de cassettes ,
  • une prise « jack »,
  • et un ordinateur disposant d’une entrée audio type « micro ».

Pour cette première opération de numérisation interne faisant office de test, il a fallu trouver un matériel capable de lire un support d’informations qui n’est plus utilisé aujourd’hui. Pour la suite, il suffit de brancher la prise jack d’un côté sur la sortie audio (casque) du lecteur de cassette, de l’autre sur l’entrée audio (micro) de l’ordinateur.

 P1060561

Voilà pour la partie matérielle. Ensuite, il s’agit d’enregistrer les données au format numérique mais aussi, chose indispensable, de séquencer le fichier « brut » obtenu. Pour cela, nous avons utilisé un logiciel d’enregistrement et de montage audio. L’opération de numérisation est simple en elle-même: il suffit de lancer l’enregistrement côté logiciel, puis de démarrer la lecture de la bande. La lecture de la face terminée, il est nécessaire de stopper l’enregistrement audio. On obtient un fichier qu’il faut par la suite traiter. Pour quatre cassettes, 8 fichiers sont générés (1 par face). Cette opération dure autant de temps que la durée des enregistrements, puisque la numérisation des bandes s’effectue au fur et à mesure de leur lecture.

C’est là un cas assez simple de numérisation (support relativement récent en bon état de conservation, matériel de lecture encore disponible1. La phase de traitement de ce qui résulte de la dématérialisation s’avère plus complexe.

L’après-numérisation: séquençage, description, conversion(s)

Les fichiers obtenus de cette manière ont une durée variant de 35 minutes à 50 minutes. S’il est possible de considérer chaque fichier comme un document sonore et de le décrire tel quel, il est plus pertinent de le découper afin d’obtenir plusieurs documents. Le séquençage consiste à repérer, marquer et isoler différents éléments du contenu de l’enregistrement, le plus souvent les différentes prises de parole des intervenants.

Processus de séquençage dans Audacity

Processus de séquençage : l’alternance des prises de parole  entre l’intervenant et l’assistance (en creux) apparaît clairement.

Comme il s’agit d’un colloque, la méthode la plus répandue consiste à calquer ce séquençage sur le programme établi en amont. Le schéma-type est celui ci:

  1. Ouverture de la séance par l’organisateur
  2. Courte intervention de la structure accueillant le colloque
  3. 1ère intervention
  4. Discussion entre l’intervenant et l’assistance
  5. 2ème intervention
  6. etc.
  7. Clôture du colloque

 

C’est une méthode souvent utilisée pour le séquençage et la description de ces archives sonores puisqu’elle s’avère  simple et relativement rapide. Le classement ainsi que la description de ces (nouveaux) documents d’archives dans le logiciel d’archivage suit la même logique (voir l’instrument de recherche) .

Cependant, la description archivistique pourrait être plus fine, le découpage de la bande sonore plus détaillé. Par exemple, pour une intervention d’un chercheur d’une durée d’une heure, il serait tout à fait possible de créer une dizaine de documents ayant chacun une description spécifique. Cette pratique nécessite cependant de disposer d’une intervention organisée en plusieurs parties clairement identifiables par l’archiviste (ce qui n’est pas le cas ici). Elle nécessite en outre plus de temps de traitement.

La question du degré de granularité dans le traitement de l’information se pose aussi pour les phases de questions /discussions ayant lieu après chaque intervention: soit l’on considère chaque phase comme un ensemble cohérent et indissociable (1 fichier audio pour l’ensemble), soit l’on considère chaque question posée et sa réponse comme une entité indépendante (1 fichier pour une question et la réponse correspondante). A la problématique du temps de traitement nécessaire à tel séquençage se greffe une question d’ordre épistémique: est-il judicieux de dissocier chaque question d’une autre, notamment lorsque l’une d’entre elles survient en complément d’une question précédente voire à la suite d’une réponse apportée à une autre question?

Discussion suite à l'intervention d'un chercheur. Durée: 38 min

Discussion suite à l’intervention d’un chercheur. Durée: 38 min

Lorsque le traitement est terminé, reste à définir en quels formats les nouveaux documents sonores doivent être convertis2 :

  • un format de conservation pérenne: nous avons choisi le format FLAC (Free Lossless Audio Codec). Libre et ouvert, il permet  une compression audio sans perte.
  • un format de diffusion pour permettre la consultation en ligne: le format MP3. La compression audio avec perte permet une réduction significative de la taille des fichiers.

En guise de conclusion

Cette première opération de numérisation de document sonore aux archives de la FMSH a permis de mettre en évidence l’importance du travail d’identification des documents et de leur contenu  au delà des considérations techniques à prendre en compte lors de la phase de dématérialisation. Nous profiterons de la prochaine opération de ce type pour confronter la démarche appliquée à cet enregistrement de colloque à d’autres cas peut-être plus complexes.

  1. On peut acquérir ce type de matériel si l’on envisage de répéter la démarche de numérisation en interne, au lieu de la sous traiter à un prestataire, ceci notamment pour une question de coût. []
  2. le fichier généré par le logiciel utilisé est un format de production/édition []

Julien Pomart

Responsable des Archives de la FMSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *