Publication de l’inventaire du fonds Marguerite Pichon-Landry

En 2012, la FMSH recevait en don le fonds Marguerite Pichon-Landry .  Le fonds d’archives de cette figure du féminisme français est constitué non seulement de ses archives personnelles mais aussi de papiers de membres de sa famille tel que son frère, le démographe et homme politique Adolphe Landry. Ce fonds présente aussi la particularité d’avoir été en grande partie numérisé par ses donateurs, les copies numériques ayant elles aussi fait l’objet d’un don. L’inventaire de ce fonds a été réalisé en 2013 et est désormais consultable en ligne à cette adresse.

Nous présentons ici les grandes lignes du travail effectué par le pôle archives dans la perspective de rendre ces archives communicables au public et accessibles en ligne (archives.fmsh.fr)

 Le cas d’un don d’un fonds classé en amont

 Le fonds d’archives a été classé par les donateurs en 8 grandes catégories et réceptionné comme suit:

  1. La guerre
  2. Le féminisme
  3. Les associations
  4. Le domaine professionnel
  5. L’administratif
  6. La généalogie
  7. La correspondance
  8. La documentation

Ce classement s’est vraisemblablement construit sur le travail déjà effectué par d’autres membres de la famille, notamment Marguerite Pichon-Landry elle-même, et a été poursuivi dans le cadre de la préparation à la numérisation du fonds.  De plus, la majorité des documents a été inventoriée, c’est-à-dire décrite au niveau de la pièce, dans un tableur. Chaque document était classé dans une catégorie principale, puis une sous-catégorie, et ainsi de suite. Ce type de travail reste exceptionnel dans le cadre d’un don d’archives, puisqu’en règle générale les fonds arrivent plutôt à l’état de vracs, qu’il s’agisse ou non de fonds de chercheurs.

Malheureusement, ce classement s’avérait peu cohérent et ne permettrait pas à l’usager de naviguer au sein du fonds. En effet, il avait pour caractéristique de mêler des catégories de différentes natures: par types de documents (correspondance, documentation), par thématiques (guerre, féminisme, domaine professionnel, administratif, généalogie), par types de producteurs (associations). A l’intérieur de ces catégories, les archives constituant des sous-fonds étaient ensuite ordonnées par « personnes concernées ». En définitive, il répondait d’avantage à une logique de documentation (par thèmes) qu’à un classement archivistique (par origine des documents).

Structuration du Fonds Marguerite Pichon-Landry sous forme de carte mentale

Structuration initiale du Fonds Marguerite Pichon-Landry sous forme de carte mentale

Se posait dès lors ce type de problématique: selon cette logique, dans quelle catégorie faut-il classer une lettre d’une association féministe, par exemple? En archivistique, le principe de respect des fonds implique de respecter l’ordre des documents constituant chaque fonds. Dans le cas présent la structure du fonds réceptionné semblait artificielle:  le classement a donc été remanié de manière à reconstituer les différents sous-fonds, tous ordonnés selon leurs propres contenu logique de constitution. Les « personnes concernées », c’est-à-dire les producteurs, deviennent la moelle épinière. C’est cette donnée qui a permis de définir les sous-fonds Marguerite, Adolphe, Eugène, Timothée et Famille. Il s’agit simplement de garder les dossiers tels quels (pas de changement au niveau des documents), mais de réorganiser les dossiers différemment autour de chaque producteur. Cette problématique est inédite  aux Archives de la FMSH, puisque même les archives personnelles de chercheurs sont toujours centrées autour d’un seul individu considéré comme « producteur ».

Nouveau classement Pichon-Landry

Représentation partielle de la nouvelle structuration du fonds Marguerite Pichon-Landry

Une autre décision aurait pu être prise: isoler plusieurs segments et créer 5 fonds, mais dans un souci de cohérence et par respect pour la volonté des donateurs, demeure un seul fonds appelé « Marguerite Pichon-Landry », en quelque sorte noyau d’un fonds familial. Le tout s’articule en 5 sous-fonds et 3 sections thématiques communes à l’ensemble de la famille dans lesquelles se trouvent notamment les archives difficilement rattachables aux 5 fonds. Déstructurer complètement pour reconstruire ensuite irait même à l’encontre du principe de respect des fonds, puisqu’il a été classé par Marguerite Pichon-Landry puis sa fille. On ne modifiera donc pas la structure même des dossiers mais la manière dont ils ont été récemment ordonnés (de manière thématique).

Des sources primaires numérisées par les donateurs

Les opérations de migration de support sont aujourd’hui courantes pour les services d’archives, elles restent plus rares lorsqu’elles sont effectuées par le(s) donateur(s) d’un fonds. Dans le cas présent, les substituts numériques livrés par les donateurs avec les documents originaux papier représentent plus de 2000 fichiers, soit environ 5000 vuesMême si le nommage des fichiers n’est pas conforme aux règles couramment appliquées dans les structures conservant des archives, les principes méthodologiques adoptés pour la numérisation en amont du don se sont avérés judicieux:

  • numérisation au format .tiff en 300 dpi afin d’obtenir des fichiers de conservation,
  • tenue d’un registre de concordance entre chaque fichier et son document-source.

Les fichiers adaptés à la diffusion numérique par le biais de l’inventaire ont été générés à partir de ces exemplaires de conservation. Certains documents ont été numérisés par l’archiviste lorsque la qualité de la copie numérique n’était pas satisfaisante ou lorsqu’elle était inexistante.

A l’heure actuelle seules les archives de Marguerite Pichon-Landry sont consultables en ligne, et ce pour deux raisons. D’un côté, la création des liens des fiches de description archivistiques de l’inventaire vers les copies numériques requiert un certain temps. De l’autre, se pose aussi la question de la pertinence de la diffusion en ligne de l’ensemble d’un fonds qui documente en partie une histoire familiale. Ainsi, il semble que la consultation en ligne de ce fonds sera à l’avenir limité à un seul grand ensemble relatif à la féministe Marguerite Pichon-Landry. Cette partie ainsi que le reste du fonds seront bien entendu consultables en salle de lecture.

Une politique d’indexation adaptée au contenu

A travers l’abondante correspondance échangée entre Marguerite Pichon-Landry et de multiples interlocuteurs tant personnels qu’institutionnels, se dessine le maillage d’un réseau composé avant tout d’associations et d’organismes ayant pour but l’amélioration du statut et des droits des femmes en France et dans le Monde, dans la 1ère moitié du XXe siècle. C’est d’abord le Conseil National des Femmes Françaises, que la féministe présida de 1932 à 1952 et dont elle resta toujours proche, mais aussi le Conseil International des Femmes (CIF), au sein duquel s’inscrivait statutairement sa fonction de présidente du CNFF. Ensuite apparaissent d’autres associations féministes françaises (Club Féminin de Paris, Union des Femmes Françaises, …),  et conseils nationaux des femmes (Conseil National des Femmes Belges, Union de Mujeres Espanolas, National Council of Women of Great Britain, etc. ).

D’un point de vue « métier », un des enjeux est de mettre en relief les différentes clefs d’accès à l’information pouvant être utiles au chercheur. Dans la cas présent, un important travail d’indexation des noms d’organisme1  a été effectué. Cette indexation permet:

  • la génération automatique d’un index des personnes morales au sein de l’inventaire électronique,
  • l’apparition de ces structures dans le formulaire de recherche « Fonds confiés à la FMSH », ce qui permet de les rendre visible au premier niveau de l’outil d’interrogation des instruments de recherche des archives de la Fondation, et pas seulement au niveau de l’inventaire du fonds.

Cette indexation complète l’indexation des noms de personnes physiques2 réalisée pour toute la correspondance de Marguerite Pichon-Landry, et pour toutes les sections du plan de classement lorsqu’il s’agissait de membres de la famille ou de personnages ayant joué un rôle majeur dans l’histoire de celle-ci. Le nom d’Adolphe Landry a par exemple été indexé à chaque fois que cela fut possible, ce qui permet de retrouver les archives relatives au démographe quelle que soit leur localisation au sein du fonds.

En guise de conclusion

En définitive, la publication de l’inventaire du fonds Marguerite Pichon-Landry est le fruit de la capitalisation de diverses actions exogènes en matière de classement, de signalement ainsi que de numérisation. De par sa nature hétérogène et son mode d’entrée aux Archives de la FMSH, il constitue pour le pôle archives un cas original de traitement archivistique qui restera certainement unique pendant encore quelque temps.

  1. élément ead <corpname> []
  2. élément ead <persname> []

Julien Pomart

Responsable des Archives de la FMSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *