Les archives du Centre de Mathématiques Appliquées et de Calcul

Le répertoire méthodique des archives du Centre de Mathématiques Appliquées et de Calcul de la Fondation MSH a été publié en ligne en octobre, sanctionnant ainsi la fin des travaux de tri, de classement, de description et d’indexation entrepris en août 2014.

Quelques documents du fonds du CMAC de la FMSH

Quelques documents du fonds du CMAC de la FMSH

Entre collecte et enquête

Un jour d’automne, en 2010, Maison des Sciences de l’Homme, boulevard Raspail, un archiviste s’affaire dans les couloirs. C’est la fin de journée, ou plutôt, le début de soirée. Tout est calme, il reste encore une poignée de chercheurs au 3ème étage du petit bâtiment. Armé de son ordinateur portable, l’oeil inquisiteur, il poursuit l’accomplissement de son objectif: terminer (enfin) la localisation de toutes les archives de son institution disséminées à travers le bâtiment qu’il faudra quitter dans quelques semaines. Pour cela, il lui faut lever une interrogation qui plane depuis quelques jours déjà: à qui est attribué ce meuble métallique situé dans les couloirs et qui n’appartient pas au Centre de recherches sur le Brésil contemporain? Que contient-il? La mémoire collective s’est quelque peu délitée, et les personnes interrogées jusqu’à présent n’ont pu le renseigner sur ce qu’elle renferme. Fort heureusement, l’archiviste a pu faire intervenir le service de la logistique pour vaincre cette serrure bien décidée à défendre les secrets qu’elle protège depuis quelque temps. Il ne reste plus à celui-ci qu’à ouvrir et… découvrir.

Découvrir la présence de quelques dizaines de boîtes d’archives couleur bordeaux, disposées de manière ordonnée, et surtout, étiquetées. Leur décoloration partielle laisse à penser qu’elles sont ici depuis longtemps. L’indication qu’elles portent aussi: que peut bien vouloir signifier « CMAC »? Lors de ses entretiens et recherches visant à effectuer le repérage de « gisements documentaires », l’archiviste n’a pas, jusqu’à maintenant, rencontré cet acronyme: l’entité productrice de ses archives a dû cesser ces activités assez tôt dans l’histoire de la Fondation. Un examen rapide de leur contenu confirme cette hypothèse: les documents semblent majoritairement dater des années 1960 à la fin des années 1970, soit de la période de la constitution de l’Association Maison des Sciences de l’Homme à l’installation d’une partie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales dans le bâtiment. Il semble y avoir une part importante de textes ronéotypés, ainsi que des imprimés. Plus surprenant encore est, dans un contexte de recherche en sciences humaines et sociale, le champ disciplinaire concerné: les mathématiques, avec en filigrane, des problématiques de calcul. Après avoir parcouru quelques documents, l’énigme s’est partiellement éclaircie: l’archiviste était visiblement en possession d’archives du Centre de Mathématiques Appliquées et de Calcul, ou CMAC, de la Fondation Maison des sciences de l’homme.

Mathématiques, Calcul et Sciences de l’Homme

La mise en place du Centre de Calcul de la Fondation MSH par le mathématicien Bernard Jaulin date de la fin de l’année 1963. L’un de ses services, le Bureau d’Etudes sémiologiques, préexistait dès 1961, et était dirigé par l’archéologue Jean-Claude Gardin. Le Centre a continué au cours de l’année 1964 à mettre en place son organisation et à poursuivre les travaux qu’il avait entrepris. Avant son déménagement pour la Maison des Sciences de l’Homme en 1970, il a été transféré du 14 rue Monsieur le Prince à la Cité de Pusy, dans le 17e arrondissement. A cette époque, il comprenait, en plus du chef de service, un chef de laboratoire, 4 analystes, 1 programmeur, 2 bibliographes et 4 secrétaires. Il employait déjà un certain nombre de « collaborateurs techniques » payés sur vacations. Les travaux de recherche du Centre ont porté sur les méthodes de documentation et d’information dans les sciences sociales ainsi qu’à l’emploi de l’informatique pour la recherche scientifique dans ces domaines.

Les problématiques de documentation pouvaient concerner par exemple l’analyse des données documentaires et la composition automatique de textes. En matière de calcul, plusieurs types de problèmes furent étudiés comme la classification automatique de données, que ce soit en archéologie, en histoire, en psychiatrie ou encore en ethnologie. A la fin des années 1968, l’étude de techniques de calcul, la réalisation et l’exploitation de programmes ainsi que les activités d’information et de documentation constituaient les principales activités du Centre, qui avait déjà noué des contacts avec d’autres chercheurs français et étrangers. Ses membres ont intégré des instances de réflexion (AFCET, Musée des arts et traditions populaires) et commencé à dispenser des enseignements (Unité de valeur « Anthropologie et Calcul » à la Sorbonne, Institut d’étude du développement économique et social, etc.).

Un fonds préservé, documenté, classé

Le fonds d’archives résultant de l’activité du CMAC entre les années 1960 et 1980 constitue une trace fidèle d’une entité de la Fondation MSH.

Les dossiers relatifs au fonctionnement du Centre permettent de reconstituer son historique au sein de la Fondation, que ce soit par le biais d’éléments logistiques, financiers ou liés à la gestion des ressources humaines. De ce fait, les dossiers et pièces informant sur le mobilier, la matériel informatique utilisé ou encore les conventions de subventionnement passées permettent de dresser le portrait de ce que pouvait être un centre de ce type au sein d’une structure comme la MSH. La correspondance, riche entre les années 1963 et 1971 et malheureusement rare par la suite, témoigne des échanges interinstitutionnels et interdisciplinaires ayant pris cours dès la constitution du Centre et qui l’ont inscrit très rapidement dans un un environnement de coopération scientifique international. Quant à l’abondante documentation constituée de notes et de rapports de recherche, en majeure partie tapuscrite, elle reflète les axes de travail développés par le CMAC: classification automatique, composition automatique de textes ou encore enseignement des langues assisté par ordinateur.

Le fonds d’archives du Centre de Mathématiques Appliquées et de Calcul présente la particularité d’avoir été classé par ses membres: la majeure partie de la documentation relative aux recherches était ordonnée dès sa production selon un plan de classement interne afin d’être repérable et donc consultable par tous les membres du Centre. Les dossiers relatifs à l’administration ont quant à eux fait l’objet d’un classement avant la fermeture du CMAC, au milieu des années 1980. Ses membres ont, très tôt, constitué leurs archives, et ils en avaient conscience, comme le montre l’utilisation d’un tampon « Archives » utilisé de manière systématique pour marquer la première page des notes et rapports de recherche ainsi que les chemises des éléments administratifs et de la correspondance. Le fonds était vraisemblablement ordonné selon un système de classement interne, les documents portaient une cote mise en oeuvre dès la création du centre, et toute la production faisant état des résultats des recherches était inventoriée.

Un dossier: cote interne au service, tampon archives et mention du nombre d'exemplaires restant

Un dossier: cote interne au service, tampon archives et mention du nombre d’exemplaires restant

Inventaire des documents produits/rçus par un membre du CMAC

Inventaire des documents produits et reçus par un membre du CMAC

Le système de cotation s’articulait autour de 4 éléments:

  1. la typologie documentaire (article, rapport, lettre, etc.)
  2. le n° d’ordre de document parmi ceux produits par son auteur,
  3. la date,
  4. le nom de l’auteur/des auteurs.

C’est un système simple, applicable par tous les membres du Centre, au détail près que le classement des documents ne lui correspond pas. En effet, leur ordonnancement est bâti selon l’ordre inverse:

  1. le nom de l’auteur/des auteurs,
  2. la date,
  3. le n° d’ordre de document parmi ceux produits par son auteur,
  4. la typologie documentaire (article, rapport, lettre, etc.).

Pour que le classement effectif des documents et le système de cotation soient cohérents, il est nécessaire de lire les éléments de cote de droite à gauche. Ce qui peut être considéré comme un point de détail déroutant pour qui classe un tel fonds est en réalité révélateur d’une politique d’archivage engagée au sein d’un centre de recherche mais qui n’a pu entièrement prendre corps faute d’expertise archivistique à demeure.

Reconstitution approximative des pratiques documentaires d’un centre de recherche

Au vu des éléments dont nous disposons aujourd’hui, il est possible de reconstituer le processus d’archivage et ses mécanismes intellectuels: on dénote ici chez les chercheurs l’existence d’une idée de ce qui doit être conservé – chose plutôt rare à cette époque où les services d’archives en universités et centre de recherche sont rares- et qui découle certainement du fait que le centre de calcul était aussi un centre de documentation. La notion de mise à disposition de ressources documentaires, endémique, structurelle, semble être à la base de ce processus interne d’archivage au fil de l’eau.

Les textes destinés à être diffusés étaient produits en plusieurs dizaines d’exemplaires, et ce au moyen d’un procédé de fabrication adapté au tirage en un faible nombre: la ronéotypie.Dès leur production, chaque rapport ou note de recherche était classée par nom d’auteur et inventoriée, afin que chaque membre du Centre soit en mesure de le retrouver. Après une période d’environ 5 ans, les stencils1 étaient détruits et seuls quelques exemplaires des documents produits étaient conservés.

On pourrait supposer qu’à ce moment du cycle de vie des documents, ceux-ci passaient d’un statut de documentation à celui d’archives, tout du moins aux yeux de leurs producteurs, et que le label « Archives » était apposé. Cependant la présence d’exemplaires d’un même document tamponnés de la sorte et non tamponnés peut laisser penser que certains exemplaires étaient sélectionnés pour archivage dès leur création, et ainsi marqués comme tel.
Quelques années avant la loi de 1979 relative aux archives2 selon laquelle les archives le sont dès leur création, un groupe de chercheurs a constitué un fonds documentaire dans une perspective de mise à disposition à la fois dans l’espace (le Centre de Calcul, la Maison des Sciences de l’Homme, les chercheurs français et étrangers) et dans le temps, c’est à dire dans une perspective de longue durée, pour d’autres chercheurs à venir.

Temporalité du processus: un cas d’archivage différé

Pour un archiviste, procéder au classement d’un fonds collecté dans cet état est chose rare. C’est aussi une chance. La phase de classement s’en trouve facilitée, de même que le tri. Ce type de fonds illustre par ailleurs le résultat que les archivistes essaient d’obtenir par le biais de leurs actions de sensibilisation à l’archivage. Dès les années 1960, avec peu de moyens , un système simple pensé en amont et adopté de manière globale mais avec une certaine discipline interne avait suffit à organiser un ensemble documentaire avant sa prise en charge par un service d’archives trois décennies après. En somme, le fonds du Centre de Mathématiques Appliquées et de Calcul pourrait -presque- servir d’exemple.

  1. Un stencil, ou pochoir, est une feuille paraffinée qui reçoit un dépôt d’encre provenant d’un papier carbone afin de reproduire l’information qu’elle porte []
  2. Loi n° 79-18 du 3 janvier 1979 sur les archives, art. 1 []

Julien Pomart

Responsable des Archives de la FMSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *