L’apport des outils numériques dans une stratégie de valorisation des archives

Nous publions le texte de la communication présentée à l’occasion du colloque « Archives et données de la recherche / Archives and research data », organisé à Paris, du 7 au 10 juillet 2014 par la Section des Archives des Universités et des Institutions de Recherche (SUV) du Conseil International des Archives, l’Université Paris Diderot et Sciences Po.

L’apport des outils numériques dans une stratégie de valorisation des archives : retour d’expérience dans les sciences humaines et sociales

Créée en 1963 par l’historien Fernand Braudel, la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH) est une fondation de droit privé reconnue d’utilité publique. La Fondation a pour vocation de favoriser la collaboration nationale et internationale entre les chercheurs, les centres et instituts de recherche, en soutenant la création et le fonctionnement de réseaux scientifiques, de groupes de travail et d’équipes expérimentales de recherche. Elle a également pour fonction de valoriser la recherche et la diffusion des connaissances dans le domaine des SHS, de développer des instruments collectifs de travail afin de concourir à la production scientifique, de la soutenir, de la valoriser, de la diffuser.

Le pôle Archives de la Fondation a vu le jour en 2010 au sein de la Bibliothèque pour, dans un premier temps, collecter et constituer le fonds d’archives de l’institution.  Il a depuis mis en œuvre des actions de valorisation des archives et propose un retour d’expérience. Nous nous intéresserons ici d’avantage aux outils numériques mis en œuvre dans le cadre d’une politique de valorisation qu’aux fonds eux-mêmes, en évoquant d’abord les instruments de recherche archivistiques, puis les outils pouvant les compléter.

Les instruments de recherche, base d’une stratégie de valorisation

Si la gestion des archives est une activité récente à la FMSH, la question de la valorisation a d’emblée fait partie de ses missions principales, au même titre que la collecte et que la conservation des documents papiers et électroniques. En effet, le pôle Archives a pris le parti de considérer sa mission de traitement des fonds et de production d’instruments de recherches électroniques comme la base d’une stratégie globale de valorisation.

L’année 2013 fut notamment marquée par la conception ainsi que la mise en ligne de la plateforme de consultation de ses premiers répertoires et inventaires en XML-EAD, créés à partir de 2012. Il s’agit ici d’aborder la problématique de la création et de la publication d’instruments de recherche électroniques, que l’on pourrait aujourd’hui considérer comme des « outils numériques traditionnels », dans le cadre d’une réflexion autour de la valorisation.

Enjeux et problématiques de la mise en ligne des contenus archivistiques

La conception d’une plateforme de consultation d’instruments de recherche archivistiques est une démarche qui implique plusieurs problématiques que l’on peut classer en 4 catégories.

Il y a d’abord la question des publics potentiellement concernés par l’outil mis à leur disposition. En ce qui concerne la FMSH, nous avons considéré deux grandes cibles : un premier public constitué de chercheurs et d’étudiants, ainsi qu’un public « interne » composé de l’ensemble des acteurs de l’institution, ce qui inclut aussi bien sa gouvernance que son personnel administratif.

Ensuite se pose la question des contenus à publier à court, moyen et long termes : il s’agit bien souvent de concevoir un accès à des instruments de recherche qui n’existent pas encore et qui seront produits ultérieurement. Cela est particulièrement vrai dans le cas des archives de la Fondation Maison des sciences de l’homme : 4 ans après la constitution du fonds d’archives, les instruments de recherche destinés à la publication web s’élèvent à une quinzaine.

Reste enfin la problématique des environnements institutionnel et numérique dans lesquels évolue le service d’archives. Au sein de la FMSH et plus particulièrement de la bibliothèque, il s’avérait indispensable de prendre en compte les pratiques des bibliothécaires, afin de repérer des potentielles clefs d’accès communes à l’information, à savoir les correspondances entre champs UNIMARC et ISAD(G) ainsi que les méthodes et vocabulaires d’indexation. L’application devait offrir des possibilités d’articulation avec d’autres outils numériques, au niveau institutionnel et au-delà. A l’heure actuelle, cela passe par l’existence d’un entrepôt OAI-PMH dont les métadonnées sont moissonnables en Dublin Core, Qualified Dublin Core et XML. Des passerelles sont actuellement en cours de construction avec d’une part, un portail d’accès unique au catalogue des imprimés, aux ressources électroniques, aux bases de données et instruments de recherche archivistiques de la bibliothèque de la FMSH, ainsi qu’avec Isidore, plateforme de recherche permettant l’accès aux données numériques des sciences humaines et sociales.

Structurer le signalement d’archives présentes et à venir

Lancer des actions de valorisation d’un fonds institutionnel peu après sa constitution n’est pas chose aisée : de quelle manière présenter aux publics des ressources documentaires n’ayant pas fait l’objet d’un traitement ? Le Pôle Archives a opté pour une présentation de l’ensemble des ressources documentaires, sans se limiter aux archives traitées.

Nous avons imaginé cette application suivant un principe primordial en archivistique: décrire du général au particulier en évitant les redondances. Le choix de l’outil de diffusion[1] s’est fait en conséquence :

  • La mise en ligne d’un état des fonds électronique constitue une étape incontournable: il structure de manière hiérarchique l’ensemble des contenus archivistiques qui seront mis en ligne progressivement et offre à l’usager un aperçu global des fonds documentaires.

 

 

Etat des fonds électronique des Archives  de la FMSH

Etat des fonds électronique des Archives de la FMSH

L’état des fonds est organisé en trois ensembles:

  1. Le fonds de l’Association de la Maison des sciences de l’homme, structure ayant précédé la Fondation
  2. Les archives institutionnelles de la Fondation, c’est à dire les documents produits et reçus par ses services et programmes,
  3. Les fonds entrés par voie extraordinaire.
  • Les instruments de recherche produits par la suite viendront progressivement prendre leur place dans cet état des fonds. Dans le cas du fonds de l’administrateur Fernand Braudel, on le retrouve dans la section gouvernance, parmi les papiers des administrateurs.

Si ce choix de valoriser des archives non traitées permet de rendre compte de leur existence et ainsi d’attirer l’attention des chercheurs, il présente l’inconvénient de mettre en évidence non pas le travail effectué, mais celui qu’il reste à accomplir, tant les fiches de fonds non rattachées à un instrument de recherche détaillé sont nombreuses. Dans le même ordre idée, les requêtes lancées via le moteur de recherche sont susceptibles de restituer un faible nombre de résultats. C’est le lot commun des services récents ayant peu d’instruments de recherche à diffuser.

L’indexation d’archives de la recherche en sciences humaines et sociales

Indexer les archives de la recherche constitue encore en France un champ d’expérimentation. En effet, il n’existe pas à l’heure actuelle de politique nationale en matière de vocabulaire normalisé adapté à ce type de sources. Soulignons la difficulté que nous pouvons rencontrer en l’absence de vocabulaires contrôlés, notamment en ce qui concerne les mots-matières. Si les services d’archives publiques disposent d’un thésaurus pour la description et l’indexation des archives locales anciennes, modernes et contemporaines[2], les établissements d’enseignement supérieur et de recherche n’ont pas d’équivalent. Paradoxalement la politique d’indexation est capitale dans la mesure où elle conditionne les futurs développements en matière de publication et d’interrogation des instruments de recherche pour plusieurs années : les outils actuels ainsi que ceux à venir proposent des fonctionnalités s’appuyant notamment sur les éléments d’indexation.

Intéressons-nous aux champs disciplinaires constituant les sciences humaines et sociales. Si l’on prend l’exemple de documents relatifs à l’ethnologie, le terme à employer est « patrimoine ethnologique » en lieu et place du terme « ethnologie ». Pour l’histoire, le terme le plus proche serait «histoire locale» ; la sociologie n’apparaît pas. En ce qui concerne les archives de la FMSH, nous avons en conséquence analysé ce qui se fait au-delà du seul périmètre des archives pour nous intéresser à celui des bibliothèques :

RAMEAU (Répertoire d’autorité-matière encyclopédique et alphabétique unifié) est le langage d’indexation matière utilisé, en France, par la Bibliothèque nationale, les bibliothèques universitaires, de nombreuses bibliothèques de lecture publique ou de recherche comme celle de la Fondation ainsi que plusieurs organismes privés. Le thésaurus des Archives utilisé à la FMSH va suivre la même logique et se définir progressivement au fur et à mesure de l’indexation faite dans les instruments de recherche.

Revenons aux disciplines des SHS, toutes sont présentes parmi les autorités-matière RAMEAU. Par exemple le terme « sociologie » existe en tant que terme générique dont dépendent une quarantaine de termes spécifiques. Certains vont s’avérer indispensables pour l’indexation des archives : « histoire sociale », « sociologie de l’éducation », « sociologie du travail », etc. Nous avons par ailleurs défini le plus tôt possible une liste d’éléments spécifiques  à utiliser. Aux descripteurs EAD génériques couramment utilisés (<subject>, <persname>, <corpname>, <geogname>, etc) s’ajoutent d’autres éléments dotés d’attributs adaptés aux spécificités des fonds :

  • Disciplines (histoire, sociologie, philosophie, anthropologie, psychologie sociale, etc.)
  • Programmes scientifiques,
  • Services de la Fondation,
  • Manifestations scientifiques.

L’exemple de l’index « Manifestations scientifiques » est particulièrement intéressant.

Depuis sa création en 1963 mais surtout dès son implantation à la Maison des Sciences de l’Homme en 1970, la FMSH a organisé et soutenu plusieurs centaines de journées d’études, colloques et séminaires en France  et à l’étranger, dans le domaine des sciences humaines et sociales. Par ailleurs, ce type de manifestation apparaît souvent dans les archives des chercheurs. Il nous semblait en ce sens pertinent de construire une clef d’accès à l’information qui permettrait aux usagers d’identifier de manière précise les documents en liens avec ces manifestations scientifiques. Ce type d’index n’est pas utilisé par les archivistes : il s’inspire d’un usage en catalogage bibliographique consistant à signaler le nom de la collectivité considérée comme ayant la responsabilité principale d’une œuvre[3].

Par ailleurs, des éléments EAD sont en passe d’évoluer avec l’EAD 3. C’est le cas du descripteur <geogname>, qui devrait pouvoir être utilisé avec un attribut <geographiccoordinates> permettant de préciser des coordonnées géographiques telles la latitude et la longitude. Cet ajout permet de localiser précisément les lieux.

Vers une nouvelle manière de signaler et valoriser les fonds ?

Quelle que puisse en être sa qualité, le signalement des ressources documentaires ne constitue pas une fin en soi, mais une étape incontournable vers d’autres actions de valorisation rendues possibles par de nouveaux outils numériques complémentaires.

La révolution numérique amorcée par l’apparition de l’Internet offre aux professionnels des archives de nouveaux outils particulièrement utiles en termes de valorisation.

L’apparition de nouveaux moteurs de recherche pour les archives

S’il est indispensable de produire des instruments de recherche, encore faut-il disposer d’outils de publication et de consultation adaptés aux nouveaux besoins des internautes, sans pour autant négliger les socles de la pratique archivistique, à savoir le respect des normes archivistiques ainsi que du schéma XML-EAD.

Des fonctionnalités nouvelles apparaissent pour les archives.

La recherche à facettes (ou navigation à facettes) permet d’effectuer une recherche en fonction de multiples critères définis en amont. L’utilisateur peut filtrer les résultats d’une recherche pour l’affiner.

Dans l’exemple suivant, le résultat d’une requête opérée par un moteur de recherche utilisant la recherche à facettes au moyen des termes « Fernand Braudel » restitue 1867 résultats :

BIB_PA_capture_facettes_flou

Recherche à facettes appliquées aux termes « Fernand Braudel »(Archives de la FMSH, application en cours de mise en place)

L’internaute a la possibilité d’affiner sa recherche en fonction d’un ou de plusieurs critère(s) : instrument de recherche, type de document, sujets, lieux, dates ou encore possibilité de consultation du document en ligne. D’abord introduite par le e-commerce et les moteurs de recherche web, cette fonctionnalité favorisant l’expression naturelle d’une requête a aussi conquis les bibliothèques, si bien que les publics des archives (qui sont aussi des consommateurs, des internautes, des usagers des bibliothèques) s’avèrent aujourd’hui familiarisés avec ce mode de consultation et d’interrogation.

La géolocalisation permet de positionner un objet (une personne, etc.) sur un plan ou une carte à l’aide de ses coordonnées géographiques. Il peut être intéressant pour les usagers de visualiser de cette manière les lieux auxquels sont associés des contenus archivistiques. En ce qui concerne les archives de la FMSH, cette fonctionnalité présente l’avantage de restituer la dimension internationale que le reflète le fonds d’archives. Ce type d’outil présente la particularité d’exploiter les évolutions récentes de l’EAD concernant le signalement de coordonnées géographiques (voir supra).

On peut imaginer croiser les dispositifs de recherche à facette et de géolocalisation pour obtenir des « facettes géographiques » offrant la possibilité, par exemple, de visualiser sur une carte tous les lieux associés à un chercheur, à un champ disciplinaire, à des manifestations scientifiques, etc.

Quant aux nuages de mots-clés, ils offrent une représentation visuelle des termes d’indexation les plus utilisés. Appliqués aux contenus archivistiques numériques, ils rendent possible une navigation transversale dans laquelle l’utilisateur est incité à parcourir des contenus venant à lui par le biais de l’indexation.

BIB_PA_capture_carte_nuage_flou

Nuage de mots-clés et géolocalisation appliqués aux archives (Archives de la FMSH, application en cours de mise en place)

Toutes ces fonctionnalités ont comme point commun de reposer sur l’indexation des contenus : on comprend donc l’importance de la politique d’indexation d’un service d’archives, qui conditionne en grande partie les développements possibles en matière de numérique sur plusieurs années.

Cependant les archives ne sont pas seules : elles coexistent bien souvent avec d’autres ressources documentaires au sein d’une même institution. Si l’on prend le cas de la Fondation Maison des sciences de l’homme, le Pôle Archives est rattaché à la bibliothèque. Cette bibliothèque offre aussi un accès à des ressources imprimées, électroniques ainsi qu’à des bases de données. Offrir aux usagers la possibilité de balayer, même de manière superficielle, l’ensemble de ces ressources documentaires, relève d’un intérêt considérable pour ceux-ci. C’est ce que permettent les outils de découverte (discovery tools). La Bibliothèque de la FMSH va déployer un outil de ce type en 2014. Il aura la particularité d’intégrer des contenus archivistiques par le biais du moissonnage de métadonnées en XML.

L’apport de l’édition électronique ouverte dans la médiation numérique

Lorsque les instruments de recherche existent et sont publiés, encore faut-il amener les publics à les consulter. Les blogs constituent en ce sens un outil de choix pour les archivistes. Ils présentent une certaine facilité  d’édition, bénéficient d’un bon référencement par les moteurs de recherche web et permettent une proximité avec les internautes, qui ont la possibilité de réagir très rapidement aux contenus publiés.

La  plateforme Hypotheses.org, plateforme de publication de carnets de recherche (des blogs) en sciences humaines et sociales, a été créée par le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cleo). Hypotheses.org compte aujourd’hui plus de 850 carnets. Même si la plateforme est avant tout destinée à la communauté scientifique, son insertion dans un contexte interdisciplinaire de recherche en sciences humaines et sociales constitue un grand intérêt pour les archivistes des établissements d’enseignement supérieur et de recherche.

Dans cette perspective, les Archives de la FMSH ont créé un blog éponyme sur cette plateforme. La finalité de ce carnet est de présenter et de valoriser le fonds d’archives de la FMSH ; il met en lumière les problématiques et enjeux du traitement archivistique dans le domaine des SHS, il fait partager la réflexion scientifique de l’archiviste à travers l’étude de cas concrets et réagit sur l’actualité des archives de manière générale. Parmi les articles les plus consultés figurent les présentations des dons ainsi que des articles de fond.  Instruments de recherche archivistiques et carnet de recherche sont appelés à se nourrir l’un – l’autre et à interagir, pour une valorisation des fonds d’archives ainsi que de la pratique archivistique appliquée aux sciences humaines et sociales. Le pôle Archives entend bénéficier de la mise en ligne progressive des instruments de recherche afin d’exploiter au mieux cet outil de médiation numérique.

Carnet Archives de la FMSH

Carnet Archives de la FMSH

Les billets annonçant la publication d’instruments de recherche électroniques sont particulièrement utiles dans la mesure où leur référencement améliore la visibilité des contenus archivistiques. Ils complètent la plateforme de consultation puisque les instruments de recherche publiés ne sont pas référencés par les moteurs de recherche web : l’usager doit déjà se trouver dans l’application pour trouver des contenus. Parmi les plus consultés à ce jour figure un billet relatif à la création du bâtiment de la Maison des Sciences de l’Homme (54 bd Raspail à Paris), qui constitue à la fois un historique du projet et une présentation des sources archivistiques qui le documentent.

L’édition électronique ouverte est une opportunité de médiation que les archivistes doivent saisir.

Exploiter les données créées par les archivistes : des bases de données archivistiques aux bases de données orientées graphes

Les archivistes constituent d’importants producteurs de données, que l’on peut nommer « contenus archivistiques électroniques ». Ces données sont structurées à la fois par les normes archivistiques en vigueur, ISAD (G) en premier lieu, et par le schéma XML-EAD adopté par la plupart des services dotés d’un outil d’archivage et désireux de publier leurs instruments de recherche.

Il existe aujourd’hui des outils numériques qui rendent possible une nouvelle manière d’exploiter les contenus archivistiques que nous produisons, nous, archivistes, afin de valoriser les fonds dont nous assurons la gestion. Les bases de données orientées graphe en font partie. Elles sont capables de stocker et de représenter des données par l’utilisation de nœuds et de liens.

Le fonds d’archives de la FMSH reflète la mission à vocation internationale, interdisciplinaire et interinstitutionnelle de la Fondation, et le besoin de disposer d’un outil capable de visualiser des réseaux de manière naturelle s’est rapidement manifesté. Les Archives de la FMSH ont donc lancé cette année les premiers travaux de modélisation de réseaux[4] scientifiques à partir des instruments de recherche.

Pour le premier essai, nous avons utilisé l’un des premiers répertoires créés : celui du fonds de l’historien Fernand Braudel. Le fonds d’archives du créateur et premier administrateur de la Fondation (1963-1985) a fait l’objet d’une première phase de traitement. Il contient un ensemble de correspondance active classée par ordre alphabétique de destinataires dont les descriptions archivistiques ont servi à générer un graphe permettant de visualiser son réseau scientifique :

Réseau scientifique de Fernand Braudel modélisé à partir de sa correspondance active (1965-1985) (sous Gephi)

Réseau scientifique de Fernand Braudel modélisé à partir de sa correspondance active (1965-1985) (sous Gephi)

A partir des données du répertoire méthodique, nous avons créé un graphe[5] représentant tous les destinataires de Fernand Braudel sur la période 1965-1985, en utilisant une variable simple : plus le dossier contient de lettres, plus le chercheur symbolisé par une sphère (ou nœud) est proche du noyau braudélien.

Afin de rendre le graphe lisible et exploitable, nous avons dû isoler les données jugées pertinentes à mettre en valeur : les 1476 destinataires présents dans les dossiers d’archives ne sont pas représentés, nous en avons retenu seulement 432, ceux auxquels plus de 3 lettres ont été adressées. Apparaissent en couleur les personnes les plus proches de Fernand Braudel, celles destinataires d’au moins 10 lettres, jusqu’à 76.

Nous pouvons ainsi distinguer :

  • Son plus proche collaborateur Louis Velay (haut fonctionnaire, collaborateur de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, signalé ici en rouge),
  • Les historiens François Furet et Jacques le Goff, membres du Centre de Recherches Historiques fondé en 1949 par Fernand Braudel (en orange),
  • Un groupe d’historiens, dont des spécialistes de l’histoire économique : Felipe Ruiz Martin, Emmanuel Le Roy Ladurie, Richard Ollard, Troian Stoianovitch, Hermann Kellenbenz, Michel Morineau, Georges Vallet (en jaune),
  • D’autres historiens proches du chercheur (en vert),
  • Un cercle de collaborateurs composé de chercheurs en histoire mais aussi d’autres disciplines : économie, sociologie, archéologie, géographie, etc. (en bleu).

Les données utilisées peuvent êtres extraites de plusieurs champs EAD. Il est nécessaire de définir lesquels sont pertinents pour chaque instrument de recherche, en fonction du traitement opéré sur chaque fonds. Dans le cas présent, les éléments <unittitle> ou <persname> peuvent être utilisés pour la création des nœuds  des réseaux, alors que l’élément  <extent type= »nombre elements »> sert à définir le poids des liens entre chaque nœud.

Exemple de données exploitées, pour un dossier d’archives :

<c id= »de-1050″ level= »otherlevel » otherlevel= »sous-dossier »>

<did>

<unitid type= »Cote » label= »Cote »>4 A 1/929</unitid>

<unitid type= »Boîte n° » label= »Boîte n° »>13</unitid>

<unittitle label= »Intitulé de l’unité documentaire »>Jacques Le Goff</unittitle>

<unitdate label= »Date de l’unité documentaire » normal= »1965/1977″>1965-1977</unitdate>

<physdesc label= »Description physique »>

<genreform source= »liste-typedocAC »>Document d’archives</genreform><lb/>

<extent type= »nombre elements » label= »Nombre d’éléments »>50</extent><lb/>

</physdesc>

</did>

<scopecontent>

<head>Présentation du contenu</head>

<p>50 lettres.</p>

</scopecontent>

<controlaccess>

<head>Descripteurs</head>

<persname>Le Goff, Jacques</persname>

</controlaccess>

</c>

 

Cette modélisation présente l’intérêt d’offrir rapidement une vue d’ensemble sur le réseau de Fernand Braudel qui peut orienter le lecteur dans sa démarche de consultation des archives. Ce type de représentation constitue un outil complémentaire aux instruments de recherche permettant aux chercheurs d’accéder autrement aux données archivistiques.

En l’état, le résultat des premiers travaux est incomplet et perfectible. La méthodologie employée est tributaire non seulement des archives présentes mais aussi de l’avancée du traitement du fonds. La modélisation devra notamment être affinée grâce à l’intégration des données de l’inventaire de la correspondance classée par ordre chronologique, en cours de constitution, ainsi que de celles des tirés-à-part reçus par l’historien. Bien entendu, cette modélisation basée sur un fonds d’archives institutionnel restera incomplète et ne saurait refléter fidèlement les « proximités scientifiques » de Fernand Braudel.

Par ailleurs ces travaux nécessitent des exports de données qui doivent être importées dans l’outil utilisé. L’objectif visé est l’utilisation directe de données produites en XML afin de générer des graphes de manière semi-automatique voire automatique, ainsi que de rendre les graphes interactifs pour que les usagers puissent facilement atteindre les contenus archivistiques correspondants sur la plateforme de consultation Archives de la FMSH.

Dans le prolongement de ces premiers travaux, nous pouvons imaginer d’autres types de modélisation de réseaux, notamment de coopération internationale et interdisciplinaire au niveau institutionnel (recherche, mobilité des chercheurs, édition académique, relations avec les universités, etc.).

Conclusion

Les outils numériques constituent des opportunités incontournables de valoriser les fonds d’archives. Par ce retour d’expérience en sciences humaines et sociales, nous avons présenté ceux mis en œuvre dans le cadre d’une stratégie de valorisation des archives concourant à la mise en lumière du travail des archivistes de la FMSH. Cette stratégie repose sur un socle indispensable, nos instruments de recherche, et se développe par le biais de nouveaux outils complémentaires, essentiellement basés sur la visualisation de données archivistiques, dont les usagers pourront se saisir.

 

Représentation partielle de l’écosystème numérique des Archives de la FMSH

Représentation partielle de l’écosystème numérique des Archives de la FMSH

Tous ces moyens mis en œuvre aboutissent à la naissance d’un écosystème numérique qu’il faut nourrir continuellement. Pour cela, un impératif : produire les instruments de recherche archivistiques qui constituent la base de la stratégie de valorisation des fonds d’archives de la Fondation Maison des sciences de l’homme.

 

 


[1] Logiciel libre Pleade développé par AJLSM, paramétré par Anaphore

[2] Anciennement Thésaurus W. Dernière édition (5è) en 2012.

[3] Zone 710 de l’UNIMARC. En France, l’UNIMARC constitue format officiel d’échange de l’information bibliographique et le format de travail du Sudoc (système universitaire de documentation de l’ESR)

[4] A ce sujet, voir les travaux du laboratoire Humanities+Design, Université de Stanford, sur la visualisation et l’exploration de correspondance des philosophes des Lumières : http://republicofletters.stanford.edu .

[5] Base de données orientée graphe créée avec le logiciel Gephi.


Julien Pomart

Responsable des Archives de la FMSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *