Autour de la IIe Internationale : les archives de Georges Haupt et du BSI

Le fonds de l’historien Georges Haupt (1928-1978), conservé au sein de la bibliothèque de la Fondation Maison des sciences de l’homme, a été traité par son pôle Archives, et son instrument de recherche a été publié dans Nabû, moteur de recherche des Archives de la FMSH. La publication du répertoire méthodique (accessible via ce lien) constitue un premier pas vers la valorisation de précieuses sources documentaires relatives aux actions entreprises par les partis socialistes rassemblés en une IIe Internationale dans le but d’éviter l’entrée en guerre à partir de 1912. Par ailleurs le traitement d’un tel fonds pose des problématiques épistémologiques puisque, aux papiers du chercheur se mêlent ceux de Camille Huysmans, secrétaire du Bureau Socialiste International entre 1905 et 1922.

Georges Haupt et le BSI

Il est d’usage de présenter le chercheur avant l’objet de la recherche. Nous dérogeons à la règle en évoquant d’abord sur ce qu’était le Bureau socialiste international, étudié pendant 25 années par Georges Haupt.

Le Bureau Socialiste International

En juillet 1889, les partis socialistes et ouvriers d’Europe fondèrent l’Internationale ouvrière, aussi appelée Deuxième Internationale, lors du Congrès de Paris. S’inscrivant dans la continuité de la Première Internationale (Association internationale des travailleurs, ou AIT), elle avait pour objectif d’unir les travailleurs de tous les pays pour leur émancipation. L’un de ses principaux combats fut la « guerre à la guerre » (selon la formule lancée par le rapporteur du Congrès de Bâle (1912) lors de sa clôture), menée entre 1907 et 1914. Elle prit fin avec la Première Guerre mondiale : à partir de 1914, le vote des crédits de guerre demandés par les gouvernements par la plupart des leaders socialistes (à l’exception des russes, des Serbes et des Bulgares) mit à mal l’unité du mouvement.

Le Bureau Socialiste International (BSI) était l’organisation permanente de la Deuxième Internationale établie au congrès de Paris de 1900. Un secrétariat permanent fut établi à Bruxelles. Camille Huysmans en fut le deuxième secrétaire.

Camille Huysmans (1871- 1968)

Camille Huysmans, diplômé en philologie germanique de l’Université de Liège, était membre du Parti socialiste belge. Ses opinions politiques lui ont valu d’être révoqué du professorat en 1897, il devint alors journaliste au Parti ouvrier belge. Il entra en 1905 au secrétariat du Bureau socialiste international, créé cinq années plus tôt. Camille Huysmans occupa cette fonction jusqu’en 1922

Il fut aussi très fortement impliqué dans la vie politique belge : conseiller de la ville de Bruxelles de 1908 à 1921, échevin d’Anvers responsable de l’éducation (1921-1926), maire d’Anvers (1933-1940 et 1944-1946), membre du Parlement (Chambre des communes, 1910-1965), Président de la Chambre des communes (1936-1939 et 1954-1958), Arts et secrétaire à l’Education (1925-1927)), secrétaire à l’Education (1947-1949) et pour finir Premier ministre (1946-1947).

Georges Haupt (1928-1978)1

Georges Haupt était historien du mouvement socialiste international, notamment de l’Internationale ouvrière. Il fut aussi un grand spécialiste des Balkans. Né à Satu Mare, en Transylvanie, dans une famille de la bourgeoisie juive, il passa son adolescence à Auschwitz. En 1945, de retour en Roumanie, il commença ses études supérieures puis entra à l’université de Leningrad où il soutint une thèse sur les rapports entre révolutionnaires russes et roumains dans la seconde moitié du XIXe siècle.

Portrait de profil de Georges Haupt (non daté, auteur inconnu)

Portrait de profil de Georges Haupt (non daté, auteur inconnu)

En 1958, il quitta Bucarest pour Paris et, dès 1962, sous la direction d’Ernest Labrousse, soutint une thèse sur la IIe Internationale. Il entra au comité de rédaction du Mouvement social la même année, puis à celui des Cahiers du monde russe et soviétique l’année suivante. C’est en 1969 qu’il fut nommé Directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales.

A partir de 1963 il dirigea la « Bibliothèque socialiste », collection des Éditions Maspéro, qui comptera 40 titres en 1981. Il a aussi dirigé, avec Jean Maitron, aux Éditions ouvrières, la publication du Dictionnaire biographique du Mouvement ouvrier international. Sa bibliographie suggère ses principaux centres d’intérêt, à savoir l’histoire du socialisme, particulièrement celles de la IIe Internationale, ainsi que les questions nationales et sociales touchant aux pays des Balkans aux XIXème et XXème siècles.

Georges Haupt est mort le 15 mars 1978 à Rome, laissant plusieurs travaux inachevés: un ouvrage sur l’histoire de la IIème Internationale, son objet d’étude principal de vingt ans de recherche, qui se serait inscrit dans le prolongement de sa thèse, mais aussi d’autres projets comme la publication de la correspondance échangée entre Maxime Gorky et Mikael Bogdanov, avec Jutta Scherrer2

L’année 1958 marque un tournant non seulement dans la vie de Georges Haupt, mais aussi une rupture dans l’historiographie de l’Internationale ouvrière. C’est en effet à cette période qu’il rencontre Camille Huysmans, qui lui ouvre ses archives. Plus que cela, il les lui confie pour qu’elles soient étudiées, publiées, diffusées. Cette rencontre réoriente profondément l’objet de ses recherches vers l’histoire de la IIe Internationale. Il soutient dès 1962, sous la direction d’Ernest Labrousse, une thèse publiée en 1964 sous le titre La Deuxième Internationale, 1889-1914. Etude critique des sources. Essai bibliographique.

« Les enjeux d’un inventaire »3

Un enjeu scientifique pour l’histoire et l’histoire des sciences

La conservation et la mise en communicabilité de ce que l’on appelle le fonds Georges Haupt –nous reviendrons sur ce point par la suite- constitue un enjeu à plusieurs titres.

Une source pour l’histoire de la science historique

Le fonds Georges Haupt est un fonds d’archives de chercheur, un fonds d’historien, constitué d’une multitude de notes de recherches, de notes de lecture, de transcriptions et traductions de documents d’archives, de manuscrits et tapuscrits d’articles et d’ouvrages.

Ceux-ci sont nombreux et, même s’il est courant pour un chercheur en sciences humaines et sociales de garder le moindre écrit pour une éventuelle publication un jour où l’autre, Georges Haupt était passé maître en la matière. Un même texte peut ainsi être travaillé à l’envi à tel point qu’il est parfois délicat de le rattacher à une publication plutôt qu’une autre. Certains textes n’ont, a priori, pas été publiés. Les papiers du chercheur, témoignent d’une intense activité de recherche mais aussi de publication : publication de ses propres travaux de recherche en histoire, en témoignent les nombreuses versions successives d’un même article ou d’un même ouvrage, mais aussi des travaux de confrères.

Son importante activité d’édition critique de documents originaux s’inscrit dans une volonté de faire parler les sources car, selon lui, « il est de notoriété élémentaire que, sans documents, on ne peut faire de l’histoire. De même, sans éditions érudites et critiques des sources, on ne peut assurer la rigueur à la recherche » (Bureau Socialiste International. Comptes rendus des réunions, manifestes et circulaires. Vol. 1 1900-1907. Paris : EHESS, p. 14).

Source pour l’histoire des mouvements ouvriers

Mais le fonds contient aussi une partie des archives du deuxième secrétaire du BSI4, soit plus d’un millier de documents originaux confiés à Georges Haupt, pour qu’ils soient étudiés et diffusés : correspondance, notes, rapports, bulletins forment un ensemble certes lacunaire au regard de la masse documentaire qui semble avoir été produite, mais riche de par ce qu’il peut apporter à l’étude de l’Internationale ouvrière en tant que complément à des sources conservées ailleurs.

Correspondance relative au congrès de Bâle de 1912 (Fonds Georges Haupt, Archives de la FMSH)

Correspondance relative au congrès de Bâle de 1912 (Fonds Georges Haupt, Archives de la FMSH)

La majeure partie de ces documents est constituée de correspondance échangée entre Camille Huysmans et les socialistes de nombreux pays, dont quelques lettres de figures du mouvement international telle Rosa Luxemburg.

Georges Haupt, portant à la fois les casquettes d’historien du mouvement ouvrier et d’éditeur scientifique, avait commencé la publication des documents émanant du BSI. Ainsi sont publiés dans Bureau Socialiste International. Comptes rendus des réunions, manifestes et circulaires, 71 circulaires, manifestes et comptes rendus, ainsi que 20 rapports de Secrétariat, dont la préface explique le bien-fondé d’une telle publication :

  • Un tournant dans les études de l’Internationale Socialiste amorcé dans les années 1950
  • La nécessité de publier des sources afin de les mettre en avant devant la masse documentaire que représente l’ensemble
  • La rareté de ce type de source : des archives d’une organisation, là où l’on rencontre le plus souvent des archives de militants
  • La portée internationale des documents, permettant une vue d’ensemble.

Il s’agissait là de documents officiels destinés à être diffusés il y a un siècle mais qui s’avéraient pourtant difficiles à trouver dans les années 1960, et c’est encore le cas aujourd’hui. Quant à la correspondance échangée entre les camarades, une partie a été publiée: celle échangée entre Huysmans et Lénine (1963) ou encore celle de Rosa Luxemburg (1976 et 1977), les deux ne faisant pas partie du fonds Georges Haupt. Celui-ci contient en majorité, à côté de lettres de grandes figures du socialisme, de la correspondance provenant de membres et responsables de partis socialistes majoritairement européens.

Haupt avait fait le choix de ne pas publier cette correspondance, s’orientant vers une histoire très institutionnelle du BSI basée en majeure partie sur des documents officiels émanant de l’organe décisionnel. La mise à disposition de la correspondance ouvre une autre perspective à l’étude de l’Internationale Ouvrière qui pourrait compléter cette vision.

La cohérence de fonds, problématique épistémologique

Avant de pouvoir opérer au traitement des archives, son identification s’avérait nécessaire: de quelles activités cette production documentaire émane-t-elle? S’agit-il d’un seul « fonds »5, comme l’entendent les archivistes, ou de plusieurs?

Le fonds du Bureau Socialiste International

Les documents originaux confiés à Georges Haupt constituent un premier fonds puisque, en toute logique, ils n’ont pas été produits ou reçus dans le cadre de l’activité de recherche de Haupt. Il s’agit d’une partie du fonds d’archives du Bureau Socialiste International, dont Huysmans était le dépositaire. Plutôt que de considérer les papiers de Camille Huysmans comme des archives émanant d’une activité personnelle, il serait plus juste de considérer la fonction de Secrétaire du BSI qu’il exerçait. Nous pouvons dès lors parler d’un fonds d’archives du Bureau Socialiste International.

Le fonds Georges Haupt

Le fonds du BSI est conservé au sein de l’ensemble que constituent les archives de l’historien. Haupt avait mêlé ses papiers à ceux du BSI au sein du classement thématique opéré par Huysmans en son temps. Non seulement le fonds Georges Haupt est constitué d’une partie des archives du BSI, mais aussi les pièces et dossiers s’y sont trouvées physiquement mêlés. Par exemple, des dossiers joignant correspondance du début du 20ème siècle et leurs transcriptions réalisées par le chercheur:

Dossier "Tensions induites par la crise d'Agadir (1911)", fonds Georges Haupt, Archives de la FMSH

Dossier « Tensions induites par la crise d’Agadir (1911) », fonds Georges Haupt, Archives de la FMSH

Le fonds Georges Haupt demeure atypique dans la mesure où les matériaux résultant d’activité de recherche historique, ainsi que l’objet d’étude lui-même, sont rassemblés. Il résulte de l’activité du chercheur un fonds documentaire constitué autour d’un fonds originel du BSI sans lequel le fonds Georges Haupt n’existerait pas, en tout cas pas dans sa forme actuelle : c’est, pour ainsi dire, un « metafonds » d’archives.

Cette imbrication d’un fonds d’archives dans un autre pose plusieurs questionnements quant au traitement physique et intellectuel liés au choix d’une séparation matérielle des documents composant chaque fonds ou au choix du maintien en place.

Les réponses apportées par l’archivistique

Les Archives de la FMSH ont tâché de résoudre les diverses problématiques rencontrées dans le cadre du traitement du fonds Georges Haupt. Précisons que les réponses apportées et la politique de traitement mise en oeuvre reflètent avant tout la pratique archivistique du service d’archives ou de l’archiviste: en effet, d’autres archivistes auraient pu procéder autrement.

Le choix d’un seul fonds et du maintien des pièces en l’état

Certains papiers de Georges Haupt et de Camille Huysmans ont été mêlés par le chercheur en un classement thématique ordonné selon ses axes de recherche: l’objet de la recherche et la production scientifique qui en est issue ne font plus qu’un, si bien que nous avons pris le parti de ne pas dissocier les documents pour recréer deux fonds distincts. Premièrement procéder ainsi aurait pu mettre à mal la cohérence du fonds Haupt, constitué de manière organique autour du fonds du BSI. Deuxièmement, il aurait fallu imaginer un plan de classement pour ces archives du BSI, plan de classement qui n’aurait pu être qu’artificiel. L’intégralité des archives porte la dénomination « Fonds Georges Haupt ».

Néanmoins les documents originaux identifiés comme appartenant au fonds du BSI sont clairement identifiés et indexés de manière à lui rendre une intégrité virtuelle même si ses composantes ne sont pas matériellement rassemblées en un fonds spécifique. C’est le « Fonds Bureau Socialiste International ». Par exemple, la notice descriptive ci-après porte la mention des deux fonds : il s’agit de documents originaux (1912-1913) (Fonds BSI) contenus dans les archives du chercheur (Fonds Haupt).

Exemple de notice : Correspondance échangée pendant et après le congrès • 1912-1913

Exemple de notice : Correspondance échangée pendant et après le congrès de Bâle (1912-1913)

Un plan de classement en partie hérité

Le fonds a été collecté en l’état de quasi-vrac. Il subsistait un reliquat de classement de certains dossiers ordonnés par thématiques ou zones géographiques semblant provenir de l’organisation initiale des papiers de Camille Huysmans. On retrouve ces documents dans la première partie intitulée « Rassemblement de sources permettant l’étude de la IIème Internationale: dossiers thématiques », qui contient une grande partie des archives du BSI.

Plan de classement du fonds Georges Haupt

Plan de classement du fonds Georges Haupt

La suite relève davantage de la production de Georges Haupt, mais pas exclusivement. La deuxième partie par exemple, dénommée « Préparation de la publication de travaux scientifiques », et très riche, reflète l’importance du travail d’édition de travaux de recherche dans la carrière de Haupt. De manière globale, le fonds a été reconstruit sur la base de sa structure originelle supposée.

La cohérence intellectuelle via l’indexation

Les mots-clefs « Fonds Georges Haupt » et « Fonds Bureau Socialiste International » permettent d’accéder aux notices descriptives de la totalité du fonds Georges Haupt (381 notices), ou seulement à celles des archives du BSI (60 notices). Il est par exemple possible de filtrer les résultats d’une requête réalisée dans le moteur de recherche des Archives de la FMSH :

Résultat de requête utilisant le terme "socialisme" dans Nabû

Résultat de requête utilisant le terme « socialisme » dans Nabû. Les filtres « Fonds d’archives » sont situés à gauche.

Ou d’accéder directement à l’intégralité des notices descriptives d’un même fonds via les listes d’index :

Liste des fonds d'archives décrits dans Nabû

Liste des fonds d’archives décrits dans Nabû

Quels développements ? Entre continuité et ruptures

Au delà de la mise en communicabilité du fonds en salle de lecture de la bibliothèque de la FMSH, diffuser largement les documents originaux comme le souhaitaient Camille Huysmans et Georges Haupt s’inscrirait dans la continuité d’un travail initié il y a plus d’une cinquantaine d’années. Plusieurs moyens peuvent être envisagés : numérisation, édition des textes, voire d’autres types de projets hybrides. La publication imprimée des textes demeurait jusqu’à présent l’unique vecteur de diffusion à grande échelle. Elle nécessitait d’opérer des choix parfois douloureux, car il était inenvisageable de publier l’intégralité de fonds documentaires, ceci pour des raisons scientifiques mais aussi de coût de revient de l’édition. Or les technologies et outils numériques permettent aujourd’hui de faciliter la diffusion des sources archivistiques, notamment via la numérisation et la mise en ligne.

En outre, son travail d’édition de textes originaux et de publication de ses propres travaux de recherche a conduit Georges Haupt à produire des documents tapuscrits dont l’exploitation peut être facilitée par l’usage de technologies numériques. Qu’il s’agisse de transcriptions de documents ou des textes d’articles et d’ouvrages, il est de nos jours possible de récupérer des contenus par numérisation et océrisation. Et si l’on souhaitait aujourd’hui publier la correspondance du BSI, une réutilisation des travaux de Haupt semble pertinente. Elle s’inscrirait dans un processus de capitalisation d’un travail de recherche scientifique passé contribuant à nourrir la recherche actuelle.

Bibliographie

  • Bidussa, David. Les archives du Bureau socialiste international. Les enjeux d’un inventaire. In: Cahiers Jaurès. 1/2012 (N° 203) , p. 63-67. URL : cairn.info/revue-cahiers-jaures-2012-1-page-63.htm.
  • Cahiers Jaurès 2012/1 (N° 203). 138 pages. ISSN : 1268-5399. ISSN en ligne : 1969-6809. URL : https://www.cairn.info/revue-cahiers-jaures-2012-1.htm
  • Zorgbibe, Charles. L’Internationale socialiste : structure et idéologie. In: Politique étrangère N°1 – 1969 – 34e année pp. 81-107
  • Haupt, Georges. Le Bureau socialiste international, 1900-1907, tome 1. Compte rendu des réunions, manifestations et circulaire, Éditions de l’EHESS, 1969.
  • Haupt, Georges. Le Congrès manqué. L’internationale à la veille de la Première Guerre mondiale, Maspero, 1965.
  • Haupt, Georges. La Deuxième Internationale, 1899-1914. Étude critique des sources, Éditions Mouton, 1964.
  1. Des éléments biographiques plus détaillés se trouvent dans la présentation du fonds de l’instrument de recherche : http://nabu.fmsh.fr/document/FR075FMSH_000000051 []
  2. « On avait prévu, par exemple, la publication de la correspondance Gorkij-Bogdanov, dont Haupt aurait dû se charger avec Jutta Scherrer ». Salvati Mariuccia, « Un historien socialiste du XXe siècle », Cahiers Jaurès 1/2012 (N° 203) , p. 27-48. URL : www.cairn.info/revue-cahiers-jaures-2012-1-page-27.htm.  []
  3. Formule empruntée à l’article de Bidussa David, « Les archives du Bureau socialiste international Les enjeux d’un inventaire », Cahiers Jaurès 1/2012 (N° 203) , p. 63-67. URL : www.cairn.info/revue-cahiers-jaures-2012-1-page-63.htm. []
  4. Des archives de Camille Huysmans sont conservées à l’Institut d’Histoire Sociale de Gand, en Belgique (The Camille Huysmans’s Archive) ainsi qu’à la Fondazione Gianciacomo Feltrinelli (Giangiacomo Feltrinelli Foundation: a guide: archives, library, research activities. Gianciacomo Feltrinelli Foundation, 1998). []
  5. Un fonds d’archives est un ensemble de documents produits ou reçus par une personne (ou une famille) ou une organisation (institution, entreprise, association) dans le cadre de son activité. []

Julien Pomart

Responsable des Archives de la FMSH

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 26/10/2016

    […] Dans le cadre du séminaire EUROSOC visant à établir et consolider un réseau de recherche sur l’histoire du socialisme européen (des années 1870 à l’avant 1914) aux niveaux régional, national et européen, une journée d’étude est organisée à l’Université de Rouen Normandie le 7 décembre 2016 autour de l’historien Georges Haupt et de ses archives. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *