Les archives de l’ESCoM

  • Site Introduction à la sociologie
    Page d'un site issu de la réécriture et de la traduction en polonais de descriptions contenues dans les AAR (2007)
  • Traduction Introduction à la sociologie
    Extrait d'une page d'un site issu de la traduction en polonais de descriptions contenues dans les AAR (2007)
  • Sites internet
    Liste de sites internet réalisés par des étudiants entre 2004 et 2006
  • capture_4D4_site_traduction_introduction_sociologie
  • Accueil du portail AAR (2007)
  • Accueil du logiciel
    Ecran de démarrage du logiciel de prévention
  • capture_4D4_art.141_2
    Architecture générale du logiciel
  • Accueil du site de l'ESCoM
    Accueil du site de l'ESCoM (Archives FMSH, 4D4 art.189)
  • capture_4D4_supports_cours_site
    Page d'accès aux supports de cours sur le site semioweb.msh-paris.fr
  • capture_4D4_art.64
    Extrait de notes du dossier "Mouvement" (art. 64, 1988-1990)
  • Cassettes AAR
    Cotation physique des cassettes de rushs
  • capture_wayback_machine_semionet_1
  • capture_wayback_machine_semionet_2
  • capture_4D4_art.36
    Transparent utilisé pour présentation au moyen d'un rétroprojecteur (2000, 4D4 art. 64)
  • capture_cassettes_AAR
    Rushs des AAR : cotation physique des cassettes inventoriées (2017)
  • Corpus "Espace social"
    Corpus "Espace social" extrait d'un projet d'étudiants
  • Corpus "Nation et nationalisme"
    Corpus "Nation et nationalisme" extrait d'un projet d'étudiants
  • Extrait de cours (2002-2003)
    Extrait de cours (2002-2003)

En 1991, l’Équipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias (ESCoM) de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme fut créée sous l’intitulé « Centre de Recherche Interlangue » (CRI) par Charles Morazé (Président de la Commission Nationale des Études Interculturelles et membre fondateur de la FMSH) et François de Labriolle (Président de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales). A l’origine, le CRI se définissait comme un centre de recherche spécialisé dans la description sémiotique et la modélisation de données lexicales, textuelles et discursives en vue de leur exploitation par des voies informatiques. Peter Stockinger, Professeur des universités à l’INALCO, en était le directeur.

Le changement d’intitulé du CRI en « Équipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias » (ESCoM) est intervenu en 1995 suite aux élargissements progressifs et à une réorientation sensible des activités de recherche du centre. L’équipe travaille dès lors principalement sur des problématiques théoriques et pratiques qui concernaient à la fois:

  • la sémiotique, le traitement de l’information et l’ingénierie des connaissances (la cognitique)
  • la sémiotique de la culture et la communication interculturelle
  • la sémiotique du texte et du document audiovisuel
  • les technologies du numérique pour la gestion et l’exploitation de patrimoines de connaissances

 

Qu’est-ce que la sémiotique cognitive ?
La sémiotique cognitive est l’étude de la fabrication de sens, l’application de méthodes et de théories de la sémiotique, de la linguistique, de la psychologie, des sciences cognitives, de la modélisation informatique, de l’anthropologie, de la philosophie et d’autres sciences. La sémiotique cognitive vise à incorporer les résultats d’autres sciences en utilisant des méthodes allant de l’analyse conceptuelle et textuelle aux recherches expérimentales et ethnographiques.

 

Les activités de recherche et de développement à l’ESCoM s’organisaient autour d’une équipe d’une dizaine de chercheurs et ingénieurs financés par des projets de R&D nationaux (dont projets ANR) et internationaux (dont projets Européens), par la Fondation Maison des sciences de l’homme et le Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MENESR). Dans le cadre de ses activités de recherche en sémiotique audiovisuelle appliquée aux technologies du numérique, l’ESCoM a mis en place, en 2001, le vaste programme « Archives Audiovisuelles de la Recherche » (AAR) consacré d’une part à la constitution, la diffusion et l’exploitation de corpus audiovisuels en ligne et d’autre part au développement d’un environnement de travail numérique pour la mise en place et la gestion d’ « archives audiovisuelles » en ligne.

A partir de 2011, ses principales missions concernaient la mise en place, gestion, exploitation et conservation de patrimoines de connaissances à l’aide des technologies du numérique, la définition et la conduite des activités de R&D sémiotiques et informatiques débouchant sur des utilisations de plus en plus diversifiées et « personnalisées » de fonds documentaires numériques composant des « archives » ou bibliothèques numériques. Ses activités ont cessé en 2015. Son fonds d’archives, collecté entre 2010 et 2016, a fait l’objet d’un classement et d’une description archivistiques. Il est maintenant ouvert à la consultation au public et l’instrument de recherche archivistique est consultable sur Nabû.

Fonds de chercheur et fonds de laboratoire

Le fonds d’archives de l’ESCoM reflète la relation étroite entre les activités d’enseignement et de recherche de son directeur, Peter Stockinger, et l’activité de l’ensemble du laboratoire. Il témoigne de l’évolution d’une pensée scientifique, des travaux qui en ont découlé ainsi que de la production documentaire qui en constitue l’expression matérielle. En effet, ce qu’on qualifie couramment d’ « archives de chercheur » se trouve intimement lié voire imbriqué au reste du fonds de l’ESCoM. Un parcours scientifique commun se dégage et se trouve incarné par le(s) fonds d’archives, laissant possible un examen d’évolutions concomitantes.

L’évolution du domaine de recherche

L’histoire de l’ESCoM commence avec la création du Centre de Recherche Interlangue en 1991.  Son directeur Peter Stockinger est sémioticien. Il a soutenu un doctorat de philosophie (en sciences du langage) à Salzburg en 1980, un doctorat de 3ème cycle en 1984 à l’EHESS sous la direction de Jean Petitot, également en sciences du langage. Enfin, il a soutenu en 1987 sa thèse d’Etat en sémiologie1, à Paris 3, sous la direction d’Algirdas Julien Greimas. Il est, depuis 1990, professeur des universités en sciences du langage et sciences de l’information et de communication dans la Filière Communication et Formation Interculturelles (CFI) à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INaLCO) à Paris. On trouve dans ses archives des notes de lecture et de recherche portant sur la sémiotique du discours, notamment dans le champ du déplacement spatial, sur lequel il a travaillé pendant quelques années.

Extrait de notes du dossier « Mouvement » (art. 64, 1988-1990)

Sous l’impulsion de Charles Morazé, les travaux du Centre de Recherche Interlangue s’orientent en grande partie vers les questions liées au multimédia autour d’une problématique : de quelle manière transmettre une information de manière efficace à un destinataire? Jusqu’en 1995, les communications et publications de Stockinger portent sur ce sujet. A cette époque, le CD-ROM demeure le support multimédia le plus répandu.

Le domaine de recherche poursuit son évolution avec la démocratisation d’Internet. En 1996-1997, l’ESCoM participe au projet VHF, programme européen de recherche et développement portant sur la conception et le développement d’un système d’information et d’édition électronique en ligne, coordonné par Olivetti Ricerca en Italie. Le laboratoire réalise à partir de 1997 plusieurs sites web pour d’autres structures (4D4 art. 208), et le sien en 2000. A partir de 2004, le domaine de recherche est alors celui de la sémiotique des sites web. Ce parcours scientifique évolue naturellement vers la création de portails documentaires et vers la sémiotique des objets multimédia en ligne, spécifiquement sur l’audiovisuel, avec la création des Archives Audiovisuelles de la Recherche et du portail associé.

L’évolution de la production et de ses supports

La production documentaire de l’équipe se trouve intrinsèquement influencée par l’évolution du sujet de recherche : les « nouveaux médias ».

Des premiers projets de recherche et développement, il nous reste assez peu de traces. Par exemple, le projet de Système d’information multimédia et multilingue pour l’éducation et la prévention du SIDA (1994-1996), initié par la CNEI de Morazé et financé par l’Unesco, avait pour objet la réalisation d’un outil multimédia destiné à être diffusé en Afrique et en Asie du Sud-Est.

Ecran de démarrage du logiciel de prévention

Si une correspondance échangée entre les deux entités a été conservée, il n’existe pas d’autres archives permettant de documenter la réalisation du logiciel ni les méthodes employées, excepté un rapport d’évaluation remis en 1995. Ce rapport comporte quelques illustrations permettant d’imaginer le résultat du point de vue visuel et ergonomique, ainsi qu’un schéma de son architecture générale, mais l’application elle-même ne s’avère pas présente.

Architecture générale du logiciel (Extrait du dossier coté 4D4 art. 101)

A partir de 1996, l’Internet entre dans le champ de recherche de l’ESCoM. Concernant le projet VHF (voir supra), seule la première partie du projet (1996-1997) est documentée par les archives, et le système d’information produit n’a pas été conservé. Le site internet français de ce projet a néanmoins été préservé et est présent dans le fonds de l’ESCoM au sein de la collection de sites web qu’elle a créés ou hébergés ((Collection de sites créés dans le cadre d’une prestation fournie à un tiers, d’un enseignement, d’un projet de recherche, ou simplement hébergés par la MSH • 1997-2001)). En effet l’équipe a massivement investi l’Internet. A côté des travaux effectués dans le cadre de projets de R&D, le laboratoire ouvre son propre site web, semionet.fr, en 2004. Celui-ci a été archivé par le service Archives.

 

Accueil du site de l’ESCoM (Archives FMSH, 4D4 art.189)

Le projet de recherche OPALES (« Outils pour des Portails Audiovisuels Educatifs et Scientifiques ») a quant à lui permis le développement d’un prototype d’outil de « vidéothèque en ligne » destiné à diffuser des évènements à caractère scientifique et éducatif. Le fonds audiovisuel de cette première vidéothèque était classifié sur la base d’un langage « primaire » de description du contenu audiovisuel.

Ce prototype et cette classification formèrent la base du programme de R&D des « Archives Audiovisuelles de la Recherche » (AAR), qui constitue en quelque sorte la synthèse des travaux de l’ESCoM. Ce programme créé en 2001 était composé de sites web et de documents audiovisuels interactifs multilingues en ligne traitant des questions et problématiques spécifiques au monde, son histoire et son avenir, tel qu’il est vu et compris par les hommes/femmes de terrain, artistes, « décideurs », experts et spécialistes – chercheurs, enseignants – travaillant dans les principales disciplines des sciences humaines et sociales : archéologie, anthropologie, sociologie, psychologie, sciences économiques, droit, sciences politiques, sciences du langage, sciences de l’art et de la littérature, architecture et urbanisme, philosophie, sciences des religions, etc.

Le contenu composant le fonds audiovisuel du programme était fourni par une communauté internationale de plus de 3200 auteurs issus de plus de 70 pays. Les AAR offrent2 :

  • une vidéothèque donnant accès à environ 2600 heures de vidéos sous forme de vidéo-livres interactifs qui contiennent des entretiens, des reportages, des cours et des conférences, des documentaires, des enregistrements de mises en scène artistiques et de scènes de la vie quotidienne
  • plusieurs portails audiovisuels à thèmes consacrés à un domaine de connaissances particulier : diversité linguistique et culturelle, mondialisation et développement durable, peuples et cultures du monde, sémiotique, culture, communication
  • une collection de dossiers multimédias et pédagogiques pour l’enseignement
  • une collection de dossiers multilingues mettant à disposition des traductions permettant aux utilisateurs de comprendre le contenu d’une vidéo même s’ils ne maîtrisent pas la version originale.

Les archives de ce programme représentent matériellement plus des deux tiers du fonds de l’ESCoM. Elles comprennent, comme pour les projets de recherche, des éléments relatifs à son fonctionnement, de la documentation technique et des procédures de travail, mais aussi un corpus audiovisuel constitué de rushs tournés sur cassettes ainsi que les contrats d’autorisation nécessaires à la mise en ligne des vidéos.

Les Archives Audiovisuelles de la Recherche sont-elles des archives?

Le terme d’archives n’est pas employé ici dans son acception courante, telle que définie dans l’article 211-1 du Code du Patrimoine, puisque les vidéos des AAR dont il est question ne constituent par une production organique mais émanent d’une volonté de diffusion de documents audiovisuels ayant fait l’objet d’une édition. Ce terme a été utilisé faute de mieux pour désigner un nouveau type de ressource documentaire répondant à une logique spécifique: si la collecte et la description -basée sur le modèle structuraliste- des documents audiovisuels relèvent plutôt d’une démarche archivistique, l’organisation en « corpus » de ressources documentaires éditées relève d’avantage de la bibliothéconomie.

Les frontières existantes entre les institutions patrimoniales et de la recherche sont dès lors brouillées. Les AAR, selon Peter Stockinger, constituent :

  • une archive et une bibliothèque,
  • une institution patrimoniale et une institution d’édition et de publication,
  • une institution patrimoniale et un observatoire, un outil d’anticipation de l’évolution de la recherche en SHS,
  • un véritable laboratoire de recherche et de développement.

La production audiovisuelle, le portail et les services web associés, comme les parcours documentaires, se confondent sous l’appellation « Archives Audiovisuelles de la Recherche ».

Étudier et enseigner les nouveaux médias : quelles itérations?

A partir de 1997, les principales activités de recherche et de développement de l’ESCoM relatives au domaine de l’enseignement concernaient :

  • la conception et le développement de sites web consacrés à l’apprentissage à distance d’un domaine de connaissances dans le but de faciliter le transfert de connaissances dans des domaines qui intéressaient directement l’ESCoM, tels que ceux de la constitution et gestion de patrimoines audiovisuels, textuels ou iconographiques, de la sémiotique des médias ou encore de la communication interculturelle
  • la conception et la réalisation de modèles de sites web devant faciliter le transfert de connaissances et de modèles de prestations (cours, ressources en ligne, expériences à éviter, …). Ce travail visait à rendre plus aisé le travail de conception et de développement de sites concrets, de leur organisation, de leur mise en scène et des prestations qu’ils proposaient à un « utilisateur-apprenant »
  • le travail sur les principaux standards technologiques tels que le SCORM3 afin de conformer les cours proposés aux standards, de faciliter leur gestion, la mutualisation et le partage des ressources pédagogiques avec d’autres sites ou centres en ligne

On trouve dans les archives de l’ESCoM des éléments permettant d’établir les liens entre les activités de recherche de l’ESCoM et l’enseignement de la sémiotique des nouveaux médias par Peter Stockinger, constitués en deux grands ensembles. Un premier sous forme numérique classé par année universitaire couvrant la période 1995-2014 (4D4 art. 33), un second sur support physique (papier, CD-ROM) classé par type de travaux (supports de cours ou projets d’étudiants) puis par date (4D4 art. 34-57).

Ces archives ne font pas à proprement parler partie des archives de l’ESCOM, mais appartiennent à celles de Peter Stockinger. Il s’agit de doubles de documents conservés à la FMSH par le chercheur à des fins de documentation et d’alimentation des activités de recherche du laboratoire. A ce titre il était envisageable de procéder à leur élimination, mais nous avons choisi de les maintenir en place dans la mesure où ces archives sont susceptibles d’apporter un éclairage sur les possibles itérations et interactions entre enseignement et recherche au sein d’un même domaine scientifique.

Les supports de cours

De quelle manière enseignait-on la sémiotique des sites web et de la ressource audiovisuelle à partir des années 1990 ? Peter Stockinger a dispensé des cours notamment à l’INALCO, au sein de la filière « Formation et communication interculturelle », dont il a conservé les supports. Lors de la collecte du fonds, ceux-ci étaient présents sur support physique mais surtout sous forme numérique. Concernant les versions physiques, il s’agit de documents imprimés ou de transparents que l’on retrouve dans leur intégralité sous forme électronique : il semble que le chercheur a au fil du temps converti les documents produits au moyen d’un logiciel de traitement de texte, au format PDF. Cette démarche ne s’inscrivait pas dans une pratique de migration de support liée à une optique d’archivage, mais plutôt dans un souhait de diffusion de ses travaux. En effet, la quasi intégralité des documents produits par Peter Stockinger et l’ESCoM était notamment accessible en libre accès depuis le site internet du laboratoire. Nous avons conservé quelques supports de cours sur support physique au titre de spécimen, le reste au format PDF.

Transparent utilisé pour présentation au moyen d’un rétroprojecteur (2000, 4D4 art. 64)

Par ailleurs certains cours utilisaient les avancées et réalisations du laboratoire comme matériaux pour des démonstrations. L’exemple suivant illustre l’intégration du portail SemioNet.fr dans un cours datant de 2002 portant sur le genre du documentaire audiovisuel, en particulier sur les portails et espaces de recherche basés sur MS Sharepoint Server. Notons au passage le fait que ce site constituait « un espace de travail partagé pour étudiants, chercheurs et enseignants ».

Extrait de cours (2002-2003) utilisant comme exemple le portail SemioNet

Les travaux d’étudiants

Les travaux d’étudiants conservés par Peter Stockinger attestent quant à eux d’une porosité entre les recherches en cours au sein du laboratoire et les sujets travaillés par les étudiants. Par exemple, la question de la republication de ressources audiovisuelles au sein d’un corpus fut abordée dès le lancement du programme des AAR : il s’agissait pour les étudiants d’opérer une sélection de vidéos autour d’une thématique pour ensuite proposer une page ou un site web ayant comme objectif leur valorisation.

Corpus « Espace social » extrait d’un projet d’étudiants

Corpus « Nation et nationalisme » extrait d’un projet d’étudiants

Lorsque l’utilisateur cliquait sur l’intitulé d’une ressource audiovisuelle, soit il était redirigé vers la vidéo correspondante sur son portail d’origine, soit la vidéo était visible dans une nouvelle fenêtre.

Page d’un site issu de la réécriture et de la traduction en polonais de descriptions contenues dans les AAR (2007)

Enfin certains travaux étaient menés par des étudiants stagiaires au sein de l’ESCoM. Leurs rapports constituent une documentation relative aux projets conduits, comme le développement d’un portail de dictionnaires et de lexiques spécialisés (2002, projet PANGLOSS)

 

Focus sur quelques typologies documentaires

Nous l’avons vu, l’évolution continue des activités de l’Equipe Sémiotique et Nouveaux Médias fut source d’une production documentaire variée. La multiplicité des supports et formats de document  pose la problématique de leur conservation et à l’accessibilité à l’information dans le temps.

Les supports de cours et de communication

En ce qui concerne les versions physiques, les transparents sont constitués d’une matière plastique à base d’acétate de cellulose ou de polyester. Avec le temps, les feuilles peuvent coller entre elles, et l’encre adhère au matériau directement en contact. Nous avons donc intercalé une feuille de papier entre chaque transparent afin de limiter les effets du temps. En cas de forte détérioration rendant matériellement impossible leur communication, ces documents resteront consultables sous forme numérique.

Page d’accès aux supports de cours sur le site semioweb.msh-paris.fr

Par ailleurs, le site du laboratoire ayant été archivé avec tous ses contenus, ceux-ci se situent in fine  à deux endroits différents au sein du même fonds sans qu’il s’agisse à proprement parler de « doublons » : classés dans les archives personnelles de Peter Stockinger d’un côté, mis à disposition au sein du site de l’ESCoM de l’autre. Dans les deux cas, il est nécessaire de les maintenir en place dans la mesure où les modalités de diffusion de ces documents importent au moins autant que leur contexte de production. Les uns ont été diffusés dans un contexte spécifique d’enseignement ou de communication (un cours, une manifestation scientifique) auprès d’un public restreint, les autres ont été mis à la disposition des internautes sur Internet en tant que ressources parmi d’autres dans une optique de valorisation des activités du laboratoire.

Les sites web

Que ce soit dans le cadre des enseignements dispensés par Peter Stockinger à l’INALCO ou des activités propres de l’ESCoM, un certain nombre de sites web a été conservé par le laboratoire et ont été archivés : des projets d’étudiants, des réalisations dans le cadre de projets de recherche et développement, ainsi que le site de l’ESCOM.

Liste de sites internet réalisés par des étudiants entre 2004 et 2006

 

Extrait d’une page d’un site issu de la traduction en polonais de descriptions contenues dans les AAR (2007)

Deux problématiques apparaissent : le service archives doit-il archiver ces sites, et le cas échéant, par quels moyens?

Un site web n’est pas un document mais un ensemble de pages web et de ressources, soit un ensemble de documents, un objet informationnel complexe plus délicat à archiver puisque constitué de composants de différentes natures liés entre eux. Il est donc nécessaire de préserver l’intégrité de chaque document mais aussi sa place et son accessibilité au sein du site, au risque de nuire à sa cohérence. L’archivage d’un site web équivaut donc à la copie conforme de l’ensemble afin de préserver son architecture et sa viabilité.

On peut opérer une distinction entre les sites mis en ligne (celui du laboratoire, ceux constituant des livrables dans le cadre de projets ou de prestations, ceux simplement hébergés par l’ESCoM) et ceux non mis en ligne (les projets d’étudiants notamment).

Dans le premier cas, il est nécessaire de s’interroger sur la pertinence de l’archivage par le service archives lui-même, alors que nous pouvons mentionner a minima deux organismes qui ont pour mission « l’archivage du web » : La BnF et Internet Archive. Nous voyons plusieurs problématiques dans l’archivage des sites par d’autres institutions, et ce de manière exclusive :

  • l’ensemble des documents composant les archives de l’ESCoM ne serait pas conservé par le même service d’archives, ce qui pose des problèmes d’accessibilité (en premier lieu par le service d’archives lui-même) et de contextualisation de la production (son existence a un sens au regard de l’ensemble du fonds).
  • concernant les « archives de l’internet » de la BnF, il n’est pas à ce jour possible de savoir si les sites concernés ont été archivés4 .
  • quant à Internet Archive, il s’agit d’un organisme canadien à but non lucratif dont la pérennité n’est pas assurée : il existe une possibilité qu’un jour les sites web collectés soient perdus.

Wayback Machine et « archivage » de sites web

La Wayback Machine stocke et indexe tout ce qui se trouve sur le web en effectuant des captures de pages web selon des fréquences variables. Elle ne sauvegarde pas les sites web dans leur intégralité, mais page par page : la copie d’un même site est donc constituée d’un assemblage de pages sauvegardées à différents moments parfois espacés de plusieurs années. Cela signifie qu’un site n’est jamais sauvegardé dans son intégralité à un moment précis, ce qui remet en cause son intégrité matérielle et intellectuelle.

Page d’accueil de SemioNet.fr (2016)

Page « Enseignement » de SemioNet.fr (2013)

Nous voyons par exemple ici que la page d’accueil du site Semionet.fr a été capturée le 1er mars 2016. Or, cliquer sur ‘Enseignement » dans le menu de navigation ouvre une page quant à elle capturée le 27 juin 2013.

Dès lors, il s’avère indispensable de conserver ces sites, même s’ils sont archivés par d’autres organismes en parallèles selon des modalités qui leur sont propres et dans une optique différente.

Dans le second cas, l’archivage des sites non mis en ligne ne peut techniquement être réalisé que par le service des archives dans la mesure où ils ne peuvent être moissonnés par d’autres organismes.

Reste à trouver la méthodologie adéquate : dans le cas présent, il s’agit pour la plupart de sites appartenant à la première génération du web, constitués de pages .html auxquelles sont associées des ressources (par exemple, des images, des feuilles de style, des scripts javascript). Il suffit de les copier dans leur intégralité depuis leur support de stockage initial (serveur informatique, CD-ROM) vers le serveur dédié aux archives électroniques.

Les rushs

Les rushs des tournages des Archives Audiovisuelles de la Recherche représentent plus de 10 années de production documentaire conservées aux Archives de la FMSH, soit 2500 cassettes mini-DV.

La dégradation inhérente à tout support d’inscription de données informatiques impose de prendre des mesures de conservation spécifiques au support :

  • éviter les champs magnétiques,
  • les mettre à l’abri de l’humidité et des écarts de température,
  • ne pas les stocker à plat.

Cotation physique des cassettes de rushs

Un inventaire de ces cassettes a été réalisé à partir de la base de production de l’ESCoM, dont les données ont été confrontées à celles issues d’une conséquente opération de récolement matériel. Les rushs n’existent que sur ce support, qui se dégrade inexorablement malgré de bonnes conditions de conservation, il serait nécessaire d’opérer une migration des données vers un autre support.

Conclusion

Le classement du fonds d’archives de l’ESCoM constitue l’aboutissement d’un processus de collecte lancé en 2010 et réalisé en vagues successives en fonction des types de documents et de leurs supports. Le fonds s’est révélé par ailleurs en partie classé : on retrouve dans sa structure originelle ainsi que dans les consignes de Stockinger à son équipe ce souci d’organisation et de classification des connaissances présent dans les travaux du laboratoire depuis sa naissance dans les années 1990.

 

Bibliographie

Klinkenberg,Jean-Marie . « Pour une sémiotique cognitive », Linx [En ligne], 44 | 2001, mis en ligne le 05 juillet 2012, consulté le 02 octobre 2016. URL : http://linx.revues.org/1056

Publications de Peter Stockinger relatives aux travaux de l’ESCoM :

Ouvrages

  • Analyser l’univers du discours des archives audiovisuelles. Un métalangage de description du texte audiovisuel en sciences humaines et sociales. Paris – Londres : Hermes Science Publishing, 2012 (trad. en anglais aux éditions John Wiley & Sons, NY)
  • Les archives audiovisuelles : description, indexation et publication. Paris – Londres : Hermes Science Publishing, 2011 (trad. en anglais aux éditions John Wiley & Sons, NY)
  • Nouveaux usages des archives audiovisuelles numériques. Paris – Londres : Hermes Science Publishing, 2011 (trad. en anglais aux éditions John Wiley & Sons, NY)
  • Les sites web. Description, évaluation et production. Paris : Hermes Science Publications, 2005. 220 p.
  • Le document audiovisuel. Description et exploitations pratiques. Paris : Hermes Science Publications, 2003. 240 p.Portails et collaboratoires pour l’enseignement et la recherche. Paris : Hermes Science Publications, 2003. 230 p.
  • Traitement et contrôle de l’information. Perspectives sémiotiques et textuelles. Paris : Hermes Science Publications, 195 p.

Articles et parties d’ouvrages

  • L’adaptation et la republication de ressources audiovisuelles. In : HERMES. Cognition – Communication – Politique. 2010, no. 56, p. 36-52 Das Programm „Digitale Audiovisuelle Forschungsarchive“. In: M. Becker (ed.), Archiv im Netz. Innsbruck, Studien-Verlag/Skarabaeus. 2010, p. 113 – 121
  • Les archives audiovisuelles de la recherche: un programme de production, traitement, conservation, diffusion en ligne de patrimoines numériques audiovisuels en sciences humaines et sociales. In: Gazette des Archives. 2008, vol. 212, no. 4, p. 101-119
  • Des archives audiovisuelles monolingues sur un site multilingue. In: HERMES. Cognition – Communication – Politique. 2007, no. 49, p. 69-77 Repurposing digital audiovisual resources for user communities possessing different cultural and linguistic profiles. In: LADL 2007 Cross-Media and Personalized Learning Applications on top of Digital Libraries. 2007, p. 75 – 91
  • Avec Stockinger – de Pablo, E. , Fadili, H. .SemioNet. Spécification, Production et Implémentation de Services d’Information En-Ligne. In : Sémiotiques.1997, no. 11. p. 158-210
  1. De la structure conceptuelle. Essai d’une description semio-linguistique des situations statives et dynamiques dans le langage []
  2. Le portail du programme est toujours accessible à ce jour (juin 2017) à l’adresse http://www.archivesaudiovisuelles.fr/FR/Default.asp , le fonds audiovisuel étant par ailleurs présent dans Canal-U []
  3. SCORM, pour Sharable Content Object Reference Model, est un ensemble de standards et de spécifications utilisé pour les systèmes de formation en ligne. Il normalise les communications et les formats d’échange de données, et définit précisément les paquets pour le transfert de fichiers. []
  4. http://www.bnf.fr/fr/collections_et_services/livre_presse_medias/a.archives_internet.html []

Julien Pomart

Responsable des Archives de la FMSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *