Numérisation des archives du BSI (3/3) : Les perspectives d’un accès en ligne aux documents

Ce billet est le dernier d’une série de trois consacrée à la numérisation et à la mise en ligne des archives du Bureau Socialiste International conservées au sein du fonds de l’historien Georges Haupt :

Lettre de Rosa Luxemburg sur papier à en-tête du Congrès International de Bâle et sa version numérique sur Nabû (Archives FMSH, 8 D 3 art. 7-3)

Poursuivre l’entreprise de l’accès aux sources primaires

La mise en ligne de la grande majorité de ces documents d’archives doit permettre aux historien·ne·s de poursuivre les travaux sur la IIème Internationale. Elle apparaît complémentaire aux travaux d’organisation et d’édition de sources de Haupt, qui ont concerné avant tout la production officielle du BSI1, constituée des « actes imprimés »2, ainsi que la correspondance échangée entre quelques-uns de ses membres.

Au-delà de la mise en communicabilité du fonds en salle de lecture de la Bibliothèque de la FMSH, diffuser largement les documents originaux comme le souhaitaient Camille Huysmans et Georges Haupt s’inscrit dans la continuité d’un travail initié il y a plus d’une cinquantaine d’années. La publication imprimée des textes demeurait jusqu’à présent l’unique vecteur de diffusion à grande échelle. Elle nécessitait d’opérer des choix car il était inenvisageable de publier l’intégralité de fonds documentaires, ceci pour des raisons scientifiques mais aussi de coût de revient de l’édition. Or les technologies et outils numériques permettent aujourd’hui de faciliter la diffusion des sources archivistiques, notamment via la numérisation et la mise en ligne, qui dans cette optique se sont substituées à l’édition.

En matière d’accès aux sources primaires permettant une étude du BSI, Haupt écrivait3 :

Certes, aujourd’hui, tous les documents du B.S.I. sont répertoriés. Néanmoins, ni le problème de leur utilisation, ni celui des possibilités d’accès ne sont résolus ; la publication des principaux textes recueillis dans des collections dispersées et souvent inaccessibles apparaît donc comme le meilleur moyen pour les mettre à la portée des chercheurs. Mais si cet aspect pratique est important, ce qui justifie avant tout la publication de ces documents, c’est leur intérêt scientifique, leur portée, la richesse des informations inédites qu’ils contiennent et l’élargissement des perspectives qu’ils rendent possibles. […] Une grande partie d’entre eux – les circulaires, les rapports du secrétariat – était destinée au seul usage des délégués du B.S.I.. Mais, alors que les rapports d’activité n’avaient qu’un caractère informatif, les circulaires répondaient à un dessein plus vaste, celui de solliciter des actions de solidarité. De même, les manifestes engageaient toute l’autorité de l’Internationale et étaient destinés à la diffusion et à la publicité les plus étendues. A partir de ces documents très variés se révèle un ample panorama de tous les problèmes posés par le B.S.I. ou au B.S.I., des actions qu’il a entreprises, des difficultés auxquelles il s’est heurté. Préoccupations d’une institution mais aussi préoccupations du mouvement socialiste international de l’époque. Notre publication reproduit l’essentiel de ces documents du B.S.I. autour desquels s’est articulée toute une abondante correspondance entre le secrétariat du B.S.I. et les délégués affiliés.

Par la publication de « tous les documents du B.S.I. », Haupt entendait visiblement « tous les documents officiels du BSI », c’est-à-dire émanant directement de l’organisation et non des délégués en leur nom propre. La correspondance échangée entre Huysmans et les délégués, qui compose une grande partie des archives du BSI conservées à la FMSH, est évoquée ici de manière succincte. Elle constitue un pendant complémentaire à la production officielle et imprimée du Bureau mais n’avait pour autant pas encore fait l’objet d’une édition ou d’un projet de numérisation.

Sur cette question de l’accès difficile aux documents au sein des services d’archives évoqué à quelques reprises par l’historien, nous ne pouvons nous empêcher d’apporter une nuance en rappelant la citation de Haupt que fait David Bidussa :

Dans l’un de ses derniers essais, Georges Haupt écrit « dans les années vingt, au prix de grands sacrifices, avec une abnégation exemplaire, Riazanov et son équipe ont rassemblé dans le monde entier les documents éparpillés du mouvement ouvrier pour les conserver et les sauver. Or, les archives deviennent des prisons où les documents enfermés, sont jalousement gardés par des vigiles assermentés ».4.

Bidussa s’interroge sur le « dossier Huysmans », expression qu’il utilise pour qualifier l’ensemble des archives que conservait encore Camille Huysmans lors de sa rencontre avec Haupt, et qu’il a confiées à ce dernier. Ces documents étaient souvent cités comme source par Haupt en tant que « A H » ou « Archives Huysmans », voire même « Archives Huysmans documents non classés ». Il se trouve que les documents remis au chercheur sont visiblement restés quelques années sous sa garde et son usage exclusifs, puis sont devenus inaccessibles à sa mort pour plus d’une trentaine d’années. Haupt aurait-il finalement reproduit ce qu’il décrivait dans son ouvrage L’Historien et le mouvement social (Maspero, 1980) à propos de Riazanov et son équipe, c’est-à-dire thésauriser un fonds d’archives après l’avoir recueilli – voire sauvé – pour mieux l’étudier et l’éditer ? En l’espèce, le fameux « dossier Huysmans » s’est trouvé sous la garde d’un vigile assermenté en la personne de Georges Haupt.

La nécessaire confrontation des travaux de Haupt et des documents originaux

Comme nous l’avions évoqué dans le cadre de la journée d’étude organisée par EUROSOC en décembre 2016, il apparaît que certaines données tirées de ces archives par Georges Haupt doivent être prises avec précaution.

L’historien a vraisemblablement parfois eu une lecture erronée des dates, souvent difficiles à interpréter dans la mesure où deux calendriers se superposent : le grégorien, « nouveau style » et le julien, « ancien style ». Ce calendrier est décalé d’une dizaine de jours par rapport au calendrier grégorien. De plus ce dernier n’a pas été adopté au même moment dans tous les pays, entre 1582 et 1949. D’une part, il est possible que Haupt n’ait pas « aligné » toutes les dates sur un même calendrier. D’autre part, les zones géographiques d’Europe de l’Est ont été très mouvantes du fait des conflits. Sachant qu’entre 1912 et 1919, dans cette aire géographique, 5 changements de date ont eu lieu, concernant tour à tour l’Albanie, les pays Baltes, la Bulgarie, la Roumanie et la Yougoslavie. On suppose donc des erreurs de datation des documents en fonction de leur origine.

Nous avons par ailleurs relevé quelques erreurs de transcription. Ainsi une lettre d’Élie Roubanovitch, délégué du Parti socialiste révolutionnaire russe, à Huysmans datée du « 21-7br-09 » et publiée en page 76 de son ouvrage Correspondance entre Lénine et Huysmans, est située par Haupt au « 21 juillet 1909 », selon l’idée que le chiffre « 7 » correspond au septième mois de l’année.

Lettre de Élie Roubanovitch à Camille Huysmans (Luchon, 21 septembre 1909) (Archives FMSH, 8 D 3 art. 185-12)

Publication par Haupt avec date erronée page 76 de l’ouvrage « Correspondance entre Lénine et Camille Huysmans (1905-1914) »

Il s’agit d’une erreur de lecture, «7bre » étant une abréviation du mois de septembre((Du latin September (« septième mois »), car le calendrier romain ne comptait que 10 mois et commençait en mars)).  On suppose que Haupt n’était pas familier des abréviations de mois encore utilisées dans la correspondance francophone du XIXe et du tout début du XXe siècles.

A propos de l’affaire Guertzig, du nom du possible espion tsariste Boris Guertzig, dans Correspondance entre Lénine et Huysmans, Haupt estime que les documents sont signés de C. Huysmans, ce qui parait suspect dans la mesure où Huysmans était destinataire de l’une des cartes postales (8 D 3 art. 134/03 et 134/05)((D’après les Archives de la chambre des représentants, que nous avons contactées, l’expéditeur est Winand Heynen.)). Une autre possibilité est qu’il s’agisse de lettres de Paul Hymans, député belge et futur ministre.

La carte postale à destination de Camille Huysmans comportant la signature à identifier quant à l’affaire Guertzig (Archives FMSH, 8 D 3 art. 134/05)

La fameuse signature à identifier relative à l’affaire Guertzig (Archives FMSH, 8 D 3 art. 134/05)

Enfin, il apparaît que dans le cas de l’édition de documents originaux, des troncatures aient été faites sans qu’elles soient explicitement mentionnées, notamment par l’utilisation de trois points de suspension encadrés de crochets ([…]). Prenons l’exemple d’une lettre du même Roubanovitch publiée à la page 324 de Bureau socialiste international : Comptes rendus des réunions, manifestes et circulaires. Vol. 1. 1900-1907, Mouton, 1969. Sa publication est partielle : seules 3 pages sur six sont éditées, un paragraphe situé au début de la lettre l’est aussi, sans que cela soit indiqué.

Transcription tronquée de la lettre de Élie Roubanovitch à Camille Huysmans (Luchon, 21 septembre 1909), page 324 de l’ouvrage « Bureau Socialiste International 1900-1907 »

 

Aperçu de la lettre citée par Haupt. Dans les encadrés rouges, ce que Haupt a réellement publié. (Archives FMSH, 8 D 3 art. 185-2)

 

De cette pratique découle une problématique de fiabilité des sources : le document présenté à la communauté scientifique est différent du document d’archives original alors qu’il est présenté comme en étant une édition fidèle. Il ne nous est pas possible de dire que ce manquement est représentatif de ce qui a pu être pratiqué lors de l’édition des documents par Haupt.

Un nouvel examen des sources, peut-être systématique, semble nécessaire.

Conclusion

La mise en ligne des archives du Bureau Socialiste International s’inscrit partiellement dans le prolongement de l’action de Georges Haupt : d’un côté, elle facilite l’accès à ces sources primaires pour une histoire de la Deuxième Internationale. De l’autre, elle interroge la nécessité d’un examen critique des travaux d’exploitation et d’édition des sources originales de Haupt par les spécialistes contemporains de la question. Cette opération de numérisation constitue l’aboutissement des travaux menés par le Service Archives sur le fonds Georges Haupt et les archives du BSI qu’il avait collectés, conservés et étudiés.

Références

Bibliographie

  • Cahiers Jaurès, n°203, janvier-mars 2012
  • Damjanova, Zivka. Dumont, Paul. « Le dossier « Bulgarie » dans les archives du Bureau socialiste international. » In Russes, Slaves et Soviétiques. Mélanges Roger Portal. Paris : Institut d’études slaves, Publications de la Sorbonne, 1992
  • HAUPT, Georges, Bureau socialiste international : Comptes rendus des réunions, manifestes et circulaires. Vol. 1. 1900-1907, Éditions Mouton, 1969
  • HAUPT, Georges, La Deuxième Internationale, 1899-1914. Étude critique des sources. Paris : Éditions Mouton, 1964
  • HAUPT, Georges. Le Congrès manqué : l’Internationale à la veille de la Première Guerre mondiale. Paris : Maspero, 1965

Etat des sources relatives au BSI et à la Deuxième Internationale

Julien Pomart & Landry Riche

Archives FMSH

  1. Haupt, Georges. Bureau socialiste international, 1900-1907, volume 1. Comptes rendus des réunions, manifestes et circulaires, Éditions Mouton, 1969 []
  2. id. p. 16 []
  3. id. P. 16-17 []
  4. « Les archives du Bureau socialiste international. Les enjeux d’un inventaire ». Cahiers Jaurès, n°203, janvier-mars 2012, p. 67 []

Landry Riche

Archiviste au sein de la FMSH.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.