Numérisation des archives du BSI (1/3) : Au coeur du socialisme international

Dans le cadre d’un projet financé par le projet EUROSOC visant à établir et consolider un réseau de recherche sur l’histoire du socialisme en Europe1, les Archives de la FMSH rendent accessibles en ligne près d’un millier de documents d’archives du Bureau Socialiste International, organe central de la Deuxième Internationale, présents dans le fonds de l’historien Georges Haupt2. Ce premier billet, d’une série consacrée à cette opération de numérisation et de mise en ligne, s’attache à présenter les documents concernés et à les replacer dans leur contexte de production.

Chemise en carton annotée pour l’année du Congrès de Vienne (sans date) (Archives FMSH, 8 D 3 art. 11/1)

Courriers, télégrammes et autres minutes…

Les documents du BSI confiés par Camille Huysmans à Georges Haupt rendent possible une étude des débats qui avaient lieu au sein des partis socialistes à travers le monde et plus particulièrement en Europe, mais aussi au sein du Bureau lui-même, dont le fonctionnement peut être analysé.

La correspondance échangée avec les personnalités et responsables des partis socialistes permet de dresser un état des lieux du socialisme européen au début du XXème siècle. On remarque notamment que ce « lobby » socialiste international est présent pour soutenir les socialistes qui souhaitent créer leurs partis, présent aussi lorsque la survie de l’un des membres est en jeu (exemple est donné avec le cas d’Otto Bauer, secrétaire parlementaire du groupe social-démocrate au Reischrat de Vienne et futur ministre.

A propos d’Otto Bauer, prisonnier de guerre chez les Russes (Archives FMSH, 8 D 3 art. 53/98)

 

A propos d’Otto Bauer, prisonnier de guerre chez les Russes (Archives FMSH, 8 D 3 art. 53/92)

Cette correspondance apporte par ailleurs des renseignements sur certains évènements politiques comme la guerre italo-turque (1911-1912) et les guerres balkaniques (1912-1913).

Le BSI communique à travers son réseau par lettres circulaires pour mettre en place ses réunions, ses manifestations, et transmettre les prises de décision. On remarque que la communication devient plus difficile durant la guerre. Pour commencer, Bruxelles se retrouve derrière les lignes allemandes. A l’automne 1914, à l’initiative de Huysmans, le BSI est déplacé à la Haye afin de pouvoir rétablir les liens avec les différents partis socialistes. Les courriers et télégrammes mettent donc du temps à arriver et à partir. Comme le laisse supposer la lettre de Camille Huysmans à Marcel Sembat (13 janvier 1915) (Archives de la FMSH, 8 D 3 art. 53/92), Huysmans devait aller chercher la correspondance qui arrivait à Bruxelles. On a reproché au BSI d’être passif (Lettre du Comité central du parti ouvrier social-démocrate de Bulgarie à Camille Huysmans, accompagnée de sa copie (Sofia, 18 – 31 mars 1915) (Archives FMSH, 8 D 3 art. 33/4)), voire que l’Internationale était morte (Lettre circulaire du BSI adressée à Sembat, Vaillant, Guesde, Vandervelde et autres noms illisibles (La Haye, 15 janvier 1915) (Archives FMSH, 8 D 3 art. 53/91)), alors qu’il mettait tout en œuvre pour lancer des Congrès avec les différentes franges socialistes en vue de stopper la guerre (Lettre de Camille Huysmans à Georg Kirkov (4 mai 1915) (Archives FMSH, 8 D 3 art. 33/3) & Lettre de Camille Huysmans à Jean Longuet (31 mai 1916) (Archives FMSH, 8 D 3 art. 53/13)).

Quant aux minutes des congrès et des réunions (Minutes de la dernière réunion du BSI (Bruxelles, 29 et 30 juillet 1914) (Archives FMSH, 8 D 3 art. 312), ainsi que les rapports établis par le BSI (Rapports et discours établis par le Secrétariat vers 1913-1914. (Archives FMSH, 8 D 3 art. 67)), elles représentent une documentation plus « formelle » à mettre en relation avec la correspondance émise et reçue par le BSI. Nous trouvons également des comptes rendus de réunion, des textes de communications.

Notons également la présence de dossiers de documentation (Documentation et lettres de différents mouvements socialistes grecs adressées au Secrétaire du BSI (Archives FMSH, 8 D 3 art. 35)) constitués par Huysmans dans le but de maintenir une parfaite connaissance de la façon dont se vivait le socialisme dans les différents pays. Il semble que le Bureau souhaitait constituer un ensemble documentaire important : en parallèle des demandes du BSI pour recevoir les publications des partis socialistes, il envisageait même l’achat de la bibliothèque de César De Paepe, scientifique et socialiste belge (Lettre circulaire de Camille Huysmans au Bureau International, au Conseil Général, à la Fédération bruxelloise et à la Maison du peuple de Bruxelles (Bruxelles, 6 février 1905) (Archives FMSH, 8 D 3 art. 3/28)) en février 1905.

Huysmans numérotait chaque document qu’il recevait et portait parfois la thématique des documents sur ceux-ci. Certains comportent des renvois vers des numéros de document et de dossier. Quant à Haupt, il avait dû classer ces matériaux selon ses axes de recherche. La correspondance a été classée dans l’ordre thématique mis en place par Camille Huysmans puis par ordre chronologique, offrant au chercheur une sorte de chronique du Bureau Socialiste International.

…pour prendre le pouls du socialisme européen

Le BSI apparaît comme un organe centralisateur recevant et diffusant les informations relatives à chaque pays, jouant parfois même un rôle diplomatique dans la résolution de certaines « affaires », comme celle des nominations des délégués polonais dits du Comité de Varsovie, chapeautées par les russes (Archives FMSH, 8 D 3 art. 7). Certains documents renseignent sur les différents courants de pensée socialiste au sein des pays, telle la Bulgarie, où les socialistes sont représentés par la fraction dite des Etroits (socialistes de gauche) et celle dite des Larges (socialistes de droite) (Rapport de Théodor Christoff sur le socialisme bulgare (sans date) (Archives FMSH, 8 D 3 art. 33).

Par ailleurs, plus que de résoudre les conflits, le rôle du Bureau semble être de les prévenir : il s’agit d’éviter la guerre. Son comité exécutif émet des propositions allant dans ce sens, comme le souligne une lettre de Camille Huysmans envoyée à Georg Kirkov le 4 mai 1915 (8 D 3 art. 33/3). Dans cette perspective, l’organisation des congrès servait à structurer l’action des socialistes : le congrès de Bâle en 1912 mais aussi le « congrès manqué », pour reprendre l’expression de Haupt3, celui de Vienne, prévu pour le 23 août 1914 mais qui fut reporté dans l’espoir de préserver l’unité de la Deuxième Internationale4). Il semble en effet que l’unité socialiste européenne ne tient qu’en la personne de Jaurès. A sa mort, toutes les tensions qui existent entre les différentes f(r)actions socialistes explosent. Avec un début de recul, en mai 1915, Huysmans expose la situation à Salomon Grumbach, homme politique et journaliste alsacien, montrant sa tentative de sauvetage de l’Internationale et les dissensions entre les délégations des différents pays (8 D 3 art. 59/15). Il semble que Huysmans ait aussi cherché à établir à quel moment l’unité socialiste pacifique s’est écroulée. Par exemple, sa lettre à Moritz Fähndrich, secrétaire du Parti socialiste suisse (8 D 3 art. 59/22), exprime une tentative de dater le moment où Herman Greulich, membre influent du socialisme suisse et député suisse, fait accorder les crédits de guerre à la Suisse.

 

Compte tenu de l’importance des archives du Bureau Socialiste International pour l’étude du socialisme européen mais aussi de la géopolitique internationale au début du XXe siècle, les Archives de la FMSH ont souhaité rendre accessible en ligne la majeure partie d’entre elles. Les documents sont consultables via ce lien : les archives numérisées du Bureau Socialiste International.

 

Julien Pomart

Landry Riche

Archives de la FMSH

  1. Carnet du projet : https://eurosoc.hypotheses.org/ []
  2. Une présentation du fonds et des travaux archivistiques a été publiée sur ce carnet en 2015 : https://archivesfmsh.hypotheses.org/1542 []
  3. Haupt, Georges. Le Congrès manqué. L’internationale à la veille de la Première Guerre mondiale, Maspero, 1965 []
  4. Lettre personnelle de Camille Huysmans à Henry Mayers Hyndman (4 octobre 1912) (Archives FMSH, 8 D 3 art. 11/55 []

Landry Riche

Archiviste au sein de la FMSH.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 08/01/2018

    […] à la numérisation d’archives et documents précieux par l’intermédiaire de la FMSH pour ce qui concerne le fond Georges Haupt ; les archives Renaudel en lien avec la Fondation Jean […]

  2. 15/01/2018

    […] trois billets consacrés à cette opération de numérisation sur le carnet de notre partenaire : Partie 1 Partie 2 Partie […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.