Retour sur la 16ème réunion du Bureau Socialiste International (Bruxelles, 29-30 juillet 1914)

Le service Archives souhaite mettre en lumière deux documents inédits et conservés par la FMSH.
Ces documents sont les minutes de la 16ème (et dernière) réunion du Bureau Socialiste International (BSI) ainsi que le compte-rendu intégral de cette réunion.
Les deux articles sont désormais numérisés et accessibles en ligne ici : Minutes de la dernière réunion du BSI (Bruxelles, 29 et 30 juillet 1914),
Compte-rendu tapuscrit de la dernière réunion du BSI (Bruxelles, 29 et 30 juillet 1914).

Introduction du compte-rendu de la 16ème réunion du BSI (Archives FMSH, 8 D 3 art. 66)

 

Retour sur le contexte européen en 1914

1914, l’Europe fait face aux ambitions territoriales de nombreux pays la composant. Les tensions sont à leur comble. L’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand, héritier du trône de l’Empire austro-hongrois est l’élément déclencheur du conflit qui s’appellera par la suite Première Guerre mondiale. Durant ce qui est appelé « la crise de juillet », c’est-à-dire l’ensemble des événements se déroulant entre l’attentat de Sarajevo et la déclaration de guerre de l’Allemagne à la Russie le 1er août 1914, les relations diplomatiques battent leur plein.
Ainsi, les dirigeants de la France rencontrent ceux de la Russie. Les dirigeants austro-hongrois, après avoir reçu l’appui des représentants du Reich allemand posent un ultimatum à la Serbie. La Serbie n’en accepte qu’une partie des conditions. Le Royaume-Uni propose vainement un compromis…et Vienne déclare la guerre à la Serbie, 5 jours après l’ultimatum. Les relations diplomatiques sont rompues et les hostilités vont commencer. La Serbie sera rejointe par la Triple-Entente (France, Royaume-Uni, Russie) tandis que le Reich s’alignera aux côtés de l’Autriche-Hongrie.

Les positions socialistes en 1914

Cette réunion se tint donc alors que la Première Guerre mondiale a été déclenchée la veille. Le 28 juillet, l’Autriche-Hongrie déclara la guerre à la Serbie. Les socialistes étaient réunis pour définir leur position face à cette importante crise. Alors qu’à Bâle, en 1912, les socialistes proclamaient « guerre à la guerre », la situation les surpris. Pourtant, il est souhaitable de rappeler que le conflit austro-serbe était déjà à l’ordre du jour en 1912. De plus, en 1913, la SFIO souhaitait que le BSI se réunisse pour « étudier deux questions : coordonner et poursuivre l’action décidée à Bâle par l’Internationale contre la guerre dans les circonstances critiques actuelles et décider des mesures à prendre contre l’offensive de l’impérialisme militariste et les nouveaux armements notamment en Allemagne et en France. »1 Cependant, les socialistes allemands et Victor Adler estimèrent de leur côté que le premier point était inutile car les puissances ne voudraient pas la guerre et éviter une ruine économique et financière. Cette rencontre concentre essentiellement les socialistes européens, c’est ainsi que les pays représentés sont : la Grande Bretagne, l’Allemagne, l’Autriche, la Bohême, la France, l’Italie, l’Espagne, la Russie, la Lettonie, la Pologne, le Danemark, la Hollande, la Belgique et la Suisse.
A la lecture des minutes de cette réunion, on peut voir poindre les divergences entre les socialistes sur les actions que le BSI doit réaliser tant que les sociaux-démocrates ont du poids : convoquer un Congrès, décider des formes de protestation contre la guerre. Les anglais refusent le changement malgré les circonstances « Si la raison unique d’avancer la date du Congrès est de faire une démonstration contre la guerre, je ne puis soutenir la proposition. Cela ne peut suffir. Il faut conserver l’ordre du jour2. Les points inscrits sont d’un intérêt permanent mais la guerre peut passer. ».

Page 13 de l’article 66 (Archives FMSH, 8 D 3 art. 66)

 

Présentation des documents

Selon Georges Haupt, le compte rendu est resté inédit. Seul un communiqué a été transmis à la presse et publié dans deux journaux, Le Peuple du 30 et 31 juillet 1914 et dans L’Humanité, n°3757 du 31 juillet 19143. Nous pouvons désormais dire que Haupt a raison quant à l’originalité du compte-rendu. Ainsi, le premier point à l’ordre du jour est la présence de la presse durant les réunions : « la majorité est contre l’admission (de la presse) ». Le simple envoi d’un communiqué est adopté4. Il est à noter toutefois que dans L’Humanité du 30 juillet, n°3756, deux articles donnent un aperçu de ce qui se passe à Bruxelles5. Il est paradoxal de noter que Jaurès publie les informations dans le journal où il a le statut de directeur politique.

Communiqué du Bureau socialiste international paru dans L’Humanité du 31 juillet 1914 (Accessible sur Gallica)

Au sein des archives de la FMSH, dans le fonds du BSI, sont présents deux documents liés à ce compte rendu. Il s’agit de l’article 8 D 3 art.66 qui est la version tapuscrite dudit compte-rendu.
Le second article coté 8 D 3 art. 312 est l’ensemble des minutes manuscrites de cette réunion.
L’article 66 comporte 29 pages tapuscrites. Il comporte les déclarations, les résolutions et rapporte la teneur des débats. Il comporte quelques corrections et annotations.
Les minutes font également 29 pages, la lecture est plus délicate car il s’agit de minutes manuscrites, rédigées par au moins deux personnes. Il est probable que les prises de notes soient plus riches que le tapuscrit, car elles sont « sans filtre ». Il est à noter que les notes ne comportent pas forcément les résolutions adoptées, ce qui est normal si les résolutions étaient soumises sur un support déjà tapé.

Dans le manuscrit d’un ouvrage de Haupt vraisemblablement non publié « L’effondrement de la IIème Internationale » coté 8 D 3 art. 130 (boîte 17), les premières pages du chapitre 10 soulignent le flou qui entoure cette réunion.

Page 1 du chapitre 10 d’un ouvrage non publié de Georges Haupt (Archives FMSH, 8 D 3 art. 130)

Page 2 du chapitre 10 d’un ouvrage non publié de Georges Haupt (Archives FMSH, 8 D 3 art. 130)

C’est ainsi que les documents cités ci-dessus sont les seuls à être factuels et authentiques. En effet, le souvenir de cette dernière réunion est divisé entre les pacifistes et ceux qui ont rejoint la IIIème Internationale : ces souvenirs sont donc orientés. Une lecture comparée de ces deux documents permettrait de voir si des faits ont été omis ou déformés.

Lors de cette réunion, nous pouvons remarquer qu’un historique des « événements » est sollicité par Vandervelde, une recherche de l’origine des conflits est menée. Jaurès demande que les représentants s’expriment par ordre d’événement. Les représentants de l’Autriche, la Bohême puis de la Serbie sont donc les premiers à prendre la parole.
Le point suivant est de définir si la tenue d’un Congrès, extraordinaire ou non ainsi que de son ordre du jour.
Le point après concerne le choix du communiqué à transmettre à la presse6.
Les débats se poursuivent avec les regards et impressions de chacun, exposant la situation politique dans leurs pays respectifs.
Il est montré une volonté d’« exprimer vigoureusement la volonté pacifique du prolétariat mondial ».
Avant la fin de la séance, Rosa Luxembourg propose une résolution adoptée à l’unanimité « Le BSI félicite chaleureusement le prolétariat de la Russie de son attitude révolutionnaire et l’invite à persévérer contre le tsarisme dans ses efforts héroïques qui constituent la garantie la plus efficace contre la menace de la guerre mondiale ». Les mots sont posés : la guerre sera effectivement mondiale.

Résolution de Rosa Luxemburg soumise lors de la dernière réunion du BSI (Archives FMSH, 8 D 3 art. 66)

Ces documents pourraient peut-être instruire certaines zones d’ombre dans l’histoire socialiste en cette période de tension alors que les jeux d’alliances politique menant à développer la Première Guerre mondiale, en octroyant les crédits de guerre, ne font que commencer. Ces écrits permettent de disposer de l’état d’esprit et du regard qu’avaient les socialistes européens. En tout cas, l’état d’esprit et le regard par les différents socialistes sur les événements de cette période pourront être mieux connus.

Bibliographie succincte :
Haupt, Georges. La Deuxième Internationale. 1889-1914, Paris : Éditions Mouton, 1964
Haupt, Georges. Le Congrès manqué. L’Internationale à la veille de la Première Guerre mondiale,Paris : Maspero, 1965
1914. L’Internationale et les internationalismes face à la guerre. In Cahier Jaurès, 2014/2-3 (N° 212-213), Paris, 2014.

  1. Haupt, Georges. Le Congrès manqué. L’Internationale à la veille de la Première Guerre mondiale. Maspero. 1965 []
  2. NDLA : A savoir qu’il s’agit du chômage, de l’alcoolisme, du coût de la vie, … []
  3. L’Humanité du 31 juillet 1914 []
  4. Page 2 de l’article 66 []
  5. L’Humanité du 30 juillet 1914 []
  6. Page 18 de l’article 66 []

Landry Riche

Archiviste au sein de la FMSH.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.