Parution de l’ouvrage Clemens Heller, imprésario des sciences de l’homme

A l’occasion de l’anniversaire de la naissance de Clemens Heller (1917-2002), les Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme ont publié Clemens Heller. Imprésario des sciences de l’homme, sous la direction de Hinnerk Bruhns, Joachim Nettelbeck et Maurice Aymard. La décision de réaliser ce livre a été prise suite au colloque « Clemens Heller, der intellektuelle Entrepreneur » tenu en mai 2017 à Berlin. Treize proches de Heller ou de ses thèmes de travail (les Aires culturelles) livrent ainsi leurs visions de cet homme de l’ombre des sciences humaines & sociales. Le livre est ainsi scindé en deux parties, l’une plus intimiste et la seconde plutôt scientifique.

     Première de couverture

Clemens Heller, un personnage complexe

Clemens Heller, fils de l’éditeur Hugo Heller, nait à Vienne en 1917. Il évolue dans un milieu d’intellectuels et d’artistes avant de rejoindre les États-Unis en 1938 pour fuir le nazisme qui arrive en Autriche via l’Anschluss. Il y poursuit ses études et prend la nationalité américaine. Très engagé dans la recherche et avec la volonté de favoriser le dialogue entre chercheurs, il impulse le Séminaire de Salzbourg (Salzburg Seminar) en 1947. Heller vient s’établir en France à partir de 1948 et y fait le reste de sa carrière. Il y croise Fernand Braudel, contribue à la montée en puissance de la récente VIème section de l’École pratique des Hautes Études et y développe les « aires culturelles ». Vient la période où ce binôme crée la Maison des sciences de l’homme en 1963. Heller est, entre autre, à l’origine de la Bibliothèque de la FMSH et de la Maison Suger1. Il y occupe le rôle d’administrateur-adjoint jusqu’à la mort de Braudel en 1985, date à laquelle il remplace ce dernier en reprenant les rênes de la Maison jusqu’en 19922.

Le regard de l’archiviste sur l’ouvrage

Ce livre constitue un recueil de témoignages autour de la vie et de l’œuvre de Clemens Heller qui autorise une compréhension du personnage ainsi que de son action pour ouvrir le monde de la recherche à l’international et pour seconder Braudel, créer puis asseoir la Maison des sciences de l’homme. Les différents portraits qui constituent l’ouvrage se situent à la croisée des anecdotes et de l’Histoire. Quelques connaissances relatives à l’histoire de la recherche en sciences humaines et sociales permettront au lecteur de profiter pleinement de ce recueil tant les références à ce microcosme sont nombreuses.

On peut par ailleurs remarquer l’importance des archives et de leur utilité après traitement par les archivistes. Nombreux sont les témoins à citer, en sources, les archives des différentes institutions où Heller a laissé une trace : ces documents permettent de confronter les souvenirs à la réalité et de les corroborer. L’ouvrage lève un point très important pour l’archiviste : la mémoire de l’institution est aussi dans l’oralité. En effet, selon les proches de Heller, beaucoup de choses se sont faites à l’oral : il usait souvent de son téléphone pour traiter des dossiers et les archives institutionnelles n’en ont donc gardé aucune trace. Il serait en ce sens intéressant de mener des campagnes de collecte de témoignages oraux auprès des témoins de ce que l’on peut appeler « l’âge d’or » des sciences humaines et sociales.

Le témoignage apporté par Patrick Fridenson permet en outre de confirmer notre hypothèse selon laquelle la FMSH a participé à des manifestations scientifiques avant 1979, mais que ses archives n’en font pas état3.

Il serait intéressant également de croiser les données archivistiques produites par les différents services Archives des organisations ayant connu Clemens Heller afin d’aboutir à un état des sources relatives à son action. Ce qui ne serait pas sans lui déplaire, à lui l’initiateur de la mise en réseau d’institutions.

  1. Centre international d’accueil et de coopération hébergeant des chercheurs de toutes disciplines et nationalités. []
  2. Des raisons de santé le feront prendre sa retraite. []
  3. A ce sujet, voir : Publication du répertoire méthodique des manifestations scientifiques organisées par et avec le concours de la FMSH (1979-2001) []

Landry Riche

Archiviste au sein de la FMSH.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.