Retour sur le processus de collecte

Quelques mois après le déménagement de la Fondation, j’aimerai présenter ici la démarche archivistique adoptée dans le cadre de la collecte de ses archives.

Les archives de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme n’ont pas fait l’objet, depuis sa création en 1963, d’une politique de gestion globale. Il s’agissait donc de constituer un fonds d’archives et de le préparer simultanément à un déménagement.

Au sein d’une opération de collecte, on peut dissocier deux aspects complémentaires : le premier, le plus évident aux yeux des producteurs, consiste en l’enlèvement des documents par les professionnels des archives. C’est bien souvent cette étape, qui laisse une empreinte -temporaire- dans l’espace de travail du producteur, qui résume l’ensemble de l’opération de collecte.

Mais en amont, ou en parallèle, existe une autre étape tout autant capitale: la récolte d’informations autour d’un fonds, qui peut se traduire par l’établissement de notices d’autorités archivistiques si possible conformes à la norme ISAAR (CPF). Si les archives constituent un matériau nécessaire à la construction de la mémoire et de l’histoire, leur contexte de production éclaire non seulement le chercheur amené à consulter un fonds, mais aussi l’archiviste qui le traite avant sa mise en communicabilité (ne serait-ce que pour pouvoir appliquer et respecter le principe de respect des fonds).

C’est pourquoi la collecte des archives de la FMSH a inclut une série d‘entretiens individuels avec la majorité des acteurs de la Fondation. Ceux-ci ont permis de collecter des données relatives au contexte de production, d’évaluer et de situer les volumes  documentaires à prendre en considération, de sensibiliser les personnes à la question de l’archivage et de leur fournir les premiers conseils méthodologiques.

Quels sont les objectifs du producteur, quel est son fonctionnement interne? De quelle manière sont définies ses activités (recherche, activité éditoriale, relations scientifiques françaises et étrangères, enseignement, etc.) ? Quels sont les principaux thèmes abordés? Quelles sont les disciplines et aires géographiques concernées? Quels sont et ont été les partenaires ? Quelle est / Quelles sont la/les langue(s) de production des documents?  De grands ensembles de typologies documentaires se dégagent-ils? Les documents sont-ils classés ?  Existe-t-il des outils documentaires servant à exploiter ces documents (inventaire, base de données, …)?

Voici quelques questions que l’archiviste peut poser à son interlocuteur.  Il est ainsi possible d’établir un descriptif précis de chaque « gisement documentaire » et de son contexte de production. Cet ensemble de données recueillies constitue une cartographie relativement complète de la globalité du fonds de la FMSH, alors même que seule une partie de celui-ci a fait l’objet d’un traitement à ce jour.

Quant au choix d’entretiens individuels en lieu et place d’une enquête basée uniquement sur l’envoi de questionnaires aux producteurs concernés, il se justifie notamment par le fait que:

  • il est  souvent plus aisé d’obtenir un rendez-vous qu’un questionnaire complété
  • l’entretien, beaucoup plus vivant, permet de « rebondir » sur les réponses données par l’interlocuteur
  • l’entretien permet une certaine liberté dans le questionnement difficilement applicable autrement
  • la rencontre avec l’archiviste amené a collecter les documents introduit rapidement une proximité avec le producteur et permet l’établissement, en règle générale, d’une relation de confiance
  • l’évaluation du volume documentaire s’effectue de manière précise par l’archiviste

 

Dans une structure dénuée de fonds d’archives constitué , où la mémoire repose aussi sur les personnes qui en font ou en ont fait partie, il serait difficile et dommage de ne prendre en compte que l’aspect purement matériel de la collecte. A ce moment charnière de l’histoire de la Fondation, les personnes rencontrées se sont montrées particulièrement coopératives et désireuses de partager « leur » histoire à la FMSH, mais aussi celle de leurs archives.


Julien Pomart

Responsable des Archives de la FMSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *