Archives personnelles. Histoire, anthropologie et sociologie

Dans un ouvrage paru en 2001 , Philippe Artières (historien, CNRS/EHESS) et Jean-François Laé (sociologue, Université de PAris-8) se penchent sur la question de l’apport des écrits personnels pour la recherche en sciences humaines et sociales.

« Que faire d’une correspondance, d’un agenda, d’un journal de rêve, d’une lettre à l’administration, d’un carnet d’héritage, d’un journal personnel? ».1 A travers plusieurs études de cas sur des documents variés, les auteurs livrent ici leur lecture d’archives d’anonymes retranscrites et contextualisées.

Cet éclairage amène l’archiviste à se questionner sur ses pratiques de collecte et de conservation vis-à-vis de ces « archives de l’intime » : in fine, tout document qualifiable « d’archives personnelles » est potentiellement exploitable par la communauté scientifique.

En ce qui concerne les fonds de chercheurs, on retrouve bien souvent ce type de documents : de la correspondance strictement personnelle, des photographies de famille, des cahiers d’écolier, ou encore des livres de compte tenus au centime près… Il ne s’agit pas là d’archives scientifiques à proprement parler mais d’autant de matériaux utiles à l’analyse du contexte de la recherche.  Faut-il tout conserver?

ARTIÈRES Philippe, LAÉ Jean-François, Archives personnelles. Histoire, anthropologie et sociologie. Armand Colin, 2011, 191 p. .

  1. Quatrième de couverture []

Julien Pomart

Responsable des Archives de la FMSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *