Les « archives des sciences »

Dans la Revue pour l’histoire du CNRS , n°14. Paris, édition du CNRS, 2006, Thérèse Charmasson, Conservateur en chef du patrimoine (archives), chercheur au Centre de recherche en histoire des sciences et des techniques/Centre Alexandre Koyré, livre une définition  de ce qui constitue l’un de ses objets de recherche : les « archives des sciences ».

« Archives scientifiques » ou « archives des sciences »?

Le terme « d’archives scientifiques » est le plus souvent employé pour décrire les documents sources de l’histoire des sciences. Cependant, il s’avère qu’il manque d’exhaustivité puisqu’il ne suffit pas à recouvrir l’ensemble de la production documentaire utile à son écriture. Portant avant tout sur le contexte de production (archives de chercheurs, d’équipes de recherche, de laboratoires, etc), il ne permet pas de rendre compte de l’existence d’archives qui ne sont pas à proprement parler scientifiques (car non produites par des scientifiques), mais qui concernent tout autant le monde de la recherche.

A cette appellation, Thérèse Charmasson substitue le terme d’ « archives des sciences ». Chose rare en archivistique, la provenance  ne fait pas tout : les archives des sciences tiennent autant leur dénomination de leur objet que de leur provenance. Elle en donne cette définition:

On entendra donc par « archives des sciences », termes sans doute moins ambigus que ceux d’archives « scientifiques », toutes sources d’archives permettant d’étudier l’évolution générale des politiques de recherche et d’enseignement scientifiques, l’évolution de telle discipline scientifique particulière ou encore l’apport de tel ou tel scientifique au développement des connaissances.

Cette définition à partir de l’objet des archives conduit à dissocier trois grandes catégories en fonction de leur provenance:

  • les archives de tutelle des établissements de recherche et d’enseignement scientifique (ministères notamment),
  • les archives propres des établissements de recherche et d’enseignement scientifique (l’EHESS par exemple),
  • les archives personnelles de chercheurs.

La FMSH : cas particulier des archives des sciences 

Le fonds de la Fondation correspond à cette définition des « archives des sciences » sans pour autant appartenir à l’une de ces catégories. Cela est dû à l’originalité de l’activité de la Fondation dans le paysage de la recherche en sciences humaines et sociales. Cette catégorisation est perfectible : il s’agirait d’une autre catégorie, constituée d’archives de structures qui soutiennent et appuient la recherche (et de fonds de chercheurs qui lui sont liés).

Financement de la recherche, naissance et vie de réseaux de chercheurs nationaux et internationaux, influence des acteurs de la Fondation sur les politiques de la recherche en SHS, naissance ou évolution de disciplines, contribution de tel ou tel chercheur ou d’équipes de chercheurs, actions menées pour la coopération internationale, le champ couvert par ces archives comme « sources de l’histoire des sciences » est vaste.

L’ensemble des archives définitives est concerné. Le sous-fonds de l’Administration, au sein duquel se trouvent notamment les papiers de Fernand Braudel et des administrateurs qui l’ont succédé, est tout à fait représentatif de l’apport potentiel des archives administratives pour l’étude de l’histoire des sciences humaines et sociales, en particulier sur le fonctionnement des différents acteurs du paysage de la recherche et les liens qui les unissent. Il ne s’agit pas là « d’archives scientifiques », mais bel et bien « d’archives des sciences ».


Julien Pomart

Responsable des Archives de la FMSH

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. sellal achour dit :

    Certes, il existe une difference entre le concept archives scientifiques et archives des sciences c’est important de marquer cette distinction pour eviter toute amalgame.
    Mais on risque aussi de creer d’autres ambiguités et meme des glissements semantiques si on retient la definition que nous propose Thérèse Charmasson ,car à mon avis cette definition est imprecise et trop générale le concept archives des sciences renvoie aux fonds d’archives existants qui retracent l’evolution des differentes disciplines scientifiques qu’a connue l’humanité à savoir l’anthropologie la sociologie la medecine etc….
    J’estime qu’il serait plus judicieux d’utiliser le concept suivant:
    Le concept archives de la recherche : recouvre l’ensemble des archives inhérents à la recherche scientifique y compris les organismes administratives en relation avec la recherche et bien sure les institutions chargées de faire de la recherche exple EHESS.

    • Julien Pomart dit :

      En effet, la définition que vous proposez permet de couvrir sans ambiguïté la dimension recherche des sciences humaines et sociales, ce qui comprend son organisation et son financement. A contrario, on y perd la dimension « enseignement » comprise dans l’expression « archives des sciences ». Le fonds de l’EHESS en est justement un bon exemple.

      La définition de Thérèse Charmasson a le mérite d’être assez vaste, c’est pourquoi elle est globalement adoptée dans le cadre des SHS. Si on prend un autre exemple, celui du futur département Archives de la bibliothèque du Campus Condorcet qui se préfigure, le terme choisi pour mieux définir son périmètre est celui « d’archives des sciences humaines et sociales ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *