Fonds Clemens Heller & Maurice Aymard, administrateurs adjoints

Les Archives de la FMSH ont mis en ligne l’instrument de recherche relatif à une partie des archives de Clemens Heller et Maurice Aymard, produites en leur qualité d’administrateur adjoint à la FMSH. Ce répertoire constitue l’aboutissement d’une importante opération de tri, de classement, de description et d’indexation archivistiques que nous souhaitons partager.

Un fonds pour une fonction

Clemens Heller et Maurice Aymard

Après avoir contribué à la mise en place de la FMSH avec Fernand Braudel dans les années 1960, Clemens Heller (1917-2002), historien et économiste, a été adjoint à l’administrateur jusque 1985, puis administrateur à la mort de Braudel. Il a œuvré notamment en faveur de la coopération scientifique avec l’Allemagne, a développé l’activité éditoriale de la Fondation et a porté le projet de création de la Maison Suger voulue par Fernand Braudel.

Maurice Aymard (1936-….), historien, spécialiste de l’histoire économique et sociale à l’époque moderne et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), fut présent aux côtés de Fernand Braudel à la Fondation dès 1976 puis à ceux de Clemens Heller. Il a ensuite été administrateur de la Fondation de 1992 à 2005.

La collecte d’un fonds structuré

Ces archives ont été collectées en 2010 au premier étage de la Maison des Sciences de l’Homme, dans ce qui constituait le Secrétariat scientifique, par lequel notamment transitaient tous les chercheurs invités.

Archives prêtes pour le déménagement, en décembre 2010

Archives « Heller & Aymard » prêtes pour le déménagement, en décembre 2010

L’ensemble se trouvait classé en dossiers suspendus ; la collecte s’est déroulée de manière à conserver le classement originel lors de la mise en boîtes archives. Il représente aujourd’hui 18 mètres linéaires. Les archives étaient organisées en quatre grandes catégories elle-mêmes subdivisées une, deux ou trois fois.

Extrait du plan de classement

Extrait du plan de classement

L’articulation des différentes composantes du fonds s’est donc opérée en deux, trois voire quatre niveaux : peu de hiérarchisation dans le classement des dossiers, mise au même niveau des informations d’ordre général et de dossiers très spécifiques, comme si  les documents avaient été simplement classés les uns à la suite des autres. C’est ce que l’on pourrait qualifier de « fonds plat ».

Le fonds et la forme

Un panorama sur les sciences humaines et sociales

S’il s’agit de prime abord de dossiers relatifs à la gouvernance de la Fondation, le fonds permet une approche de l’administration et de la politique de la recherche en SHS de par le périmètre d’action et de supervision des administrateurs adjoints, périmètre qui s’étendait en réalité au-delà du champ institutionnel.

Ce périmètre institutionnel immédiat se dessine en trois strates dans un même écosystème: la puissance publique, la Fondation elle-même puis les autres Maisons des sciences de l’homme au fur et à mesure de leur création. Le domaine d’expertise et d’influence des administrateurs-adjoints est à l’image du périmètre de la Fondation : inter-institutionnel, interdisciplinaire et international. Leurs archives constituent une trace non négligeable de la vie scientifique en sciences humaines et sociales à partir des années 1960 à des degrés divers : tantôt il s’agit d’une simple documentation relative à un chercheur, à un centre de recherche, à une institution, tantôt on trouvera dans un dossier des échanges formels ou informels attestant d’une implication active. Souvent, c’est par la mise en relation, par la constitution de réseaux et d’équipes de recherche que Clemens Heller et Maurice Aymard interviennent : leur connaissance pointue des milieux scientifiques, des recherches en cours mais aussi des rouages des administrations, tant du côté de la Recherche que de la Culture, sont mises au service de projets portés (ou non) par la FMSH.

Certains dossiers permettent parfois de saisir toute la substance de ce que représentait l’apport de la MSH pour des chercheurs et/ou leur structure de recherche. Ceux relatifs à Pierre Bourdieu et au Centre de Sociologie Européenne en sont un exemple : quelques correspondance entre le sociologue et Clemens Heller, datées entre 1970 et 1999, font état d’échanges réguliers entre les deux hommes, qu’il s’agisse de demander un avis, un service, ou de simplement faire suivre une information. Le 30 septembre 1970, quelques mois après l’ouverture de la Maison des Sciences de l’Homme, Bourdieu écrivait:

Cher ami,

Je voudrais vous dire, au nom de l’ensemble des chercheurs du Centre de Sociologie Européenne de l’EPHE, combien l’installation à la Maison des Sciences de l’Homme a transformé nos conditions de travail, en particulier, en facilitant l’instauration de relations de collaboration réelle et facile avec les autres groupes de recherche de la Maison.

Il annonçait par la suite la mise en place de travaux avec d’une part le Laboratoire de Psychologie Sociale de Serge Moscovici, et d’autre part avec le Centre de Recherches Historiques. Ce rôle dans la mise en relations de chercheurs est visible à divers degrés puisque le nom de Pierre Bourdieu revient fréquemment dans les archives relatives à la sociologie, dans les dossiers au nom de chercheurs ou de laboratoires.

Plusieurs disciplines se trouvent sans surprise représentées dans les archives : l’histoire, pour laquelle ont été constitués plusieurs centaines de dossiers nominatifs de chercheurs et où ont été classées les archives relatives à l’organisation d’une vingtaine de colloques dans les années 1970 et 1980 ; la sociologie, pour laquelle on dispose là encore d’une multitude de dossiers au nom de chercheurs mais aussi d’éléments relatifs aux multiples associations, centres et groupes de recherche acteurs de la recherche (Actes de la Recherche en Sciences Sociales, Association internationale de sociologie, CSE, CNEI, GEMAS, Groupe d’études durkheimiennes, etc.) ; l’anthropologie, dont le contenu est le même que pour la sociologie (AFA, CCRDA, LAS, Musée de l’Homme, etc.). ; on trouve aussi, dans une moindre mesure, l’économie, la philosophie, la psychologie et la psychologie sociale avec le Laboratoire européen de psychologie sociale (LEPS) de Serge Moscovici. Signalons au passage la présence de nombreux éléments relatifs à la création du Groupe d’études d’ethno-psychopathologie africaine au début des années 1960, devenu rapidement l’Institut d’ethno-psychopathologie africaine1 .

A côté des disciplines de recherche, quelques thématiques émergent : l’art, la « bibliothéconomie », que l’on désigne aujourd’hui sous l’expression « sciences de l’information et des bibliothèques », le féminisme, le racisme, la recherche scientifique. Enfin, la question de la vie scientifique dans son ensemble est elle aussi présentée par une catégorie « Sciences ». On y trouve notamment des dossiers relatifs au projet PAREX (Programme européen d’échanges et de recherches en histoire et sociologie des sciences) cher à Clemens Heller.

Notes prises en réunion PAREX le 23 octobre 1973 ( 5A2 art. 363)

Notes prises en réunion PAREX le 23 octobre 1973 ( 5A2 art. 363)

La catégorie « Aires culturelles » laisse apparaître quant à elle quelques périmètres spécifiques : les Etats-Unis, d’abord, dont les éléments témoignent de relations avec quelques ambassades américaines ainsi que le mécénat américain, ce qui n’est guère surprenant pour qui connaît le rôle d’institutions comme la Ford Foundation et la Rockfeller Foundation dans la constitution des SHS françaises de l’après-guerre2, ainsi que celui de Clemens Heller.

En ce qui concerne l’Amérique du Sud, c’est en particulier le Brésil. On y trouve notamment plusieurs dizaines de dossiers relatifs à des chercheurs brésiliens ou ayant travaillé sur le Brésil, comme Ignacy Sachs. Le socioéconomiste spécialiste de l’écodéveloppement et du développement durable entretenait une correspondance régulière avec Clemens Heller et lui envoyait des rapports de mission, à partir de 1971 (d’après les dates des documents d’archives). On y voit se dessiner la construction d’un réseau de coopération scientifique internationale avec le Brésil mais aussi la Pologne et l’Inde.

Pour l’Europe, il s’agit avant-tout du Portugal, de la Suède et de la Norvège. On peut s’étonner de ne pas y trouver de dossiers relatifs à la recherche et à la coopération internationale avec des pays comme le Royaume-Uni, l’Italie ou encore l’Allemagne, notamment par le simple fait que de nombreuses actions ont été entreprises par la FMSH en leur direction depuis sa création. Selon toute vraisemblance, les archives se trouvent classées ailleurs : soit dans les papiers des administrateurs (Allemagne et Royaume-uni pour Clemens Heller, Italie pour Maurice Aymard), soit dans les archives de programmes portés par la Fondation.

Quelles raisons classificatoires? Analyse de l’expression matérielle d’une catégorisation subjective

Revenons au classement des archives. Pour l’archiviste, une étude préalable de la structuration du fonds avant toute intervention est indispensable : quelle logique la sous-tend? Celle-ci est-elle suffisamment cohérente pour être intelligible pour un usager des archives?

D’après quelques notes internes couchées sur feuilles volantes ou portées à même quelques dossiers, on comprend que le secrétariat de Heller et d’Aymard n’a pas élaboré ce classement mais a suivi des directives de la part des administrateurs adjoints. Il s’agit donc d’un ensemble de dossiers construit et utilisé par deux personnes occupant la même fonction mais sans avoir tout à fait les mêmes activités et périmètres d’intervention.

La section la plus emblématique de la logique classificatoire mise en oeuvre est certainement celle concernant l’administration de la recherche. Divisée en trois catégories (disciplines et thématiques de recherche, aires culturelles, organismes), elle posait d’emblée la possibilité de classer les documents concernant un sujet à deux ou trois endroits différents, et donc de fragmenter la mémoire de la fonction au fil du temps.

Cette manière de mettre en ordre les connaissances constitue-t-elle l’application d’un système de classification d’inspiration bibliothéconomique? Les administrateurs adjoints étaient très familiers des bibliothèques (Clemens Heller a par exemple été appelé par Fernand Braudel pour organiser la bibliothèque de la FMSH). Il était d’ailleurs d’usage jusque dans les années 2000 que l’administrateur de la Fondation soit aussi directeur de la bibliothèque. A priori il n’en est rien : cette structuration interne ne correspond, même partiellement, ni à la classification décimale Dewey, ni à la classification décimale universelle (CDU), ni à celle de la Bibliothèque du Congrès. Elle est visiblement le fruit d’une production organique spontanée et constante, comme c’est le cas pour la plupart des fonds d’archives et, si elle n’a pas été pensée en amont, elle n’en était pas moins opérante.

Cette classification dont l’objectif premier était de pouvoir retrouver les dossiers constitue aussi une trace de la perception de son producteur : classer tel document dans tel dossier, tel dossier à tel endroit en fonction d’une discipline, d’une thématique ou d’une aire géographique est porteur de sens.

Les documents relatifs aux travaux d’un chercheur peuvent se trouver classés dans la discipline du chercheur correspondante ou en fonction de son périmètre géographique d’étude voire sa nationalité. C’est le cas par exemple du dossier du sociologue hongrois Viktor Karady, classé en anthropologie, ou de celui-ci de Robert Bonnaud, considéré visiblement ici non pas comme historien, mais comme philosophe, plus précisément philosophe de l’histoire : on ne peut s’empêcher de penser à la formule employée par Vidal-Naquet à son endroit, « le plus scientiste des théoriciens contemporains de l’histoire »3, et que les administrateurs adjoints semblaient approuver.

On sent par ailleurs l’influence du concept des aires culturelles dans la catégorisation analytique ayant donné corps à la structuration du fonds4. La place des dossiers « Australie » dans la section « Amérique du Nord » suggère par exemple une approche davantage culturelle que géographique dans le classement. On peut s’interroger sur celle des dossiers relatifs au Brésil, classés non pas dans la partie consacrée à l’Amérique du Sud, mais après celle-ci conformément à l’ordre alphabétique. Trois hypothèses peuvent être avancées pour expliquer cela:

  • Les dossiers relatifs au Brésil ont précédé ceux concernant l’Amérique du Sud, mais le classement n’a pas été remanié a posteriori afin de placer les premiers sous un niveau hiérarchique dépendant des seconds.
  • La partie « Amérique du Sud » concernait le continent dans son ensemble mais n’était pas destinée, pour le producteur du fonds, à constituer un niveau hiérarchique de sa classification.
  • La structuration de l’ensemble des dossiers de travail en plusieurs niveaux avait des limites : sans plan de classement général, celle-ci se devait d’être relativement simple pour permettre à leurs producteurs et usagers de classer et/ou de retrouver des documents. Il fallait éviter l’effet « poupées russes » d’une documentation structurée de manière très hiérarchique (structuration a contrario chère aux yeux des archivistes).

L’explication tient vraisemblablement d’un mélange de ces 3 points.

Par ailleurs ne perdons pas de vue le fait qu’un fonds documentaire est vivant : il évolue le temps de l’activité de son producteur et n’acquiert une forme « définitive » qu’à la fin de cette période. Cette forme, qui peut tout à fait ne répondre à aucune logique classificatoire et donc constituer un « vrac », constitue bien souvent l’unique représentation du fonds pour les archivistes et les usagers dans la mesure où il existe rarement de « photographie » d’un fonds d’archives réalisée à une ou des étape(s) intermédiaire(s) de sa vie.

La visualisation ci-contre représente une reconstitution théorique de l’évolution du fonds d’archives, que nous appelons « chronographe »:

Chaque « noeud » représente ici un dossier ou un ensemble de dossiers. Lorsqu’un flèche pointe d’un noeud vers un autre, cela signifie que le premier dossier/ensemble de dossier contient lui-même des documents. Sans entrer dans les détails (difficilement visibles dans cet exemple), on voit apparaître progressivement les documents d’archives à mesure que les années défilent (en bas de l’écran).5

Le traitement archivistique

Un tel ensemble documentaire pose néanmoins certaines problématiques quant aux opérations de traitement visant à permettre son accessibilité tant matérielle qu’intellectuelle. Il faut décrire sans trahir, charge à l’archiviste de mettre en oeuvre les moyens nécessaires à l’appréhension du fonds. Malgré les problématiques qu’il peut soulever, son ordre interne originel a été préservé autant que possible conformément au principe de respect des fonds, principe garant des valeurs informative et probante des documents.

Le maintien d’un classement perfectible

Pour les raisons exposées supra, le classement initial devait être conservé et l’a été même s’il arrive que certains dossiers portant le même nom auraient pu être fusionnés, nonobstant cette problématique : en cas de fusion, quel dossier supprimer au profit de l’autre? S’il fallait classer selon une logique, laquelle privilégier? Tous les dossiers portant la même dénomination ont au final été conservés et maintenus à la place qu’ils occupaient au moment de la collecte. Ceux qui semblaient déclassés, c’est-à-dire en dehors de la logique de classement de leurs producteurs du fait d’une erreur d’attention par exemple, ont été rangés par l’archiviste à l’endroit qui semblait le plus approprié.

Pour rappel, la description du contenu du fonds est disponible dans l’instrument de recherche : http://nabu.fmsh.fr/document/FR075FMSH_000000055

Nous pouvons observer quelques constantes:

  • Dossiers nominatifs de chercheurs classés par ordre alphabétique
  • Dossiers au nom d’institutions, avec parfois des subdivisions (institutions françaises/institutions étrangères), etc. classés par ordre alphabétique
  • Dossiers de manifestations scientifiques (colloques, journées d’étude, séminaires, etc.) classés par ordre chronologique

La granularité de la description archivistique dépend de l’importance matérielle de ces dossiers. Dans certains cas, une seule notice a été créée pour décrire un dossier composé de sous-dossiers dont le volume ne dépasse pas une boîte d’archives et, dans d’autres, une notice a été créée pour chaque sous-dossier. Par exemple l’importance de dossiers au nom de chercheurs brésiliens a justifié la création d’une description archivistique pour chaque dossier (voir l’instrument de recherche), alors qu’en règle générale des descriptions d’ensembles ont suffit, comme pour les Etats-Unis ou la Norvège.

L’indexation comme solution

A l’époque de l’utilisation des dossiers, une parade était utilisée via un système de renvois d’un dossier vers un autre. De nos jours l’indexation permet ce type de relation entres les notices de ces dossiers. Les archives relatives à un même sujet mais dispersées à plusieurs endroits au sein même du fonds peuvent être repérées grâce aux mots-clefs de leur notice descriptive. Par exemple les dossiers se référant à Pierre Bourdieu, respectivement classés dans les catégories « sociologie > chercheurs » et « linguistique > correspondance avec les personnes » sont indexés au nom du chercheur. Physiquement séparés, ils restent virtuellement proches.

 

Notices descriptives concernant des dossiers indexés à "Bourdieu, Pierre"

Notices descriptives concernant des dossiers indexés à « Bourdieu, Pierre »

Relations de subsomption sur l'exemple précité

Représentation des relations de subsomption sur l’exemple « Pierre Bourdieu »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette pratique présente l’intérêt de respecter « l’acte de classement » des producteurs du fonds d’archives, lui-même porteur de sens, tout en rendant son contenu accessible aux usagers.

Autre exemple, celui du Centre coopératif de recherche et de diffusion en anthropologie (CCRDA), créé à la FMSH dans les années 1980 : deux dossiers existent, l’un classé dans la première partie du fonds concernant la gestion et le suivi des activités de la Fondation, l’autre dans celle relative au suivi de la discipline anthropologique. Ces dossiers ont été indexés de la même manière, créant ainsi une sorte d’identifiant numérique unique permettant la mise en relation de contenus physique séparés.

Notices descriptives des dossiers relatifs au CCRDA

Notices descriptives des dossiers relatifs au CCRDA

L’indexation a en outre l’avantage de donner une visibilité à des dossiers dont l’intitulé originel a potentiellement moins de chance de faire l’objet d’une recherche plein texte dans le moteur de recherche. Si l’on prend l’exemple de la notion de « recherche sauvage », nous avons préféré indexer la notice afférente à « recherche spontanée » par principe de neutralité, tout en préservant l’intitulé originel du dossier donné par Clemens Heller, intitulé reflétant le point de vue d’un des personnages ayant contribué à la structuration des sciences humaines et sociales, notamment par la création de la FMSH et de la VIe section de l’EPHE, sur des groupes de recherche dont l’existence se situait en dehors de tout périmètre institutionnel normé. Le terme « recherche autonome » s’avère aussi un bon candidat.

Pour conclure

Ces archives des administrateurs adjoints de Fernand Braudel constituent dans leur ensemble une bonne manière de prendre connaissance des activités de la Fondation Maison des sciences de l’homme et de la vie des SHS à partir des années 1970. Le traitement archivistique de cet ensemble documentaire constitue une première étape qui doit être suivi par celui d’autres sous-fonds ou fonds :

  • la série de dossiers d’organisation de manifestations scientifiques organisées à la Maison des Sciences de l’Homme
  • une importante collection de communications scientifiques produites à travers le monde
  • les archives de Clemens Heller et de Maurice Aymard produites en leur qualité d’Administrateur de la Fondation.
  1. Au sujet du groupe, se référer à : Faladé Solange. Rapport sur le fonctionnement de l’Institut d’ethno-psychopathologie africaine. In: Cahiers d’études africaines, vol. 4, n°16, 1964. pp. 603-620. []
  2. Brigitte Mazon, Aux origines de l’EHESS Le rôle du mécénat américain (1920-1960), Paris, Cerf, 1988. Préface de Pierre Bourdieu, postface de Charles Morazé. []
  3. Pierre Vidal-Naquet, Mémoires 1, p. 10. []
  4. Au sujet des aires culturelles, voir Popa Ioana, « Aires culturelles et recompositions (inter)disciplinaires. La 6e section de l’EPHE et les études sur l’espace russe, soviétique et est-européen», Actes de la recherche en sciences sociales 5/2015 (N° 210) , p. 60-81
    URL : www.cairn.info/revue-actes-de-la-recherche-en-sciences-sociales-2015-5-page-60.htm. []
  5. Nous reviendrons ultérieurement sur la technologie et la méthodologie mises en oeuvre pour l’obtention de ce type de visualisation []

Julien Pomart

Responsable des Archives de la FMSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *