L’UNESCO approuve officiellement la Déclaration universelle des Archives

La Déclaration universelle des archives proposée par le Conseil international des archives a été adoptée lors de la conférence générale de l’UNESCO à Paris le 7 novembre 2011. Quelle est la portée de ce texte?


Adoptée sur le principe en 2009 à Malte, lors de l’Assemblée générale de l’ICA (International Council of Archives), puis approuvée en 2010 à Oslo, la Déclaration universelle des Archives expose de manière concise les caractéristiques uniques des archives et les exigences de gestion permettant de garantir leur accès continu aussi longtemps qu’elles sont nécessaires. Elle a été conçue pour servir de support à la défense et à la promotion des archives et de la profession, et s’adresse à un large public.

Le texte est disponible sur le site de l’ICA .

Pour le moment, cette déclaration se fait discrète et circule auprès des différents acteurs du monde des archives via les réseaux professionnels, l’AAF par exemple.  Pourtant, elle constitue un véritable plaidoyer pour les archives et les archivistes à destination d’un large public qui souvent ne connaît pas ou mal les tenants et aboutissants de la conservation des archives. Elle apparaît somme toute comme l’expression d’un manque de considération ressenti par l’ensemble de la profession.

On soulignera notamment:

  • une définition assez large des archives , semblable à celle du droit français (loi de 1979, Code du Patrimoine) qui englobe la multiplicité des producteurs et des supports d’information,
  • leur rôle en matière de promotion de « citoyens responsables » conscients du passé pour mieux préparer l’avenir, rôle qui ne peut être assuré que sous réserve d’accès aux documents selon le respect du cadre législatif en vigueur,
  • le souci de reconnaissance du métier d’archiviste et de l’embauche de professionnels qualifiés. Sur ce point, on pourrait dire que cette déclaration apparaît à un moment inopportun, puisqu’en contexte de crise économique, la préservation des postes d’archivistes ne fait pas partie des priorités des entreprises et collectivités locales.

La lecture des notes explicatives du projet de résolution apporte quelques informations complémentaires sur le contexte d’élaboration de la DuA:

  • le projet de résolution a été présenté par le Sénégal, appuyé du Belize,
  • la Conférence générale a rappelé l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme qui stipule que « Tout individu a droit (…) de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit »
  • le rôle de la conservation et de la communication des archives dans la lutte contre la corruption, l’amélioration des pratiques de gouvernance, et de manière générale, pour le fonctionnement de la démocratie, semble primordial.

Il serait donc avisé de diffuser ce texte, plus complet, auprès des professionnels des archives et de réserver la seule Déclaration universelle des Archives à un public plus large. Pour le moment, l’adoption de la DuA par l’Assemblée générale de l’UNESCO apparaît avant tout comme un acte symbolique qui a le mérite de poser un jalon supplémentaire vers la reconnaissance de l’utilité des archives et des archivistes.

Le défi est main­te­nant d’exploi­ter la Déclaration au maxi­mum afin que les archi­ves se débar­ras­sent de la per­cep­tion désuète de leur rôle, et qu’elles retrou­vent leur place légi­time en tant qu’élément de pre­mière impor­tance au cœur de l’admi­nis­tra­tion publi­que et au cen­tre de la mémoire sociale.

Communiqué de l’AAF  au sujet de l’approbation de la DuA, 17 novembre 2011

 

 


Julien Pomart

Responsable des Archives de la FMSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *