Fonds Marguerite Pichon-Landry – Présentation

La Fondation Maison des sciences de l’homme a reçu le don des archives de Marguerite Pichon-Landry (1877-1972), figure du féminisme français qui s’est notamment investie  au Conseil National des Femmes Françaises (CNFF). Elle en fut la présidente de 1932 à 1952.

Photographie portrait de Marguerite Pichon-Landry par le photographe de l’Elysée. Paris, 1913. Fonds Marguerite Pichon-Landry (document original conservé par les donateurs).

Marguerite Pichon-Landry et sa famille

Par sa famille, Marguerite Pichon-Landry appartenait à un milieu intellectuel radical-socialiste. Ses sœurs furent également féministes. Très active pendant la guerre de 1914-1918, elle s’est chargée de l’Office de renseignement des familles dispersées et s’est engagée dans le mouvement suffragiste. Elle a aussi participé à la fondation de l’Union fédérale de la consommation.

Le fonds est constitué non seulement d’archives de Marguerite Pichon-Landry, mais aussi de papiers de son mari et de membres de sa famille.

  • Son arrière-grand-père François-Timothée Landry (≈ 1769 -1805), officier de marine.
  • Son père Timothée Landry (1841-1912), homme de loi devenu procureur de la République à Paris en fin de carrière.
  • Ses frères et sœurs:
    • Adolphe Landry (1874- Paris, 1956), connu notamment en tant que démographe, nommé plusieurs fois ministre.
    • Eugène Landry (1872-1913), homme de lettres,
    • Marie Long-Landry (1897-1968), docteur en médecine et première femme à accéder au statut de chef de clinique.
    • Lasthénie Thuillier-Landry (1879-1962), docteur en médecine.

Même s’il s’agit de plusieurs sous-fonds formant un fonds familial, il a été décidé, d’un commun accord avec les donateurs, de lui laisser une dénomination reflétant sa moelle épinière, à savoir les archives de Marguerite Pichon-Landry.

Le fonds

Constitué notamment d’archives papier et de photographies, il a été conservé et classé de manière successive par Marguerite Pichon-Landry et sa fille Amy Bernard-Pichon (1907-1992). Il retrace des grands pans de la vie et des déplacements de la famille Landry, de la Suisse à la Corse puis à travers Chambéry, Nîmes, Paris.

 On y trouvera essentiellement :

  • De la correspondance privée et professionnelle,
  • Des documents administratifs,
  • Des photos de famille,
  • Des arbres généalogiques,
  • Quelques ouvrages rédigés par des membres de la famille,
  • Des coupures de presse.

Pris de manière isolée, chaque sous-fonds apporte des éléments d’information non négligeables sur chaque individu. Des thématiques se dégagent en fonctions des activités de chacun :  les années de guerre, le féminisme, la consommation, pour Marguerite Pichon-Landry par exemple. Considéré dans son intégralité, ce fonds est susceptible de permettre l’étude de leur environnement social et familial.

Afin de conserver une trace de ces archives familiales par devers-eux, les donateurs ont fait le choix de faire numériser la majeure partie des documents originaux confiés à la FMSH1, mais aussi de lui livrer ces substituts numériques par la même occasion. Cette démarche témoigne de leur souhait de voir ce fonds d’archives mis à la disposition de chercheurs à la fois en salle de lecture mais aussi en ligne.

  1. Cette présentation du fonds s’appuie d’ailleurs sur les éléments fournis par la personne chargée de sa numérisation et de la préparation du don, Mme Lucile Utgé-Royo. []

Julien Pomart

Responsable des Archives de la FMSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *