Fonds Charles Morazé – Le classement d’un vrac

Les archives des chercheurs ne parviennent pas toujours classées et inventoriées aux archivistes. Parfois ces fonds arrivent en l’état de « vracs », ces ensembles de papiers en désordre, non identifiés, confiés par un donateur après avoir reçu la promesse -voire la garantie par convention- qu’elles seront traitées, conservées et valorisées.


A la mort de Charles Morazé en 2003, une partie des dossiers situés dans son bureau ont été transférés à son domicile familial dans le but de libérer de l’espace pour d’autres chercheurs. Cette opération, fruit d’un souci plus logistique  qu’archivistique, aurai pu mettre à mal l’intégrité du fonds. Or, cette moitié du fonds a par la suite fait l’objet d’un don à la Bibliothèque de la FMSH par ses ayants droit. L’autre moitié, qui demeurait dans son ancien bureau de la Maison des Sciences de l’Homme, a fait l’objet d’une collecte en 2010.[1]

Les documents ont été conditionnés en boîtes d’archives sur lesquelles leur contenu était inscrit. Ces indications étaient souvent vagues et parfois complètement erronées. Visiblement, la question de l’archivage de ces dossiers s’était déjà posée. Morazé écrivit lui -même :

Sans une mise en ordre raisonnable, je ne veux en aucun prix laisser un souvenir ambigu de mes travaux ce qui empêcherait d’éventuels chercheurs de s’y reconnaître dans ces encombrements désordonnés et d’y faire part du bon et du mauvais.

Memorandum, 25 juin 1984

Appropriation du fonds

La première étape du classement a consisté à récolter des informations sur le contexte de production. Dans ce cas précis, étudier la vie et la carrière de Charles Morazé. Son autobiographie (Charles Morazé. Un historien engagé. Mémoires, Fayard, 2007) a constitué un instrument de travail à part entière, de même que la biographie très détaillée effectuée par le Centre Charles Morazé. Les renseignements recueillis auprès des gens qui l’ont connu ont été les bienvenus.

Par la suite, il s’agissait d’analyser l’ensemble des dossiers constitués et documents épars afin de dégager une organisation logique. La méthodologie de classement d’un vrac présentée dans l’Abrégé d’Archivistique, ouvrage de référence pour bon nombre de professionnels des archives, correspond à celle appliquée dans le cas du fonds Morazé. On y ajoutera, dans la « phase d’appropriation », l’étude du contexte de production, chose valable aussi bien pour le fonds Charles Morazé que pour d’autres vracs.

La quasi-totalité des archives étaient rassemblées en dossiers cohérents, ceux-ci pouvant être catégorisés de manière évidente. A partir de ce constat, il a été décidé de ne pas fractionner les dossiers et de les lier par des thématiques selon un plan de classement « basique », dans le but d’agir de la manière la plus neutre possible sur l’ordonnancement des dossiers. Difficile en effet, dans le cas d’un vrac, d’appliquer stricto sensu  le principe de respect des fonds qui veut que l’archiviste ne doit pas créer de catégories artificielles en fonctions des sujets concernés.

Plan de classement retenu:

  1. Papiers personnels
  2. Correspondance générale
  3. Activités d’enseignement et de recherche
  4. Communications scientifiques
  5. Activités institutionnelles
  6. Publications et travaux personnels
  7. Textes non publiés
  8. Film à caractère biographique
  9. Archives non identifiées
  10. Imprimés

En ce qui concerne les publications, le classement des manuscrits et tapuscrits s’est avéré particulièrement épineux : Morazé ayant modifié la structure de ses oeuvres à maintes reprises, l’ordre des chapitres ne correspondait pas à celui de la version finale. En outre, certains passages ont été retravaillés au point que le lien avec la version finale n’est pas évident à établir.

Classer un fonds de chercheur est délicat et suppose d’adopter une démarche réfléchie. Cette étape, si elle risque de porter atteinte à son intégrité physique et intellectuelle, demeure indispensable. Ce risque doit sans doute être considéré comme un moindre mal aux vues des enjeux en terme de conservation et de valorisation. En outre, l’état dans lequel les fonds nous parviennent est peut-être déjà bien loin de celui dans lequel leurs producteurs les ont laissés.


[1] Collecte réalisée auprès de et avec l’aide de Dominique Flament [Fondation Maison des Sciences de l’Homme (Equipe F2DS) & CNRS (UMR 7117, Archives Henri Poincaré)] et Marie Anglade  [FMSH(Equipe F2DS)]


Julien Pomart

Responsable des Archives de la FMSH

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *